Forêt-Interdite
Allez-vous relever le défi du sortilège de transformation en animal de la foret interdite ?

En quoi serez-vous transformé ?
En invisible Sombral ?
En sage Centaure ?
En fier Hippogriffe ?
En agile Licorne ?


Venez le découvrir en vous connectant avec nos meutes !

* Merci de vous enregistrer avec un pseudo comportant 2 mots et un espace, et en ajout facultatif une lettre avec un point.




Bienvenue
* Invité *

 
AccueilPortailRechercherFAQMembresMémoire de la forêt (wikiki?)S'enregistrerConnexion
  Venez incarner un sorcier en l'an 1490 !
dans le RP Poudlard au temps de la Forêt-Interdite !
L'ultime coupe de 2017 est remportée par les FLÉREURS
Félicitations !
Place aux nouvelles meutes Aquas !

Partagez | 
 

 Le conclave, ou la petite fête de Madame Djo

Aller en bas 
AuteurMessage
Lumiya Potty
Prédateur redouté
Prédateur redouté
Lumiya Potty

Maison : Serdaigle
Empreintes : 4202
Messages : 3420

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Prof : Mme Lysistrata Djo
Animal : Siamois pur : Espoir directrice

Gallions: 354

MessageSujet: Le conclave, ou la petite fête de Madame Djo   Ven 3 Juil - 17:40

En ce Dimanche soir de la deuxième semaine de cours, Madame Djo était épuisée. Elle avait passé son Samedi à corriger des copies catastrophiques, et son Dimanche à préparer la petite fête qu'elle avait organisé pour ses collègues.

Pour ce faire, elle avait réquisitionné les deux derniers étages de la tour Nord, laissée inoccupée. L'endroit semblait parfait. En effet, le dernier étage donnait juste sous le toit. On pouvait apercevoir la charpente s'élever pour former la pointe de la tour. Et c'était de plus un balcon, le toit n'étant soutenu que par des colonnes, si bien qu'abrités de la pluie et du plus gros du vent, on pourrait s'y asseoir en cercle, comme un conclave, faire un feu au centre de la pièce, qui apporterait la chaleur, et avec les quelques étoiles du ciel constituerait une belle lumière mouvante. Dans la salle du bas, plus conventionnelle et circulaire, on pourra manger a l abri du vent et danser au son du harpiste et du luthiste.

Tout avait été décoré avec goût, c'est à dire selon le goût de Madame Djo. De grandes tentures encadraient les colonnes et créaient dans l'étage supérieur une ambiance feutrée. Des lampions de la même couleur avec en leur centre un grand cierge avait été attachés sur chaque colonne, et leur lumière jouait à se refleter sur les draperies, si bien qu'on eu dit que la salle miroitait. Des coussins de velours avaient été disposés en cercle, un par invité, et ce de manière régulière (notons Mi le point au centre du i ème coussin,  et O le centre de la pièce, l'angle formé par les segments OMi et OMi+1, qui d'ailleurs étaient de même longueur, valait exactement 2Pi/n avec n le nombre d'invités). En bas, trois tables disposées en U faisaient face à la porte d'entrée. la couleur des nappes rappelait celles des rideaux, la même qu'à l'étage supérieur, et les plats allaient arriver sous peu. Les musiciens se préparaient et répétaient dans la salle d'arithmancie. Ils ne viendraient pas avant deux heures.

Madame Djo avait elle aussi soigné sa tenue. Elle portait une splendide toge à la romaine tombant en diagonale de son genoux au sol, du même pourpre que toutes les décorations. Un fin drapé blanc masquait le bas de ses jambes, de même que ses épaules nues, et cela lui faisait comme une cape qui elle aussi touchait le sol, . Mme Djo avait laissé ses cheveux tomber en cascade de part et d'autre de son cou car sa cape blanche était aussi pourvue d'une capuche.Elle avait agrémenté ses mèches brunes de rubans blancs et pourpres. Tous les tissus blancs étaient brodés de fils d'or qui formaient des motifs géométriques intrigants et irréguliers.  Comme à son habitude, Madame Djo voulait faire impression. Elle espérait beaucoup de cette soirée, car même si elle appréciait plus que tout transmettre son savoir et sa passion, elle s'ennuyait toutefois au château. Il ne lui était plus possible de partir quand bon lui semblait à la découverte des ruines d'une cité antique, ni de traquer des peintures de maîtres. L'ambiance au château était chaleureuse mais n'atteignait le faste de la cour.  Et malgré leur bonne volonté, les élèves ne parvenaient pas à satisfaire les exigences implacables de la professeure. Surtout, Madame Djo se sentait plutôt seule. Elle était arrivée comme cela au sein d'une équipe déjà en place et avait des moeurs différentes que tous ses collègues ne comprenaient pas forcément. Elle se savait critiquée, autant pas les élèves que par certains de ses collègues. Et même si elle voulait le prétendre, cela ne la laissait pas indifférente.

Alors Mme Djo plaçait de grandes espérances dans ce conclave. Peut être parviendra t'elle à inviter ses collègues dans son univers fait à la fois de fantaisie et de rigueur, d'amusements et de labeur. Ainsi, la coeur un peu lourd, Mme Djo attendait ses premiers invités, car l'heure était arrivée.


Mme Lysistrata Djo