Forêt-Interdite
Allez-vous relever le défi du sortilège de transformation en animal de la foret interdite ?

En quoi serez-vous transformé ?
En invisible Sombral ?
En sage Centaure ?
En fier Hippogriffe ?
En agile Licorne ?


Venez le découvrir en vous connectant avec nos meutes !

* Merci de vous enregistrer avec un pseudo comportant 2 mots et un espace, et en ajout facultatif une lettre avec un point.




Bienvenue
* Invité *

 
AccueilPortailRechercherFAQMembresMémoire de la forêt (wikiki?)S'enregistrerConnexion
  Venez incarner un sorcier en l'an 1490 !
dans le RP Poudlard au temps de la Forêt-Interdite !
La coupe d'Août est remportée par les HIPPOGRIFFES
Félicitations !
Place aux nouvelles meutes Aquas !

Partagez | 
 

 New Fan fiction -Hermione-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lièvine Potter
Créature imposante
Créature imposante
avatar

Maison : Gryffondor
Empreintes : 5346
Messages : 1783

MessageSujet: New Fan fiction -Hermione-    Mer 30 Jan - 18:15

Chapitre 1

Je m'appelle Hermione Granger, je suis née le 19 septembre 1979. Ce fut le jour de mes onze ans que ma vie bascula. J'étais très excitée par cette nouvelle journée qui allait commencer. On n'avait pas tous les jours onze ans après tout. Je me souviens m'être levée dans les alentours de huit heures du matin, j'avais couru vers le lit de mes parents, Peter et Audrey Granger. Je les avais réveillées en quelques secondes avec mes cris et mes gesticulations.

- BON ANNIVERSAIRE MA CHERIE, m'avait criés mes parents aussi excités que moi.
Je leur avais alors sautée au cou tout en les couvrant de baisers. Trêve de plaisanterie, je devais me préparer pour l'école. J'ai toujours été une bonne élève, obtenant les meilleurs notes, étant la meilleure dans chaque matière, tous les profs m'adoraient. Mais je ne pouvais pas en dire autant de mes camarades de classe. Je n'ai jamais été très sociable, j'étais souvent sujette de moqueries de leur part. Pour moi, l'école était faite pour apprendre, pas pour ce faire des amis. Je me souviens de la sortie scolaire que j'avais faite avec ma classe lorsque j'avais huit ans. Je partageais ma chambre avec trois filles, de vraies chipies, elles me détestaient et m'appelaient Miss je-sais-tout, je faisais comme si leurs moqueries ne m'atteignaient pas, mais c'était faux. Un jour, nous étions dans notre chambre, c'était l'heure du couvre-feu, mais nous avions la permission de veiller un peu tant que nous ne faisions pas de bruit. J'étais tranquillement assise dans mon lit, en train de lire un bon livre. Une des filles s'étaient approchée de moi et avait arrachée mon livre de mes mains.

- Qu'est-ce que tu lis Miss je-sais-tout aux cheveux hideux ? siffla une des filles.

-Rend moi ça ! avais-je hurlée aussitôt après m'être levée d'un bond.

- Si tu le veux attrape le ! ricana-elle.
Deux d'entre elles avaient de longs et beaux cheveux blonds, elles avaient des dents éclatantes et des tenues à la mode. Elles avaient la belle vie leurs parents étaient aisés et les pourries gâtées. On aurait dit deux sœurs jumelles. Tandis que la troisième était un peu plus humble et avait des cheveux roux. Celle qui venait de prendre mon livre s'appelait Erika, c'était la plus peste de toute, elle tenait mon livre dans sa main droite, son bras était tendu au-dessus de sa tête, j'avais beau sauter pour essayer de l'attraper, en vain. Elle avait lancée le livre à sa copine, Amy. Comme une idiote j'avais accouru vers elle en essayant de l'attraper. À peine étais-je arrivée à sa hauteur qu'elle l'avait envoyée en direction de Nina, c'était la rouquine du trio. À une époque, elle et moi avions étaient amies. Elle avait toujours était naïve, Erika et Amy l'avaient entraînées dans leur petit cercle, elles se servaient d'elle. J'avais bien essayé de lui expliquer, mais elle m'avait traité de menteuse et avait coupé définitivement les ponts avec moi.

- Déchire le ! lança Erika à Nina.
Ses paroles avaient été comme un coup de poing dans l'estomac pour moi, mes livres étaient ma seule véritable occupation. Et à l'époque, celui-ci était mon préféré. J'avais un regard implorant, je la suppliais en secouant la tête de ne pas faire ça. Je voyais bien dans son regard fuyant qu'elle ne désirait pas faire ça. Mais ses deux « amies » lui ordonnaient de le faire. Ne voulant pas les décevoir, elle déchira lentement sous mes yeux qui s'étaient remplis de larmes, les premières pages de mon roman, puis elle l'ouvrit au hasard le déchirant comme elle pouvait. Une fois son devoir fait, elle me jeta aux pieds les restes de mon livre. Des larmes coulaient à présent sur mes joues. Les deux blondes s'étaient mises à sauter autour de Nina en ricanant. Après m'avoir jetée un dernier regard plein de regret, elle se mit à participer aux rires de ses camarades. Ainsi, sans un mot, je m'étais allongée dans mon lit, me couvrant sous mes couvertures et en me demandant ce que j'avais bien pu leur faire pour mériter ça. J'essayais de pleurer en silence, je ne voulais pas leur faire ce plaisir-là. Durant mon insomnie je m'étais mise à prier pour que leurs longs et si beaux cheveux tombent. Le lendemain matin, des cris perçant m'avait réveillée. J'avais ouvert mes yeux enflés pour savoir ce qui se passait. Ce que je découvris me fit rire aux larmes. Il y avait Erika, Amy et Nina, avec les cheveux très courts et mal coupés. Elles hurlaient et pleuraient, n'arrêtant pas de se toucher le crâne tout en gesticulant partout dans la pièce, faisant des allers-retours entre la chambre et la salle de bain, là où se trouvait un miroir.

- TOI ! avait hurlée de sa voix aiguë, Erika. C'est à cause de toi ce qui est arrivé à nos cheveux ?! Tu étais furieuse pour ton stupide livre et jalouse, car nous avions de beaux cheveux alors que les tiens sont moches et frisés, c'est ça, hein ?!
Avant que je puisse lui répondre, une des professeurs ouvrit la porte en leur demandant pourquoi elles criaient comme ça.

- Pourquoi diable avez-vous coupées vos cheveux toutes les trois ?!
Tandis que je gloussais en silence, les trois jeunes filles tentaient de m'accuser. Mais la professeur en question m'adorait et ne pouvait pas croire que je pouvais faire une chose pareille. De toute façon, elle avait bien raison de me croire.




Ce souvenir-là reste et restera l'un des plus merveilleux de toute mon existence, jamais je n'avais été aussi heureuse en me réveillant. Une part de moi a toujours su que j'y étais pour quelque chose, tandis qu'une autre ne savait pas quoi en penser. Mais, revenons à mon anniversaire. Ma journée à l'école se déroula normalement, rare fut ceux qui me souhaitèrent un joyeux anniversaire, comme d'habitude, je travaillais, je répondais aux questions des professeurs et passait mon temps à lire entre deux cours. À 15h, lorsque mes cours s'achevèrent je pris mon bus comme d'habitude pour rentrer chez moi. J'étais seule à la maison, mes parents étaient encore au travail, à leur cabinet de dentiste. À peine étais-je rentrée que je me dirigeais déjà dans ma chambre pour m'installer à mon bureau et ainsi commencer mes devoirs. Je les avait terminée assez rapidement, en attendant mes parents je me mis à jouer du piano. À dix-sept heures ils rentrèrent du travail. Une heure plus tard, nous étions en voiture pour notre restaurant favori pour fêter mon anniversaire. Une fois notre copieux repas terminé, nous retournions aussitôt à la maison. Là-bas, mes parents me demandèrent de couvrir mes yeux, m'attendant bien à ce que mes parents m'offrent mes cadeaux. Et j'avais bien raison, car lorsque je pu enfin les rouvrir, mes parents se tenaient devant moi avec deux petits paquets bleus.

- Ouvre tes cadeaux, trésor, dit son père en souriant.
Aussitôt dit, aussitôt fait, je me mis à déchirer les papiers cadeaux, découvrant deux livres d'un célèbre auteur ainsi qu'un billet de banque et du fil dentaire (j'avais l'habitude de ce genre de cadeaux avec eux, parfois je recevais une brosse à dents ou du dentifrice, c'était notre petit truc). Je sautai alors au coup de mes parents, les remerciant encore et encore.

- Ne nous remercie pas trop vite ma chérie, lui assura ma mère en me mettant sous le nez deux enveloppes.
Je me mis alors à ouvrir la première, il y avait une carte dedans. C'était ma grand-mère maternelle qui me l'envoyait, sur la carte été écrit qu'elle me souhaitait un très bon anniversaire etcétéra, ainsi qu'un billet de livres sterling. L'autre lettre provenait de mes grands-parents paternels qui m'envoyaient eux aussi une carte pour son anniversaire qui racontait aussi qu'ils avaient laissés sur son compte bancaire une certaine somme d'argent que je pourrai obtenir à ma majorité.
Je les appellerai demain je vous le promet ! conclus-je en souriant de toutes mes dents anormalement grandes.
Au même moment, un battement d'ailes se fit entendre par la fenêtre de la cuisine. Ma mère s'y rendit aussitôt, je la suivis jusqu'à notre cuisine où une chouette effraie les attendait, une lettre accroché à sa patte droite. Mon regard croisa celui de ma mère, elle était aussi interloqués que moi, nous nous demandions bien ce qu'une chouette avec une lettre pouvait bien faire ici, en plein jour. J'entrepris alors détacher la ficelle retenant la lettre. Une fois cela fait, la chouette s'envola et disparu dans l'horizon de ce début de soirée. Je me mis à retourner la lettre, il était à écrit à l'encre vert émeraude : « Miss H. Granger, 6 Pansy Road, Brighton ». J'ouvris l'enveloppe et lut la lettre qu'elle contenait :

COLLEGE POUDLARD, ECOLE DE SORCELLERIE
Directeur : Albus Dumbledore
Commandeur du Grand-Ordre de Merlin
Docteur ès sorcellerie, Enchanteur en chef, Manitou suprême de la Confédération internationale des mages et sorciers

Chère Miss Granger,
Nous avons le plaisir de vous informer que vous bénéficiez d'ores et déjà d'une inscription au collège Poudlard. Vous trouverez ci-joint la listes des ouvrages et équipements nécessaires au bon déroulement de votre scolarité. La rentrée étant fixée au 1er septembre, nous attendons votre hibou le 31 juillet au plus tard.
Veuillez croire, chère Miss Granger, en l'expression de nos sentiments distingués.

Minerva McGonagall
Directrice adjointe

- C'est une blague ? dit ma mère qui venait de lire le parchemin derrière mon épaule.
Mais avant que je puisse lui répondre, quelqu'un toqua à la porte. Nous suivirent ce bruit jusqu'au salon où mon père se trouvait avec une vieille femme habillée d'une façon des plus étranges. Elle portait une cape violette assorti à son chapeau pointu, ses cheveux étaient tirés en un chignon très serré. Elle avait un regard strict, derrière ses lunettes carrés. Je me demandais bien pourquoi une femme comme elle faisait dans mon salon.
Vous devez être Miss Granger je présume, dit la femme.
Avant de le confirmer, j'avais jetée un coup d'œil à mes parents qui étaient aussi intrigués que moi.
Je suis certaine que vous vous demandez bien ce que je peux faire ici, fit t-elle. Pour commencer, je m'appelle McGonagall et je suis la directrice adjointe de l'école de sorcellerie Poudlard. La lettre que vous venez de recevoir n'est pas une plaisanterie, Miss Granger vous êtes une sorcière.
Lorsqu'elle avoua tout ça, une multitude de questions m'était venus en tête. Que voulait-elle dire par sorcière ? J'étais persuadée que ce n'était qu'une stupide blague de mes parents ou voir d'une émission de télé faisant des canulars aux gens. Et comme pour répondre à mes questions elle m'expliqua beaucoup de choses. Elle me prouva l'existence de la magie en exécutant un sort à l'aide de sa baguette magique. Elle transforma la table basse en cochon, puis lui fit reprendre sa forme initiale. Mes parents étaient aussi choqués que moi, ils posèrent à leur tour toutes sortes de questions. Pour que je la croie, elle me demanda si jamais rien ne s'était produit d'extraordinaire dans ma vie sans que je puisse trouver une raison rationnelle à tout ça. Je me mis alors à me souvenir de cette fois avec les trois filles et leurs cheveux, ainsi que d'autres souvenirs de ce genre. Désormais, j'étais bien obligée de la croire.

- Bien, maintenant que vous me croyez, poursuivit-elle, Miss Granger je vais confirmer votre inscription.
Elle sortit un rouleau de parchemin ainsi qu'une plume de la poche intérieur de sa cape et commença à griffonner quelques mots, puis elle le rangea.

- Vous devrez ensuite faire vos fournitures scolaires, mais pour ça, il faudra attendre encore jusqu'à l'été prochain, nous informa t-elle. …tant donné que l'année scolaire vient de commencer. Vous recevrez donc ma visite en temps et en heure. Nous vous faisions entièrement confiance pour ne pas révéler l'existence de notre monde aux Moldus. Sans quoi, il y aura de lourdes répercussions qui vous ferons aussitôt regrettez vos paroles.

- Moldus ? dis-je.

- Des personnes sans pouvoirs magiques, répondit McGonagall.

- Mes parents sont des Moldus alors ? Mais si ce sont des Moldus, pourquoi suis-je une sorcière dans ce cas ?

- Vous êtes une née-Moldu, ce sont les enfants nés de parents sans pouvoirs magiques, c'est très courant dans notre monde.

- Est-ce que j'aurai plus de difficulté que ceux ayant des parents sorciers ? m'inquiétais-je.
Ma remarque fit sourire McGonagall. Elle devait avoir l'habitude de ce genre de questions de la part des nés-Moldus.

- Non bien sûr que non, je connais beaucoup de sorciers nés de parents Moldus et beaucoup parmi eux font partis de nos meilleurs élèves, me rassura t-elle.
Nous continuons ainsi à parler du monde magique, des études et encore des études. Elle partit une heure plus tard. À peine avait-elle passée la porte d'entrée que je m'étais précipitée à la fenêtre du salon pour la voir une dernière fois et ainsi, être certaine que je ne rêvais pas. Mais, l'unique chose que je vis dans la pénombre fut un chat tigré qui contournait la rue.
Durant toute l'année je n'avais pas arrêtée de compter les jours me séparant de cet été où McGonagall viendrait me chercher pour mes fournitures scolaires. Tout les jours, j'essayais de provoquer quelque chose de fantastique, quelque chose de magique. Tous les jours, pour me prouver que je ne rêvais pas, je lisais et relisais ma lettre. Tous les jours, je demandais, et redemandais à mes parents s'ils se souvenaient de ce qu'il s'était passé à mon anniversaire. J'étais tellement impatiente. Lorsque la fin des cours se fut annoncé, j'attendais la venu de McGonagall avec une impatience monstre. Par chance, je n'eus à attendre qu'une semaine avant qu'un samedi en début d'après-midi de vacances, juste après le déjeuner, quelqu'un toqua à ma porte. Mon père parti ouvrir la porte et j'entendis ses pas se rapprochaient de plus en plus vers ma chambre.

- Hermione ! Hermione ! Devine qui est-ce qu'il y a ? me dit-il surexcité avant de repartir d'où il venait aussitôt.
J'avais compris de quoi il parlait, la visite que j'attendais depuis presque un an était arrivé. J'avais jeté mon livre sur mon lit et avait couru jusqu'au salon, dévalant à toute vitesse les marches de l'escalier. Une fois en bas, j'essayais d'arborer une mine calme, posé. Dans le salon se trouvait mes parents, assis dans le canapé, en face d'elle se trouvait McGonagall, cette fois-ci sa robe était vert émeraude, ses cheveux étaient toujours tirés en chignon serrés, ainsi que ses lunettes carrés.

- Bonjour Miss Granger, dit le professeur McGonagall. Tiens, ta liste de fournitures.
Je pris le parchemin qu'elle me tendait et le lut à voix haute.

- Trois robes de sorciers... un chapeau pointu... des livres sur la métamorphose... une baguette magique... énumérais-je. Où peut-on trouver tout ça ?
- À Londres, répondit-elle.
- Londres ? répétais-je.
- Oui, Londres. Maintenant agrippez-vous à moi et tout ira bien. Êtes-vous prête ?

Après qu'elle m'ait dit ça, j'avais attrapé son bras et l'avait serré de toutes mes forces. Mes parents donnèrent quelques billets de banque au professeur, certainement pour les fournitures. Je n'eus à peine le temps de leur souhaiter un bon après-midi que je ressentis une sensation que je décrivis comme étant très désagréable, j'étais dans un tourbillon allant à toute allure, je me sentais enfermée et écrasée, je n'avais qu'une envie : que cela cesse. Quelques secondes plus tard, mes prières s'exécutèrent. Nous arrivèrent dans un pub minuscule et miteux. L'endroit était très sombre, le salon comportait un bar derrière lequel un barman âgé, chauve et au dos vouté, était occupé à servir un verre de xérès à une vieille sorcière qui fumait une longue pipe. Il y avait une dizaine de sorciers dans le pub.

- Bonjour Tom, dit le professeur au barman.
Il lui sourit de son sourire édenté en hochant la tête, avant de retourner à ses occupations. Je suivais le professeur McGonagall jusqu'à l'arrière du pub, où se trouvait simplement une petite cour avec un mur de briques et des poubelles. Je me suis demandée si elle ne s'était pas trompée d'endroit, mais je ne préférais pas lui faire part de mes pensées. Pendant ce temps, le professeur examinait les briques, avant de sortir de la poche intérieure de sa cape, sa baguette magique et tapota trois fois à un endroit précis. La brique se mit à trembloter et un petit trou apparut en son milieu. Le trou s'élargit de plus en plus, jusqu'à être assez grand pour que même un homme de deux mètres puisse y passer aisément. Devant nous se trouvait une rue pavée, bondée de monde. Il y avait des magasins de différentes tailles et de différentes formes. McGonagall me fit signe de la suivre et je m'exécutai. Nous arrivons rapidement devant un grand bâtiment tout blanc, dépassant tous les autres. Sur la façade était inscrite : « Gringotts ».

- Gringotts ?
- La banque des sorciers, Miss Granger, me répondit le professeur.
À côté du portail se trouvait un gobelin vêtu d'un uniforme écarlate.
- Qui est-ce ?
- C'est un gobelin, ce sont eux qui tiennent la banque.
Lorsque nous passons devant lui, il nous fit la révérence. Une fois passée derrière le portail, nous nous retrouvons devant une autre porte sur laquelle était gravées les vers suivants :


« Entre ici étranger si tel est ton désir
Mais à l'appât du gain, renonce à obéir,
Car celui qui veut prendre et ne veut pas gagner,
De sa cupidité, le prix devra payer.
Si tu veux t'emparer, en ce lieu souterrain,
D'un trésor convoité qui jamais ne fut tien,
Voleur tu trouveras, en guise de richesse,
Le juste châtiment de ta folle hardiesse. »


Je compris alors qu'il est très presque impossible de dérober quelque chose dans la banque des sorciers. Et le professeur vint confirmer mes pensées. Deux autres gobelins s'inclinèrent sur notre passage et nous entrons dans un vaste hall tout en marbre. Au plafond se trouvait un magnifique lustre en or et en cristal. Derrière les comptoirs se trouvaient de nombreux gobelins, assis sur de hauts tabourets, écrivant sur des registres, pesant des pièces de monnaie...

Tes parents m'ont laissé une certaine somme d'argent, nous allons t'ouvrir un compte, m'informa t-elle tout en s'avançant vers un gobelin.
Je la suivis en silence jusqu'à un comptoir. Elle commença à discuter avec un gobelin, je me contentais d'écouter ce qu'il se disait, en silence. Elle sortit l'argent que mes parents lui avaient confiés, elle le donna au gobelin, j'en déduisis qu'il lui avait rendu l'équivalent en monnaie du monde magique. Au bout d'un moment, le gobelin nous conduit jusqu'à un autre wagonnet. Durant le chemin, le professeur McGonagall se chargea de m'expliquer comment marcher le système monétaire du monde sorciers.

- Un Gallion d'or égal 5 livres, une Mornille d'argent égal 29 pences et une Noise de bronze vaut un penny, m'expliqua t-elle tout en me montrant les différentes pièces. Il y a exactement dix-sept Mornilles d'argent dans un Gallion d'or et vingt-neuf Noises de bronze dans une Mornille. C'est très facile à retenir, tu verras.
Je répétais à voix basse ce qu'elle me disait, j'essayais d'apprendre par cœur ce qu'elle me racontait. Nous montons ensuite dans un des wagonnets. McGonagall me conseilla de bien m'accrocher et que, si je me sentais mal, de fermer les yeux. Le wagon se mit en marche, il allait très vite, j'avais légèrement mal au ventre. Les galeries étaient un véritable labyrinthes. Le wagon prenait encore plus de vitesse, il allait de droite à gauche. Je vis un jet de flammes sortirent du bout de la galerie, je me surpris à pousser un léger cri.

- Miss Granger, voyons, dit McGonagall en fronçant les sourcils.
- Excusez-moi, professeur, fis-je, timidement.
Nous bifurquèrent sur une autre galerie et nous arrivons enfin à destination. Il y avait des centaines de coffre, le gobelin nous conduisit devant une porte que le sorcier ouvrit à l'aide d'une clé. J'ai pu constater que le coffre était vide, c'était le mien désormais. McGonagall y déposa mon argent. Je me promis déposer tout mon argent là-bas. Une fois ceci fait, nous retournions dans le wagon. Une fois à la surface, nous sortions de la banque et le professeur me tendit une petite bourse noire. Par la suite, elle m'emmena dans un autre magasin, vendant visiblement des chaudrons. À la devanture était exposée toutes sortes de chaudrons, de toutes tailles et de toutes les formes.

Il te faut un chaudron, modèle standard en étain de taille 2, dit le professeur en parcourant les rayons.
Je le vis avant elle et lui signala aussitôt. Elle m'aida à me retrouver pour payer, puis nous nous rendions dans un magasin de papeterie. À l'intérieur, il y avait toutes sortes de parchemins, de toutes les couleurs, des plumes permettant de corriger les fautes d'orthographe. Des plumes permettant de tricher et d'autres qui pouvaient écrire à notre place. De l'encre de toutes les couleurs, une autre pouvant devenir invisible ou d'autre étant phosphorescentes. J'avais dû me contenter d'acheter quelques plumes, une réserve de rouleaux de parchemins ainsi qu'un télescope, une boîte de fioles en verres et une balance en cuir. Par la suite, nous nous rendons dans un magasin appelé « Fleury et Bott ». À la devanture, nous pouvions voir de nombreux livres. Je me pressais d'entrer dans le magasin. Le professeur McGonagall se chargea de trouver tous mes livres. Tandis que moi, je me baladais à l'intérieur du magasin, le sourire aux lèvres. J'étais aux anges, j'étais dans mon élément. Je parcourais les allées, telle une gamine dans un magasin de jouets. Je pris un livre au hasard et commença à le lire. Le nom du livre était : « L'Histoire de Poudlard ». Je commençais alors à le feuilleter, j'appris plusieurs choses tel que sur les maisons de Poudlard ainsi que sur les sortilèges de protection dont est doté le château. Alors que j'apprenais l'existence du Tournois des Trois sorciers, le professeur m'interrompit. Elle avait plusieurs livres dans les bras.
- Je vois que vous lisez L'Histoire de Poudlard, constata t-elle.
- Je peux l'acheter ?
- Si vous le souhaitez ! Maintenant, vous allez payer vos livres, Miss Granger.
Je la suivis jusqu'à la caisse. Une fois que j'eus payé mes achats, nous sortons pour arriver dans le magasin voisin. « Mme Guipure prêt-à-porter pour mages et sorciers » qu'il s'appelait. La vendeuse était une petite sorcière replète habillée tout en mauve. Lorsque nous passons la porte, cette dernière vint à notre rencontre le sourire aux lèvres.

- Vous venez pour l'uniforme de Poudlard je présume, dit-elle plus pour elle-même qu'autre chose.
Je n'eus même pas le temps d'acquiescer qu'elle nous emmenait dans un recoin de sa boutique, face à différents modèles de robes de sorciers, capes et chapeau. Elle pris mes mensurations, hocha la tête, puis me fit essayer trois robes de sorciers noires, un chapeau pointu, noir lui aussi ainsi qu'une cape d'hiver noire avec attaches en argents. Tandis que j'essayais une dernière cape, le professeur McGonagall revint avec une paire de gants noirs en peau de dragon, qu'elle me fit essayer. Lorsque tous les essayages furent terminés et que j'eus tout payés, il était temps de sortir. Nous passons devant un magasin appelé « Ménagerie Magique ». McGonagall, m'ayant vu attarder mon regard devant les animaux et me proposa d'entrer. Les murs étaient recouverts de cages, l'endroit était très bruyant. Il y avait des chats de toutes les couleurs, d'énormes crapauds violets et même une énorme torture dont la carapace était incrustée de pierres précieuses.

- Que désirez-vous ? nous demanda la propriétaire qui portait de grosses lunettes noires.
Je ne fais que regarder pour l'instant, répondis-je.
Elle retourna à son magazine tandis que j'observais tous les animaux présents. Je m'attardais sur les chats, les préférant aux hiboux et aux crapauds, seuls animaux que nous puissions apporter à Poudlard. À vrai dire, je n'avais pas tellement envie d'un animal pour l'instant. Je verrai pour plus tard. Je me contentais d'observer la tortue à la carapace aux pierres précieuses.

- Magnifique n'est-ce pas, me dit McGonagall.
Oh oui, quel est son nom ?
C'est un Crabe de feu, Miss Granger, m'informa t-elle. Elle est très convoitée, car de nombreux sorciers souhaitent transformer leur carapace en chaudrons, mais elle se défend en projetant des flammes par la partie postérieure de son corps.
- Fascinant. Je n'ai pas envie d'un animal pour l'instant. Excusez-moi, professeur.
- Ne vous inquiétez pas, me rassura t-elle. Nous sommes en vacances !
Elle m'accorda un de ces rares sourires, il était clair que c'était une femme stricte, mais juste. Je l'appréciais beaucoup, malgré le peu dont on est discuté.

- Professeur ? fis-je alors qu'on sortait du magasin.
Oui ?
- Dans quelle maison étiez-vous lorsque vous faisiez vos études à Poudlard ?
J'étais à Gryffondor ! déclara t-elle d'un air fier. J'en suis d'ailleurs la directrice.
Gryffondor... répétais-je, rêveuse. Cela me semble être une bonne maison. Quoi que Serdaigle me plaît aussi.
- Le Choixpeau avait hésité à m'envoyai à Serdaigle lorsque j'avais ton âge.
Je sourie en hochant la tête, cette femme avait l'air passionnante. Je la trouvais vraiment géniale. J'avais encore plus hâte d'être à Poudlard désormais.
Nous passons devant quatre boutiques, je me demandais bien ce qu'on allait acheter. Que restait-il ? Chaudrons, faits... vêtements sorciers achetés... télescope, parchemins, plumes, encre et balance achetés... livres aussi... Il ne restait plus que la baguette magique. Le plus important à mes yeux. Nous arrivons devant une boutique étroite et délabrée appelée « Ollivander – fabricants de baguettes magiques depuis 382 avant J.C. » . La vitrine exposait une baguette de bois posée sur un coussin pourpre légèrement râpé. Je suivis le professeur à l'intérieur du magasin, une cloche se mit à sonner à l'arrière boutique. Les murs étaient recouverts de centaines, voir de milliers de petites boîtes. En attendant le vendeur, je m'occupais à compter les boîtes, avant qu'il n'arrive, je réussis à en compter pas moins de cent.

- Bonjour, dit un vieil homme de sa voix douce, me coupant dans mes pensées.
Il était étrange, ses yeux étaient clairs, il arborait un sourire bienveillant. Il me regardait d'un regard perçant, c'était presque gênant, avant que ses yeux ne dérivent vers le professeur McGonagall.

- Professeur McGonagall ! Comment allez-vous ? Sapin et ventricule de dragon, 23, 75 centimètres, très rigide ! Parfaite pour la métamorphose si ma mémoire ne me fait point défaut.
- Bonjour Mr Ollivander, répondit-elle. C'est bien cela. Je viens ici pour Miss Granger. Elle a besoin d'une baguette magique pour sa rentrée.
- Miss Granger doit avoir un prénom, n'est-ce pas ? Comment vous appelez-vous jeune fille ?
- Hermione, dis-je timidement. Hermione Granger, monsieur.
J'avais du mal à ne pas dévier les yeux, son regard était impressionnant. Au même moment, il sortit de sa poche un mètre ruban avec des inscriptions en argent.

-Êtes-vous droitière ou gauchère ? demanda t-il.
Je suis droitière.
- Tendez le bras maintenant.
Une fois chose faite, il mesura mon bras, de l'épaule jusqu'au bout de mon majeur, du poignet jusqu'au coude ainsi que la hauteur de l'épaule jusqu'aux pieds ainsi que du genou à l'aisselle. Et enfin, il mesura mon tour de tête. J'étais un peu mal à l'aise, je me demandais bien à quoi cela pouvait servir de connaître mon tour de tête pour choisir ma baguette.

-Nos baguettes – sans vouloir me vanter – sont les meilleurs du monde. Nous utilisons des substances magiques très puissantes. Nous utilisons le crin de Licorne, la ventricule de dragon ainsi que la plume de Phénix. Toutes les baguettes de chez Ollivander sont uniques, du fait qu'il n'utilise pas deux crins de Licorne, deux ventricules de dragon et deux plumes de Phénix identiques. Aucune autre baguette magique ne vous donnera des résultats aussi satisfaisants que les nôtres. J'ajoute aussi que nous ne choisissons pas nos baguettes, mais que ce sont elles qui nous choisissent.
Alors qu'il partit dans l'arrière boutique, le mètre ruban continua de terminer ses mesures. J'appris alors que de telles créatures existaient dans le monde magique. Peut-être que les flammes que j'avais aperçu dans les souterrains de Gringotts provenait d'un dragon. Il revint quelques minutes plus tard avec une boîte, il en sortit une baguette d'une taille moyenne. Mr Ollivander me l'a tendit et me conseilla de faire quelques moulinets avec au-dessus de ma tête. Après avoir jeté un regard au professeur McGonagall, je m'exécuta. L'unique chose que la baguette produisit furent de faire tomber quelques boîtes.

- Non, pas celle-ci... marmonna le vieillard en reprenant la baguette magique.
Il retourna dans son arrière boutique et ressortit avec une nouvelle boîte. Je pris une nouvelle baguette en main, cette fois-ci était bien plus courte. Je fis le même geste qu'avec la précédente et cela fit simplement projeter la baguette que j'avais en main, à l'autre bout de la pièce. Le vendeur continua de marmonner en secouant la tête, reprit la baguette puis retourna à l'arrière de sa boutique. Il revint avec une nouvelle boîte, il me tendit la baguette qu'elle contenait. Je fis le même geste qu'avec la précédente. Mais avant que j'eus le temps de provoquer quoi que ce soit, je ressentis une étrange chaleur parcourir dans mes doigts. La baguette projeta des gerbes d'étincelles colorés.
- Très bonne combinaison : vigne et ventricule de dragon, 20, 5 centimètres, rigide, commenta t-il avant de ranger la baguette dans sa boîte qu'il enveloppa de papier kraft. Les baguettes en bois de vigne sont parmi les moins courantes et j’ai été très intrigué en constatant que leurs possesseurs sont presque toujours des sorcières et des sorciers aux objectifs élevés. Ils ont une vision hors du commun et étonnent souvent ceux qui pensent les connaître le mieux. Les baguettes de vigne semblent fortement attirées par les personnalités aux profondeurs cachées et je me suis rendu compte qu’elles étaient plus sensibles et plus rapides que les autres dans le choix d’un maître. Mais, vous devez être une exception, Miss Granger.
J'avais bu ses paroles d'une traite. Chacun de ses mots était important à mes yeux. L'art des baguettes magiques était bien plus complexe qu'il n'y paressait.

- Le cœur de ta baguette est la ventricule de dragon, continua t-il. Ma baguette possède aussi ce cœur, tout comme celle du professeur McGonagall. D'une manière générale, les ventricules de dragon produisent les baguettes les plus puissantes, capables de jeter les sortilèges les plus flamboyants. Les baguettes au cœur de dragon ont une faculté d'apprentissage plus rapide que les autres. Bien qu'elles puissent changer d'allégeance si elles sont prises à la suite d'une victoire sur leur premier maître, elles établissent toujours un lien très fort avec leur possesseur du moment. La baguette à base de dragon a tendance à se tourner plus facilement que les autres vers les Forces du Mal, bien qu'elle n'y soit pas encline par elle-même. Des trois cœurs, c'est également celui qui est le plus susceptible d'entraîner des accidents, compte tenu de son caractère quelque peu fantasque.

Après ses paroles, il me demanda les 7 Gallions pour ma baguette, une fois ceci payer, il me tendit la boîte contenant ma baguette en bois de vigne puis ne purent partir. En silence nous firent le chemin de Traverse dans le sans inverse, je me rendis compte que c'était bien grand. J'observais la rue avec fascination, le monde magique était vraiment magnifique. Lorsque je vis les balais, je me suis demandée si ce n'était pas un peu dangereux ou trop inconfortable. Le sport n'avait jamais été mon truc. Je préférais les livres. En parlant de livre, j'avais hâte commencer les livres que j'avais achetée ainsi que jeter quelques sorts avec ma nouvelle baguette magique. Une fois devant le mur de brique, le professeur tapa à nouveau trois sur la même brique. Lorsque nous fûmes dans le Chaudron Baveur, le professeur me fit transplaner chez moi. Mes parents étaient assis sur le canapé en train de boire le thé. Alors que je leur montrais mes achats, le professeur préféra s'en aller.

- Nous nous reverrons à la rentrée Miss Granger, portez vous bien.
Et elle partit par la porte d'entrée, encore une fois je l'observai par la fenêtre, mais je ne voyais encore que le même chat tigré.

-Où avez-vous trouvez tout ça ? me demandèrent mes parents.
- Dans une petite rue derrière un pub miteux de Londres, répondis-je alors que j'essayais ma cape d'hiver devant eux.
Durant le reste de l'été, je passais mon temps à lire mes livres de cours ainsi que L'Histoire de Poudlard, je trouvais ces livres tellement fascinant. Je m'entraînais à quelques sorts facile, que je réussissais à chaque fois. Je m'étais promis d'être la meilleure de la classe, malgré le fait que mes parents soient des Moldus.



Je venere Sam Chaudron 
Revenir en haut Aller en bas
http://Poudlard-fans.forumactif.org
Bella Snape
Apprenti prédateur
Apprenti prédateur
avatar

Maison : Serdaigle
Empreintes : 2254
Messages : 107

MessageSujet: Re: New Fan fiction -Hermione-    Jeu 31 Jan - 8:27

Vraiment cool! C'est bien écrit et la lecture est plaisante, Bravo !



Maman Câline, Cousine Bel, Tonton Lordor et grand mère Saphira *w*
Vous êtes ma famille chérienounetteeeuuuh <333
Vive les Always !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasyetfantastique.forumactif.org
Lièvine Potter
Créature imposante
Créature imposante
avatar

Maison : Gryffondor
Empreintes : 5346
Messages : 1783

MessageSujet: Re: New Fan fiction -Hermione-    Jeu 31 Jan - 12:56

Merci Bella Smile



Je venere Sam Chaudron 
Revenir en haut Aller en bas
http://Poudlard-fans.forumactif.org
Sirius Greendal
Manitou suprême
Manitou suprême
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 26021
Messages : 19393

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Erwan D. Sokar
Animal : Chat Siamois : Seth
Augurey : Garuda
Directeur

élève : Zephyr Greendal
Animal : Harfang noir : Falco
1er année

Gallions: 850/226 (prof)

MessageSujet: Re: New Fan fiction -Hermione-    Jeu 31 Jan - 16:46

Et bien ça c'est de l'histoire x)
J'ai bien pris plaisir à la lire, c'est fluide, bon parfois y'a des oublis de mott ou des et mal placée mais ça se comprend avec cette longueur Very Happy

Bref ça correspond plutot bien au personnage de Hermione, bien que j'imaginais les choses plutot différemment xD
par ex :
Pourquoi transplaner dans le pub de tom alors que les parents de Hermione étaient là ?
Pourquoi voir des flammes dans Gringotts ? xD les dragons sont devant les coffres les plus anciens. Même celui des Potter y'a rien devant, il aurait été plus logique de voir la cascade, ou des Trolls à la limite ou autres chose.

Après y'a des petites choses qui m'ont faite rire :
- Bonjour Miss Granger, dit le professeur McGonagall. Tiens, ta liste de fournitures.
le tutoiement XD je vois pas McGo faire ça.

Le fait que Hermione préfère Gryffondor alors qu'on y voue que le courrage comme vertue xD elle qui se fait plutotmaltraitée et qui est plus portée sur les livres, je pense qu'elle aurait plus choisi toutes les autres que Gryffy en fait XD

Serdy et Pouffy en tête : intelligence et travail acharné comme valeur principale. Serpentard pour leur ambitions, et passé très vertueux, (elle aime les études, les runes, elle a de la passion ect) dans les livres on mentionne peu les mages noirs donc elle n'en saurait rien x) ou bien peu x)

Ah oui et surtout : McGo a oublié de lui dire que la magie est interdite dans le monde des moldus !!! et encore plus pour les mineurs : on y lit que Hermione a hate d'essayer des sorts chez elle et de lire les livres, or le premier qu'elle jette c'est dans le train, juste avant le Reparo avec Harry et Ron.
De même McGO qui transforme la table devant des moldus c'est bizarre elle qui se porte beaucoup sur les règles xD Hagrid en transformant Duddley a déjà fait une entorse aux règlements (mais il a pas été condamné parce qu'il était censé plus avoir de baguette) XD

Voilà pour le reste, franchement bravo, on voit que tu as pris des informations de partout pour écrire ton chapitre : sur les crabes de feu, des sources de Pottermore comme les baguettes de Hermione, McGo, Ollivanders, repris des détails qu'on a pu lire dans le premier HP ect.

yeah j'ai appris que j'ai la même baguette que Hermione du coup et j'en savais rien XD (sauf que la mienne est plus grande) du coup Severus Snape aussi vu qu'on a la même (et la sienne est donc aussi plus grande xD 2 serpy xD


bref bon boulot ! Il y aura une suite ? Very Happy


Envois mes Hiboux si besoin Invité 
© Sirius 

"Cheers!"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://lolotie.deviantart.com/
Lièvine Potter
Créature imposante
Créature imposante
avatar

Maison : Gryffondor
Empreintes : 5346
Messages : 1783

MessageSujet: Re: New Fan fiction -Hermione-    Ven 1 Fév - 16:53

Ah oui c'est vrai je fais souvent des incohérence ^^"
j'essayerais de modifié Wink
Franchement aucune idée peu être peu être pas Very Happy



Je venere Sam Chaudron 
Revenir en haut Aller en bas
http://Poudlard-fans.forumactif.org
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: New Fan fiction -Hermione-    Dim 17 Fév - 14:38

c'est génial j'aimerais trop que tu fasses une suite *p* Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Lièvine Potter
Créature imposante
Créature imposante
avatar

Maison : Gryffondor
Empreintes : 5346
Messages : 1783

MessageSujet: Re: New Fan fiction -Hermione-    Lun 18 Fév - 18:57

Merci Chaziza !
On verras pour la suite ^^"



Je venere Sam Chaudron 
Revenir en haut Aller en bas
http://Poudlard-fans.forumactif.org
Kavalier Catogan
Apprenti prédateur
Apprenti prédateur
avatar

Maison : Poufsouffle
Empreintes : 4281
Messages : 254

MessageSujet: Re: New Fan fiction -Hermione-    Sam 30 Mar - 21:56

WOW !! ouai j'avoue c'est super cool ! Exclamation
c'est super de voir comment se passe la rentrée d'Hermione, vu qu'elle est une Moldu.


"Vous avez peur de Vous-Savez-Qui ?
Craignez plutôt
POUSSE-RIKIKI
le constipateur magique qui vous prend au tripes !"


Revenir en haut Aller en bas
Câline A. Lovegood
Prédateur accomplis
Prédateur accomplis
avatar

Maison : Serdaigle
Empreintes : 2750
Messages : 2729

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Rose Evans
Animal : corbeau : Amalendu 1er année

Gallions: 448

MessageSujet: Re: New Fan fiction -Hermione-    Dim 12 Jan - 11:06

Liè : Bien sûr que oui on la verra ta suite (a) On te ligotera à ta chaise face à ton clavier s'il le faut, tu nous connais Razz En tout cas, j'aime beaucoup le début !


Sweet Always family : I love you ♥️♥️♥️♥️ and will ALWAYS do. This is more than a promise : it's an Always' word. Bel and Lordor with whom it all began
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: New Fan fiction -Hermione-    

Revenir en haut Aller en bas
 
New Fan fiction -Hermione-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hermione, martyrisée dans les dramiones et autres
» Et si Snape avait adopté Harry ?
» Votre Patronus à vous, ça serait quoi ?
» La relation Ron/Hermione
» Hermione VS Annabeth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forêt-Interdite ::  :: Fanfictions/Fan Arts/créations :: Fanfictions-
Sauter vers: