Forêt-Interdite
Allez-vous relever le défi du sortilège de transformation en animal de la foret interdite ?

En quoi serez-vous transformé ?
En invisible Sombral ?
En sage Centaure ?
En fier Hippogriffe ?
En agile Licorne ?


Venez le découvrir en vous connectant avec nos meutes !

* Merci de vous enregistrer avec un pseudo comportant 2 mots et un espace, et en ajout facultatif une lettre avec un point.




Bienvenue
* Invité *

 
AccueilPortailRechercherFAQMembresMémoire de la forêt (wikiki?)S'enregistrerConnexion
  Venez incarner un sorcier en l'an 1490 !
dans le RP Poudlard au temps de la Forêt-Interdite !
L'ultime coupe de 2017 est remportée par les FLÉREURS
Félicitations !
Place aux nouvelles meutes Aquas !

Partagez | 
 

 Samain, J 1, banquet de 1490

Aller en bas 
AuteurMessage
Le Narrateur
Créature de 3è cycle
Créature de 3è cycle
avatar

Empreintes : 4255
Messages : 388

MessageSujet: Samain, J 1, banquet de 1490   Mer 23 Aoû - 18:32

La grande salle était illuminée de torches, au feu éternel, comme à l'accoutumée. Mais cette fois, quelques-unes avaient une teinte inhabituelle et luisaient d'une teinte bleutée, presque translucide. 
La cinquième table, ordinairement occupée par les professeurs, était à présent réservée par divers fantômes. Les quatre autres tables, avaient été décalées vers les murs de la pièce, afin d'offrir une place centrale plutôt étendue. 

Au centre de celle-ci, se tenait un petit bassin en pierre grise, aux parois épaisses, incrusté de runes anciennes gravées sur sa surface, et rempli d'une substance claire jusqu’à sa moitié. Ce contenant semblait à la fois liquide et gazeux, à la fois ni l'un ni l'autre, impossible d'en dire plus. Un sol d'herbe bien verte et fraîche avait été placé en cercle autour de la relique de pierre, sur trois pieds de rayon.


Lentement, les élèves prenaient place aux tables restantes, les plus jeunes dans une attente impatiente, palpable dans l'air, certains plus âgés, un peu plus lassés. Les maisons se mélangeaient aux gré des arrivées et affinités. Les professeurs se plaçaient également aux cotés des étudiants, leur table étant réquisitionnée par les spectres. Il n'y a avait aucune trace de couverts.

- Samain a une place très importante pour les mages à Salem, j'espère que Poudlard et ses intenables élèves seront à sa hauteur, lança Mrs Addams en dardant son regard noir sur quelques uns.

Lorsque la salle fut remplie et que l'heure était venue pour l'ouverture des festivités de Samain, le directeur claqua des mains et la quasi totalité des torches de feu s'éteignirent. Les seules restantes à vaciller faiblement furent celles des spectres, d'une lueur bleutée, plongeant la grande salle dans la pénombre. La voix du directeur, qui s'était placé derrière la bassine de pierre, retenti avec force, augmentée par un sonorus.

- Chers élèves, esprits et professeurs, je vous souhaite la bienvenue pour l'inauguration des sept jours de festivités de Samain !

Un brouhaha de bruits et cris appréciateurs se fit entendre, aussi le sorcier dû attendre que le calme revienne avant de continuer.

- Ce soir, nous célébrons le commencement de la fête mais également la célébration du passé ! Durant sept jours, à compter ce soir, nous serons tous portés hors de notre quotidien pour ce rite magique du souvenir, du partage et de la purification !

Tandis qu'il finissait sa phrase, un bruit de cascade se fit entendre et lentement, un dragon serpent de mer jailli de la bassine de pierre, reflétant les lueurs bleutés des torches restantes. Il fila le long des murs de la salle, puis entre les tables, frôlant certains élèves et fantômes. Partout, il déposait des gouttelettes brillantes d'eau.

- Les souvenirs sont quelques choses de forts, continua le directeur. Les mauvais peuvent nous marquer à jamais, les bons nous donnent le baume au cœur dans certains moments ou nous confortent. Ils font également parti de notre histoire, pour certains, de leurs familles. Certains souhaitent simplement s'en débarrasser, d'autres veulent les conserver. C'est comme un torrent d'eau. Ce soir, nous allons nous remémorer nos bons souvenirs et tenter de chasser les mauvais.

Il leva sa baguette et une énorme bulle d'eau couvrit le plafond magique, comme si tous les élèves se trouvaient sous un marais. Le dragon formé d'eau s'y glissa, se fondant à l'interrieur.

- Devant vous se trouvent une feuille de parchemin, une plume, de l'encre et une pierre. Je vous demande d'inscrire sur le parchemin un mot évoquant le souvenir ou de raconter le souvenir qui vous à marqué, d'une mauvaise façon durant cette année. Une fois fait, pliez donc ce parchemin de la forme qu'il vous convient et levez le bras pour qu'il atteigne l'eau au dessus de votre tête et y reste. Si vous en avez un, bien sur, ajouta-t-il malicieusement.

Un brouhaha s'ensuivit des élèves qui grattèrent sur leur parchemin et levèrent leur bras jusqu'à la bulle aquatique, certains en rigolant de la sensation. Les fantômes se prêtèrent également au jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Sam Chaudron F.
œuffissime choco
œuffissime choco
avatar

Maison : Gryffondor
Empreintes : 4877
Messages : 13139

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Sam Bellamy
Animal : Hibou grand duc roux : Noar
professeur


élève : Eden Stride
Animal : Fléreur : Mercure
1er année

Gallions: 158 / 282 (prof)

MessageSujet: Re: Samain, J 1, banquet de 1490   Mer 30 Aoû - 11:27

Eden était intenable depuis le début de la matinée, sachant que la semaine de Samain commençait ce jour. Il avait décidé de se lever tôt ce mardi matin après avoir vu durant le week-end le programme de la semaine dans sa salle commune. Mais trop curieux, le programme ne lui semblait pas assez complet à son goût, et il avait décidé de se rendre aux aurores devant la salle commune des Serpentard pour harceler son cousin de question. Harcèlement qui avait duré toute la journée jusqu'à l'arrivée de la Grande Salle le soir pour le banquet d'ouverture.

-Allez Alvin, ne joue pas aux hommes-mystères comme ça !! Dis-moi un peu comment ça se passe dans Poudlard ? C'est si différent que ça par rapport aux réunions de familles ? C'est pareil ? Je pense quand même que ça doit être plus marrant vu tout le monde qu'il y a dans Poudlard... Tu veux vraiment pas me dire comment c'était les années précédentes ? C'est pas sympa tu sais !

Alvin se retourna en fronçant les sourcils.

-Mon dieu Eden ! Est-ce que tu te rends compte que tu deviens comme Sasha en cet instant avec toutes tes questions ? Tu essayes de la concurrencer ou bien ?

Eden se raidit, vexé. Puis il se détendit, attrapa les bords de son pantalon et le tira le plus loin possible de son ventre, sous les yeux élargis de surprise d'Alvin.

-Ecoute, je viens de vérifier, vu ce que j'ai là-dedans, je ne suis pas Sasha. Tu peux vérifier par toi-même si tu veux ! répondit-il en tenant toujours son pantalon face à Alvin.

Celui-ci réagit aussitôt en lançant des regards affolés autour de lui, espérant que personne ne remarquait le petit manège de son cousin !

-Mais enfin Eden !!! s'écria-t-il en lui attrapant les mains, ce qui fit lui fit lâcher son pantalon pour le remettre en place. T'es pas bien de faire ça devant tout le monde !!

-Dis donc ! C'est bien toi qui m'a dit que, au pire, un garçon sait comment est fait un garçon, et au pire, une fille le saura un jour ou l'autre non ? Tu n'avais qu'à pas me comparer à Sasha !

-Vu ton attitude d'aujourd'hui pourtant...

-N'importe quoi ! Et puis c'est uniquement pour te préparer à son arrivée l'année prochaine ! Je ne compte pas être le seul à en baver. Qui sait, en plus elle sera peut-être à Serpentard avec toi, quelle chance ! se moqua Eden.

-Ah oui ? Et bien moi je rigolerais bien si elle est à Serdaigle avec toi, tu devras la supporter pendant six longues années.

-Sasha à Serdaigle ? Impossible. Son intelligence s'est égaré à la naissance quelque part dans son corps, et ce n'est pas dans sa tête.

-Tu n'es pas gentil des fois quand même tu sais ? Tiens, tu voulais voir à quoi ressemblerait le banquet, tu es servi !

Eden s'intéressa à la présentation de la Grande Salle, et pu constater que tous les élèves et les professeurs étaient réunis et mélangés autour d'une seule grande table. Avec toutes les maisons mélangées, il avait du mal à repérer les visages de ses amis.

-C'est impressionnant de voir tous les élèves ensemble !

-Et encore, je ne suis pas sûr que tout le monde soit présent ! Tu était tellement impatient que j'ai voulu t'emmener à l'avance pour que tu te calmes. Allez viens, on va s'asseoir.

Alvin prit l'une des places qui se présentaient à lui et invita Eden à s'installer. Lorsque tous les élèves et professeurs semblaient être présents, le directeur prit la parole pour annoncer son discours sur le premier jour, célébrant le passé. Eden bu chaque parole prononcée par le directeur, toujours fasciné par la façon dont se déroulera cette semaine dans Poudlard.

- Les souvenirs sont quelques choses de forts, continua le directeur. Les mauvais peuvent nous marquer à jamais, les bons nous donnent le baume au cœur dans certains moments ou nous confortent. Ils font également parti de notre histoire, pour certains, de leurs familles. Certains souhaitent simplement s'en débarrasser, d'autres veulent les conserver. C'est comme un torrent d'eau. Ce soir, nous allons nous remémorer nos bons souvenirs et tenter de chasser les mauvais.

Eden jeta un coup d'oeil vers son cousin, qui le remarqua. Alvin se pencha alors vers lui pour lui murmurer quelques phrases.

-Ne t'en fais pas Eden, ça va aller. Personne n'a besoin de raconter oralement ce qui nous a marqué pour chacun, il s'agit juste de se débarrasser d'un poids qui nous gêne.

Eden souffla. Il avait eu peur un court instant que ce banquet ne tourne en une immense thérapie de groupe, et avait eu peur pour lui et son cousin sur certains points. Il écouta alors la fin du discours et vit apparaître une bulle d'eau.

Il prit alors la plume, l'encre et le parchemin qui attendaient qu'on les utilise, trempa la plume dans l'encre, et resta le bras en suspens dans le vide.

"D'accord mais... Qu'est-ce que je vais mettre ?" pensa-t-il

Il hésitait beaucoup. Evidemment, il en avait eu des mauvais souvenirs, mais autant que des bons. Il essaya de trier ses souvenirs sans y arriver quand une goutte d'encre tomba de la plume sur le parchemin, le faisant réagir. Il râla un peu de son manque d'attention, tout en réalisant qu'il y avait bien un souvenir qui le gênait, un souvenir très récent. Il se décida alors, trempa à nouveau sa plume dans l'encre et décida de réduite ce souvenir en une courte phrase, qui résumait selon lui sa rancoeur.

Du coin de l'oeil, il vit Alvin qui semblait très concentré sur son parchemin, le relisant comme s'il voulait s'imprégner du texte qu'il venait d'écrire.

-Tu as fini ?

-Oui... Tu n'as pas marqué grand chose sur ton parchemin toi dis-moi !

Eden couvrit son parchemin aussitôt.

-Mais tu as fini de lire au dessus de l'épaule des autres ! Tu fais ça à chaque fois !!

Alvin se mit à rire, continuant de se moquer de son cousin.





Kassdédi pour Muesly et Jiji:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://plus.google.com/u/0/communities/108810804721452950725
Magie M. Diggory
Coeur d'artichaut
Coeur d'artichaut
avatar

Maison : Poufsouffle
Empreintes : 3343
Messages : 3563

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Magie Diggory Animal : Chouette Harfang : Neige
1er année

Gallions: 262

MessageSujet: Re: Samain, J 1, banquet de 1490   Dim 12 Nov - 17:43

J'arrive dans la grande salle. Je suis ébahie un instant devant la nouvelle décoration qui rendrait la pièce encore plus magique. Enfin presque, elle l'est déjà assez chaques jours. D'un pas un peu mal assurée en voyant une table de fantôme je me faufile jusqu’à ce que je voies mes amies. Caroline est Miles ont l'air en pleine conversation, j'ai l'impression que Miles dit encore des reproches à Caroline.

- Salut, Miles et Caroline! Qu'est-ce que tu raconte Miles?

Je porte un nouveau regard au centre de la grande salle en sourirant.

- Je trouve ces décorations magnifiques! Notre préfet m'avait dit que ça serait beau et il a raison!!

Je prend ma place à une table. On attends encore un petit peu avant que les élèves s'installe et que commence la fête. Je ne me souviens plus du nom. Je vois Eden s'installer plus loin, avec un élève plus âgé de la maison de Serpentard. Je frissonne mais je le chasse vite de mon esprit en me concentrant sur la beauté de la grande salle et sur les histoires que mes camarade se raconte.

- Chers élèves, esprits et professeurs, je vous souhaite la bienvenue pour l'inauguration des sept jours de festivités de Samain !


ça y est!!! La fête va commencer. Je suis impatiente de découvrir tout ça. Le directeur claque des mains et les torche s'éteigne presque toutes.

- ça commence!! J'ai hate de voir ce qui va se passer!!!

Je suis pas la seule a m'être exclamé de joie. Le directeur attend le silence puis explique ce qui consiste la fête. Un dragon d'eau surgit soudain non loin de nous et je ne peut pas retenir un cri de peur!! Des élèves rigolent de moi et je souris aussi à Caroline et Miles face à ma réaction.

- Il m'a fait peur, quand il est passé au dessus de moi. Je rigole.

Juste après une énorme bulle se dresse au dessus et j'ai aussi peur qu'elle n'éclate en nous arrosant tous, mais après tout, c'est juste magique, il n'y a aucune raison.

Devant vous se trouvent une feuille de parchemin, une plume, de l'encre et une pierre. Je vous demande d'inscrire sur le parchemin un mot évoquant le souvenir ou de raconter le souvenir qui vous à marqué, d'une mauvaise façon durant cette année. Une fois fait, pliez donc ce parchemin de la forme qu'il vous convient et levez le bras pour qu'il atteigne l'eau au dessus de votre tête et y reste. Si vous en avez un, bien sur

Je vois les élèves commencer à écrire. Je regarde mes amis, surtout de Poufsouffle, pour voir ce qu'ils font. Il y en a qui ont déjà commencer et d'autres qui cherche quoi mettre. Moi j'ai bien une idée mais je ne sais pas vraiment comment l'écrire. Je me décide à inscrire un phrase.
Toutes les fois quand Greendal, Stride, Lovegood et d'autres serpentards m'ont insulté parce que j'étais dans une famille pas sorcière.

Je le plie ensuite en forme de bateau, comme papa nous le montrait à maman et moi, et à Arthur aussi. A coté de moi, une élève de Serdaigle le regarde avec intérêt. J'ai soudain mal au ventre en pensant qu'il s'agit peut-être d'une amie de Zephyr et Eden mais elle me félicite pour mon pliage et tente de le reproduire avec sa baguette magique. Elle y arrive encore mieux que moi. Ce doit être une sorcière de naissance, c'est sur! Elle me sourit et semble ravis de son pliage. Je prends le miens et le montre à mes amis en attendant d'avoir à lever le bras pour placer mon parchemin dans la bulle d'eau. ça me surprend que la bulle n'éclate pas.

-AH! C'est... heu...l'eau est froide!!


Revenir en haut Aller en bas
http://nuit-de-chasse.forumactif.org/
Caroline Who
Prédateur autonome
Prédateur autonome
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 4601
Messages : 707

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Caroline Smith Animal : Corbeau : Sevi
1er année


Miles Smith Animal : chat gris : Steel Samurai
1er année

Gallions: 273 (C) / 272 (M)

MessageSujet: Re: Samain, J 1, banquet de 1490   Lun 11 Déc - 18:51

Caroline

- Que veux-tu que je te dise? Je connais pas toutes les fêtes du monde. dis-je en soupirant.

Miles me traînait dans la Grande Salle avec des yeux étincelants, sauf maintenant.

- Mais enfin! T'as toujours le nez dans un livre. T'as forcément lu un truc sur sujet!

Quel entêté. Oui, la lecture est une mes activités favorites mais pas tous les livres éveillaient ma curiosité. Surtout ceux concernant des fêtes sorcières.

Cette fête tombait assez mal je trouvais. En fin octobre, on fêtait les morts, particulièrement ceux tombés aux combats lors de la guerre de cent ans. La seule célébration où toute la famille était obligatoirement convié à l'église du quartier pour prier, au grand dam de mon père. Franchement, prier pour des hommes suffisamment stupides pour aller s'empaler sur l'épée de l'adversaire, fallait le faire. Sur ce point, je rejoignais malheureusement l'avis de Greendal.

Enfin, peut-être que cette semaine de Samain était aussi une célébration aux morts à la manière des sorciers.

Salut, Miles et Caroline! Qu'est-ce que tu raconte Miles? Je trouve ces décorations magnifiques! Notre préfet m'avait dit que ça serait beau et il a raison!!

Magie s'était assise à côté de nous avec un grand sourire tout en observant la décoration. Les torches envoyaient des flammes plus douces et mélancoliques et la table des professeurs étaient envahis de fantômes.

- Coucou Magie. Rien de spécial, il est choqué que je ne sache pas ce que c'est,
cette fête.


- C'est vrai que la décoration est belle, les professeurs ont fait du très bon travail! commenta Miles en fixant les torches.

Miles s'assit à côté de Magie et je me retrouvai à côté d'un enseignant dont j'avais oublié le nom. Les lumières s'éteignirent, le discours commença et un dragon d'eau jaillit de la bassine reposant au centre de la salle. J'appréciai le spectacle que seule la magie pouvait faire. L'animal vola dasn toute la salle, laissant des gouttes d'eau. Elle passa au-dessus de nous et je ne pus m'empêcher de la toucher du doigt. Magie avait eu peur et nous souriait malgré sa frayeur. Je lui rendis son sourire.

Ecrire un souvenir déplaisant? J'avais l'embarras du choix. L'infirmerie, Greendal, mon futur fichu, ma mère, les enfants du quartier, William... mais un souvenir dépassait de loin tous les autres. J’espérai juste que ces souvenirs ne seront jamais partagé avec les autres.

Je pris le parchemin et nota en quelques mots.
Le glas sonne lorsque le destin m'enchaîna à une fin immuable.

Cela ne voulait certes, pas dire grand chose mais il résumait, pour moi, le désespoir cette lettre que j'avais jeté au feu et de ce malheureux ruban.

Miles n'écrivait pas grand chose. Il ne lui était pas arrivé grand chose cette année. L'incident sur London Bridge datait de l'année passée mais il ne pouvait pas s'en souvenir. Il était vaguement au courant que plusieurs mois s'étaient écoulées entre son coma et son réveil et le Nouvel An était passé entre deux. Je le vis marquer la fois où Steel Samurai s'était fait "kidnapper" par un élève, plia son parchemin pour lui donner la forme d'une grue.

De mon côté, je m'attelai à donner à mon papier, une forme de lotus. Une des rares formes que j'arrivai à faire sans l'aide de la magie. Mon souvenir pouvait se lire à l'intérieur de la fleur. Magie nous montra son pliage. Un joli bateau ente ses mains. Miles montra sa grue et moi, mon lotus.

- J'aime beaucoup ton bateau, Magie!

Mon frère acquiesça et mis sa grue dans une bulle. Elle flotta à l'intérieur comme dans une bulle de vide.

-AH! C'est... heu...l'eau est froide!! s'écria Magie.

- C'est drôle comme la bulle n'éclate pas. La magie a beaucoup de bons côtés.

Je mis ma fleur dans la bulle au-dessus de moi et la regardai flotter dans les airs, fascinée.



The power of Truth!
Revenir en haut Aller en bas
Sirius Greendal
Manitou suprême
Manitou suprême
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 26457
Messages : 19520

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Erwan D. Sokar
Animal : Chat Siamois : Seth
Augurey : Garuda
Directeur

élève : Zephyr Greendal
Animal : Harfang noir : Falco
1er année

Gallions: 850/226 (prof)

MessageSujet: Re: Samain, J 1, banquet de 1490   Dim 28 Jan - 18:49

Zephyr Greendal :

Aujourd'hui, la journée avait été correcte, je dirais même satisfaisante. Aucun incident d'aucune sorte, aucune maladresse, aucun écho négatif, aucun né moldu à proximité, aucune mauvaise note et nul professeur ne m'avait interrogé. Comme si l'ambiance s'était soudainement détendue. Grand bien m'en faisait, puisque je pouvais décemment rester un élève tellement banal qu'on ne daignait plus me porter d'attention. Je me passais aussi de ces loques infâmes de né-moldus et semi traitres de sang mêlés, chose qui me donnait le grinchebourdon lorsque j'étais obligé de me les coltiner.

Bref, me voilà donc ce soir, encore une fois à la bibliothèque, achevant mes devoirs. Mon estomac grogna soudainement, me rappelant que l'heure du diner devait avoir lieu. Je refermais mes livres l'esprit perdu dans mes divagations. J'avais faim, mais je fuyais la Grande-Salle comme la Dragoncelle. J'avais jugé ça plus prudent depuis le mois de Septembre. Je ne passais qu'occasionnellement quand j'étais vraiment trop affamé. Pour le reste, je fonçais vers les cuisines, dont Korlan m'avait déjà expliqué le système d'entrée. Les elfes se montraient très aimables et serviables envers moi, m'apportant quelques mets qu'ils avaient en réserve en discutant. Je grignotais le matin en y passant, puis les restes que j'avais conservé pour le midi, et le soir j'y allais jusqu'à ce que les élèves de Serdaigle ne remontent dans la salle commune pour m'ouvrir la maudite porte.  

Je fixais l'horizon où le soleil irradiait le paysage de sa couleur orangâtre, derniers signe de la journée. Oui, aujourd'hui j'avais la chance de mon coté, pourquoi ne pas tenter d'aller prendre mon diner avec les autres ?

Ma décision était prise, aussi je ramassais rapidement mes affaires dans mon sac et le refermais tout aussi expressément, avant de m'élancer vers la salle du diner. Je ne ralentis qu'en arrivant tout proche du hall d'entrée, peu désireux de cogner ou rentrer dans quelqu'un.

Les élèves avaient l'air dans un état de surexcitation qui était palpable dans l'air, aussi je me demandais vaguement quelle était la raison de cette euphorie. Mes pas réguliers et contrôlés me menèrent près des lourdes portes de chêne et je sus instantanément que quelque chose n'allait pas. Aucune odeur de plats n'en émanait, et plus surprenant encore, les tables s'organisaient dans un plan qui me surpris au plus haut point. Les maisons étaient mélangées, je vis même des professeurs assis avec les élèves et face à moi, se trouvaient des spectres trônant fièrement à leur place.

*Merlin, est-ce habituel ce genre de changements pour le soir ? me demandais-je. Vins-je donc si peu que je ne le savais même pas ?*

Je restais planté là, en plein milieu du passage, stupéfait et me demandant avec angoisse où j'allais bien pouvoir me mettre. Quelqu'un me bouscula en passant avec son groupe d'amis. Mon angoisse monta mais je ne décelais aucune trace de colère dans ses traits, au contraire, j'entendis un léger "excuse moi" ainsi qu'une autre personne qui chuchota :
"Qu'est-ce qu'il fait planté au milieu du chemin celui là ?" en rigolant, mais je n'y décelais aucune trace de malice.
Soulagé j'évacuais un profond soupir. Il semblait que les étudiants étaient passé à autre chose que mon cas désespéré. Ou peut-être m'avaient-ils véritablement oublié. Quoi que ce fut, ça ne résolvait pas mon problème immédiat. Je vis Eden, assis à coté de son cousin qui semblait tout aussi excité que les autres. Je souris face à cette vision. Mon regard chercha alors une autre personne que je trouvais installée vers le mur du fond, entouré d'étudiants à la tenue de Serpentard.

Je me décidais à les rejoindre, légèrement intimidé. Lorsqu'il me vit, Korlan m'adressa un sourire, accompagné d'un signe de main encourageant, puis m'indiqua de m'approcher. Ce que je fis avec joie, un poids en moins dans la poitrine. Mon frère me désigna une chaise à ses cotés et tapa sur l'épaule de son voisin en lui exprimant quelques mots concis en lui serrant la main. Ce dernier se leva et se déplaça un peu plus loin à sa gauche avec un hochement de tête entendu et un sourire satisfait. Ce comportement m'étonna.

Je m'installais à la précédente place du camarade de mon frère, un peu gêné. J'avais l'impression de ne pas être où je devais, d'avoir pris ce qui ne me revenait pas.

- Heu... tu es sûr que ton camarade ne va pas vouloir revenir ? Demandais-je à mon frère en hésitant.

- Oh, ça ! Non, ne t'en fais pas, me répondit-il d'un ton suffisant que je ne lui connaissais pas. Maalasti ne pige pas grand chose à cause de sa langue maternelle mais il y a des moyens que tout le monde comprend mieux que tout.

- Je ne saisi pas, exprimais-je, perdu.

Mon frère eut un petit rire supérieur.

- L'argent, me révéla-t-il comme une évidence.

- Oh...

Je ne sus que dire d'autre, tant la surprise était inattendue et déplaisante. Ainsi, la poignée de main et l'échange n'avaient pas été anodins. L'espace d'un instant, je me pris à penser que jamais je n'avais imaginé mon frère prononcer de telles paroles auparavant. Je me demandais vaguement si c'était Poudlard qui l'avait perverti, tout comme c'était le cas avec moi. Korlan plissa ses yeux face à ma réaction.

- Pourquoi fais-tu cette tête là ? demanda-t-il d'un ton soudain distant.

- Je..., hésitais-je en cherchant le courage de me lancer. Je trouve que ce n'est pas correct. Cette... façon de faire.

Mon ainé eut une inspiration arrogante.

- Pourquoi ? me questionna-t-il d'un ton froid et supérieur. Crois-tu que Malaasti ne soit pas satisfait de cette transaction ? Je lui ai donné bien plus qu'il ne méritait pour sa peine !

Je levais les yeux vers lui, croisant les iris ambrés et emplis de sévérité. C'était la première fois que je voyais un tel regard de sa part envers moi, et j'en fut retourné. L'espace d'un instant, je crus percevoir le reflet des yeux de Père dans les siens. Ceux couleur vermeille de lord Gilian étaient habituellement tranchants et sévères. Je me pris à penser, qu'en ce moment, avec en plus ses cheveux attachés impeccablement en catogan, Korlan lui ressemblait plus que je ne l'avait imaginé.

- Regarde le ! Dis moi... penses-tu qu'il aurait préféré rester ici ? continua-t-il.

Je tournais ma tête vers l'élève de Serpentard en question. A sa nouvelle place, il rayonnait de bonheur, attendant fébrilement la suite de la soirée avec les autres élèves de sa maison. Mais son visage avait un air satisfait que seule sa main, serrée sur une poignée de gallions, laissait transparaitre pour raison. Mon frère eut un long soupir condescendant.

- Tu devrais pourtant le savoir, maintenant, que l'argent gouverne le monde.

Je me retournais vers lui, mes lèvres pincées pour ne rien dire de plus. Je voulais rejeter cette façon de faire, mais le monde où j'avais grandit en était bercé atrocement. Je vis soudain le visage fatigué de Korlan fixant le centre de la Grande-Salle. Cela éloigna toute notion d'argent et profit de mon esprit. La constatation me frappa purement et simplement que depuis mon altercation avec les Serpentard, j'avais évité tout contact avec lui également.
Oui : je restais enfermé dans la tour des aigles, ayant trop peur de ne pouvoir rentrer par la suite, si l'idée folle me prenait de vouloir me balader. Coincé face à ce stupide oiseau et ses énigmes de malheur ! J'évitais comme la dragoncelle les repas et me réfugiais dans la cuisine ou la bibliothèque à la place.

Je pris soudain conscience que si mon frère avait été satisfait de lui, pour sa transaction que je jugeais malsaine, ces motivations étaient peut-être toutes autrement louables. Tournées vers une possible réunion de nous pour partager ce moment ensembles. Je sentis soudain la culpabilité m'envahir et un besoin de lui affirmer la joie que j'avais ressentie en m'installant ici.

- Je suis content d'être là avec toi ce soir ! Ca fait longtemps qu'on ne s'était pas retrouvés. Je ne savais pas qu'il arrivait que les tables soient changés pour le repas du soir. Je viendrais plus souvent désormais...

Korlan se tourna vers moi avec un sourire et une expression indécelable. Ce visage fendu de joie simple était celui que je connaissais, que j'appréciais et qui le montrait réellement, sans le reflet de nos parents et leur éducation.

- Je suis content aussi de te retrouver, Zephyr, me dit-il. Mais pour les tables, non ça n'arrive jamais... ne me dis pas que tu as oublié ?

- Oublié quoi ? demandais-je véritablement perdu.

- Quel jour on est ! répondit-il en levant les yeux au ciel dans une expression comique, comme si je débarquais de la planète Jupiter.

Je le fixais, en fronçant les sourcils dans une tentative désespérée de me rappeler. La seule chose que je me souvienne vaguement c'est qu'on était en plein mois d'Octobre et qu'il y avait encore si longtemps à tenir dans ce château lugubre avant les prochaines vacances. Mon frère s’esclaffa.

- Eh bien, tu vas vite le savoir, me glissa-t-il en me désignant le directeur qui se levait pour faire son discourt.

Je l'écoutais, bien plus intrigué que respectueux. Dès les premiers mots, mes yeux s’agrandirent d'un mélange de joie de d'excitation. Je comprenais désormais pourquoi l'ambiance dans l'édifice m'avait paru si différente.

- C'est l'inauguration des célébrations de Samain ! m'exclamais-je avec euphorie face à Korlan qui se borna à rire à mon expression.

Je rejoignis mon frère dans son éclat de rire et mon impatience se mit à grandir furieusement en moi.

- Comment ça se passe alors à Poudlard ? J'ai hate de le découvrir ! ça ressemble à celles qu'on fait à Fagley-le-Haut ? demandais-je à toute vitesse.

- Zephyr, calme toi, souris mon frère. Écoute donc le directeur et pour le reste tu verras bien, tu auras la surprise et tu pourras ensuite comparer ! Je te rappelle que moi non plus je n'ai jamais assisté à ces fêtes ici !

Je pris en effet conscience qu'à part le banquet d'ouverture, mon frère était toujours rentrée au manoir Greendal pour ces festivités et que donc, tout comme moi, il ne savait pas réellement à quoi s'attendre au château.

- Mais... tu n'as jamais demandé à tes camarades comment ça se passait ? pointais-je un peu boudeur et irrémédiablement impatient.

- J'avoue que j'ai demandé surtout pour le Jashin, me révéla-t-il.

- Ah c'est vrai ça ! Comment font-ils la chasse ici ? A Fagley-le-Haut on traque le Jashin parmi toutes les rues, les pavés, les falaises, les bosquets et les champs... Il ne faut surtout pas qu'il atteigne la mer ! J'ai tellement hate de voir celle de Poudlard ! Tu crois qu'ils vont la faire aller jusqu'à Pré-Au-Lard ?

Pour une fois depuis ma répartition, le fait de rester au château m’enthousiasma. Je m'émerveillais du dragon d'eau qui passa au dessus de ma tête en déversant ses goutes brillantes sur nous. Je suivis le mouvement de foule lorsqu'on nous demanda de rédiger un mauvais souvenir. Sans surprise, beaucoup d'évènements récents me revinrent en mémoire, faisant un peu tomber mon excitation, et je tachais de déterminer le plus douloureux pour moi.

Les enfermements dehors ? Les né-moldus dans mon dortoir ? Les chouchou partisans de Diggory ? Les mots haineux de Smith ? Le professeur... non devrais-je dire, l'imposteur Cumman et ses cours et ses retenues ignobles ? Mes hallucinations de lutins et de fées ? Mon propre diagnostic de cure d'électro sorts ? Les regards haineux des Serpentard ? Mon agression dans les cachots ? La beuglante de Père ? ...
Non il y avait un élément déclencheur beaucoup plus important, la grosse blague qui avait fait de ma vie un enfer.

"Ma réparation à Serdaigle" écrivis-je.

J'aurai eu beaucoup à dire, mais je n'avais véritablement pas envie de m’étaler dessus. Korlan soupira en reposant lentement sa plume, voyant parfaitement ce que j'avais inscrit, car je ne le cachais même pas. Il me fit un sourire forcé.

- Tu as mis quoi, toi ? lui demandais-je.

Il me montra son parchemin avec une expression tendue. Si je trouvais que je n'avais pas beaucoup écrit, lui avait vraiment été succinct. Il avait rédigé seulement en lettres penchées le mot :

"Nubilité".

Une sensation glacée me prit l'estomac, comme si j'avais avalé de l'eau fraiche. Je pris alors pleinement conscience que mon frère allait vers ses 15 ans et que pour lui, ça signifiait de nombreuses obligations sociales.

J'hésitais à lui poser la question qui me brulait les lèvres, car après tout, avais-je le droit de lui demander quoi que ce soit après l'avoir autant ignoré ces derniers temps ? Cependant, je ne parvenais pas à détacher mon regard du mot dont les lettres s'enfonçaient dans le parchemin.

-Tu... commençais-je, tu as déjà... ?

Je ne put réussir à achever ma question qui mourut dans ma gorge. Il vola à mon secours.

- Non, me répondit-il d'un ton lassé. Père a juste fait en sorte que je sois vendu à la famille la plus offrante, acheva-t-il avec un dégout non contenu. Les propositions sont encore en négociations...

Il serra sa main sur le parchemin, le tordant en tout sens. Je parvenais sans mal à comprendre la déplaisance sourde que cette situation lui imposait. Je cherchais à capter son regard, mais ses yeux fuyaient délibérément les miens. Je mis alors ma main sur son bras, dans un geste de réconfort.

- Tu vois, l'argent achète tout, me souffla-t-il toujours résolument tourné vers la table. Même les unions. Tout ceci nous promet un merveilleux mariage à venir !



Envois mes Hiboux si besoin Invité 
©️ Sirius

The Wolf and the Swan
Sirius & Zephyr



Revenir en haut Aller en bas
http://lolotie.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Samain, J 1, banquet de 1490   

Revenir en haut Aller en bas
 
Samain, J 1, banquet de 1490
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forêt-Interdite ::  :: RP ~ Poudlard au temps de la Forêt :: La Grande Salle :: Les Banquets-
Sauter vers: