Forêt-Interdite
Allez-vous relever le défi du sortilège de transformation en animal de la foret interdite ?

En quoi serez-vous transformé ?
En invisible Sombral ?
En sage Centaure ?
En fier Hippogriffe ?
En agile Licorne ?


Venez le découvrir en vous connectant avec nos meutes !

* Merci de vous enregistrer avec un pseudo comportant 2 mots et un espace, et en ajout facultatif une lettre avec un point.




Bienvenue
* Invité *

 
AccueilPortailRechercherFAQMembresMémoire de la forêt (wikiki?)S'enregistrerConnexion
  Venez incarner un sorcier en l'an 1490 !
dans le RP Poudlard au temps de la Forêt-Interdite !
La coupe d'Août est remportée par les HIPPOGRIFFES
Félicitations !
Place aux nouvelles meutes Aquas !

Partagez | 
 

 Felix Felicis ou Philtre d'Amour?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Caroline Who
Prédateur autonome
Prédateur autonome
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 4523
Messages : 706

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Caroline Smith Animal : Corbeau : Sevi
1er année


Miles Smith Animal : chat gris : Steel Samurai
1er année

Gallions: 273 (C) / 272 (M)

MessageSujet: Felix Felicis ou Philtre d'Amour?   Ven 6 Mar - 18:04

Coucou tout le monde ~
Je commence aujourd'hui par une fic qui m'est venue à l'esprit en mode ninja.

Catégories: Romance/Aventure/(peut-être) Lemon

Bien, assez de blabla et je vous passe le prologue de l'histoire.

P.S. Si l'un de vous souhaite voir le texte pour corriger les fautes, dites-le simplement! Bye!

*************************************************************************

Felix Felicis ou Philtre d'Amour?

Prologue: Locomotor Barda

Juin 1991

Je regardais la porte d'entrée de ma maison. Mes parents entrèrent et me firent signe de les suivre. L'intérieur était sobre et lumineux. Les adultes éparpillèrent nos meubles et affaires qu'on avait emportés.

- Notre nouveau chez-nous! Qu'en penses-tu Laïcifitra?

Je fis ma moue. Tout était joli mais je n'avais plus d'amis, plus mon école, plus rien.

- C'est joli. Pourquoi avoir déménagé, papa?

Mon père me regarda et raconta qu'il le fallait. Rien d'autre. Maman m'envoya dans ma nouvelle chambre avec mon carton de déménagement.

Une fois toutes mes peluches rangées par ordre de milieu naturel, je fis un tour sur moi-même pour en voir le résultat. Elle était potable et je me plaçais devant mon armoire. Elle avait un grand miroir et je me regardais.

J'avais changé depuis le début des vacances d'été. Mes cheveux brun clair raide se sont rallongés vers le milieu du dos. J'avais gagné 2 centimètres et je faisais maintenant 1m56. Incroyable! Ma peau pâle ressortait avec le noir de mon t-shirt et mon short en jean. Ainsi que le corps que j'avais eu grâce à ma mère. C'est-à-dire, des jambes en chair, une taille assez fine et des bras fins avec des doigts longs, fins et vernis. Mon visage fin, mes yeux turquoise et ma bouche fine n'exprimèrent rien du tout. Je tournais la tête et je descendis dans le salon.

- Tu as fini Trésor? Me dit Maman.

- Oui M'an.

je m'assis sur le canapé et Papa me demanda si l'Angleterre me plaisait.

- La Suisse me manque. Et notre nom de famille fait trop étranger ici.

- je sais mais tu vois, Laïcifitra, tu devrais être fière de porter ce nom au lieu d'un autre comme Smith ou Dujardin.

Je pouffais de rire. Mon père pris sa baguette et lança un Accio pour amener un apéro sur la table basse.
Maman sorti la sienne et fit pleins de sort différents avant de s'asseoir avec nous.

Ma nouvelle vie allait commencer et je comptais bien en profiter.

******************************************************

Et on fonce sur le chapitre premier!

******************************************************


Chapitre 1: Une lettre à moitié inattendue

15 juillet

Le mois de juillet passa à une vitesse folle. J'avais rencontré des gens de mon âge mais ils n'avaient pas de pouvoir magique. J'avais découvert Londres, capitale du Royaume Uni et fait tous les trucs touristiques avant de me mettre à la cérémonie du thé et des scones avec de vieilles Anglaises à L'Orangerie du Palais de Kensington. Maman et moi avions fait notre shopping habituel et Papa alla chercher son lieu de travail.

En ce jour de juillet, il faisait très chaud. J'étais dans le jardin à lire quand tout à coup, une ombre passa au-dessus de ma tête. J'ouvris un œil et regardais autour de moi. La fenêtre de la cuisine était ouverte et une plume grise se reposait sur la bordure. Je me levai et j'alla prendre la plume. Une fois arrivée à la bordure de la fenêtre, je jetais un œil dans la cuisine et je vis un hibou sur la table. Je fus... étonnée. Tellement étonnée que je ne vis pas ma mère prendre un parchemin de la patte du volatile.

- Laïcifitra. Tu dors sur place. Et tu baves.

Je secouai la tête. Depuis notre arrivée ici, on me parlait en anglais. Histoire de comprendre et parler la langue de Shakespeare. Je le comprenais pas trop mal et je me débrouillais pour parler, mais j'avais mon accent et ça faisait rire tout les Anglais rencontrés.

- Pourquoi il y a un HIBOU dans la cuisine, à 3 heures de l'après-midi?! C'est quoi le gwak là?

Ma mère éclata de rire et me tendis le bout de papier qui était accroché à la patte de l'oiseau.

- Tiens. C'est pour toi. Me sourit-elle.

Je le pris avec méfiance et le toucha. C'était rêche.

- Du parchemin? Qui écrit encore aujourd'hui avec un parchemin?

Je regardais la fermeture de l'enveloppe. Il y avait un seau marqué "Poudlard" avec un insigne représentant 4 animaux. J'avais de la peine à voir les animaux. Je détachais et j'ouvris l'enveloppe. J'étais anxieuse. Je savais pas pourquoi mais je l'étais.

Je sortis un parchemin plié en deux et me mis à le lire à voix haute dans le jardin.


COLLÈGE DE POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE

Directeur: Albus Dumbledore
Commandeur du Grand-Ordre de Merlin
Docteur ès sorcellerie, Enchanteur-en-chef, Manitou suprême de la Confédération internationale des Mages et Sorciers


Miss Menoud,

Nous avons le plaisir de vous informer que vous bénéficiez d'ores et déjà d'une inscription au collège Poudlard.

Vous trouverez ci-joint la liste des ouvrages et équipements nécessaires au bon déroulement de votre scolarité.

La rentrée étant fixée au 1er septembre, nous attendons votre hibou le 31 juillet au plus tard.

Veuillez agréer, Miss Menoud, en l'expression de nos sentiments les plus respectueux.



Minerva McGonagall
Directrice-adjointe



A la fin de la lettre, j'en fus bouche-bée. J'étais une sorcière, je le savais mais je pensais intégrer BeauxBâtons, en France. Et on a juste déménagé et je vais à Poudlard.

- Vous y êtes pour quelque chose toi et Papa. Dis-je à ma mère.

- Peut-être. Répliqua la voix de mon père qui venait de l'autre côté de la maison.

Je me mis face à lui, du haut de mon mètre 56 et lui souris franchement. Je me jetai dans ses bras.

- Merci! Dis-je avec joie.

Je restais dans ses bras pendant un moment. Je le serrais si fort que je l'étouffais. Je le relâchais enfin et Maman annonça:

- Eh bien, nous irons demain au Chemin de Traverse pour aller chercher tes fournitures scolaires. D'accord?

- D'accord!

J'étais plus qu'enjouée. Je venais à peine de débarquer en Angleterre et voilà que je vais aller à l'école la plus réputée d'Europe pour apprendre!
Le soir arriva et le repas se passa dans une discussion des plus animés. Et le moment du lit arriva trop lentement à mon goût. Je me couchai et je fermais les yeux. Attendant le lendemain avec impatience.



The power of Truth!


Dernière édition par Caroline Who le Dim 8 Nov - 12:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sirius Greendal
Manitou suprême
Manitou suprême
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 26021
Messages : 19393

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Erwan D. Sokar
Animal : Chat Siamois : Seth
Augurey : Garuda
Directeur

élève : Zephyr Greendal
Animal : Harfang noir : Falco
1er année

Gallions: 850/226 (prof)

MessageSujet: Re: Felix Felicis ou Philtre d'Amour?   Mar 10 Mar - 13:54

Yop ! Bon premier commentaire :p
Aloooors heuu que dire ?

Bon j'attends d'en avoir plus en fait là pour me faire un vrai avis, c'est court bon on apprend pas trop sur le personnage je trouve encore ^^ et on a pas vraiment d'intrigue (ou de questionnement) donc difficile de savoir et, puisque bon, ça fait un peu "attendu" et sans surprise tout de même jusque là fans d'HP que je suis xD elle allait aller à Poudlard, elle le savait pas, mais elle sait que selon elle (ou sa famille) c'est plus renommée que BB ? ^^
Et sinon ben la suite ^^

Si j'ai bien compris elle sera élève en même temps qu'Harry, donc c'est une refonte de l'histoire ou tu suis quand même la trame en y ajoutant juste ton OC ?


Envois mes Hiboux si besoin Invité 
© Sirius 

"Cheers!"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://lolotie.deviantart.com/
Caroline Who
Prédateur autonome
Prédateur autonome
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 4523
Messages : 706

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Caroline Smith Animal : Corbeau : Sevi
1er année


Miles Smith Animal : chat gris : Steel Samurai
1er année

Gallions: 273 (C) / 272 (M)

MessageSujet: Re: Felix Felicis ou Philtre d'Amour?   Mar 10 Mar - 20:56

Merci beaucoup Siri pour ce premier commentaire

Je ne fais pas un roman policier, donc l'intrigue n'y est pas le fondement principal. Il n'est ni question de sauver l'univers, ni de le tuer. La question se posera plus tard. (si vous la voyez ^^)
En fait, je spoil déjà un dialogue du chapitre 3 (si vous voulez voir ou préservez la surprise.)
Spoiler:
 

Laïcifitra pige pas grand-chose pour l'instant, elle a pas encore l'idée du pourquoi, sa mère voulait la mettre là-bas avant ce dialogue.

Oui, elle est dans la même année qu'Harry, donc tous les persos y seront à nouveau là. Je ne refonte pas l'histoire, je suis la trame bien entendu. (Je vais pouvoir relire o/ ) Elle va s'incruster dans certains moments et d'autres moments passeront durant un laps de temps.
La suite devrait bientôt venir ^^ ( et si on me laissait tranquille avec toutes ces interrs...)



The power of Truth!


Dernière édition par Caroline Who le Mar 2 Juin - 17:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Caroline Who
Prédateur autonome
Prédateur autonome
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 4523
Messages : 706

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Caroline Smith Animal : Corbeau : Sevi
1er année


Miles Smith Animal : chat gris : Steel Samurai
1er année

Gallions: 273 (C) / 272 (M)

MessageSujet: Re: Felix Felicis ou Philtre d'Amour?   Ven 13 Mar - 21:22

Bien, bien, bien...
Voilà le 2ème chapitre ! Bonne lecture! ^^

Felix Felicis ou Philtre d'Amour?

Chapitre 2: Le chemin de Traverse

16 juillet

J'écrasai mon réveil pour replonger dans mon sommeil. J'avais pas réussi à m'endormir avant 3 heures du matin alors je voulais ma paix. Sauf quand on reçoit un cri dans les oreilles après 10 minutes.

- DEBOUT!

-HIIIIII!

Je tombai à plat ventre sur le PVC. Je grognai.

- Tu ne pouvais pas trouver un moyen plus doux de me réveiller? Demandai-je à Maman.

- Oui mais ça n'aurait pas eu d'effet. Surtout à 9 heures du matin. Me sourit-elle.

Je me levai tant bien que mal et je descendis avec ma mère pour manger.

Après le petit-déjeuner, Maman et moi reprîmes la lettre et nous regardâmes la liste de fournitures.

- Alors... Métamorphose, Potions, Enchantements, Histoire de la Magie, Botanique, Astronomie, Défense contre les Forces du Mal, Magie théorique, Animaux fantastiques... Ce sont que des livres.

Maman écrivit comme une liste de course. Sous la catégorie "livres".

- Ensuite... Un chaudron taille 2 en étain, modèle standard. Une boîte de fioles en verre ou en cristal. Un télescope! Une balance en cuivre. Énumérai-je.

Mes yeux brillèrent. J'adorais observer les étoiles. Maman les mit sous "Produits divers". Il ne restait plus que les vêtements que je dictai à ma mère.

- Pour continuer: Il faut 3 robes de sorciers noires, modèle normal. Un chapeau pointu noir. Une paire de gants protecteurs en peau de dragon et une cape d'hiver noir à nouveau. Ils connaissent pas d'autres couleurs que noir?

- Peut-être. Me dit Maman en riant.

Il était près de 11 heures du matin. Nous sortîmes de la maison et nous nous dirigeâmes vers le Chaudron Baveur.

Une fois arrivées au pub, je poussai la porte et l'ambiance du coin m'arriva en pleine poire. On parlait dans tous les coins, ça buvait et ça rigolait. Je souris et nous entrâmes. Nous avançâmes vers le barman et nous lui demandâmes le chemin pour aller au Chemin de Traverse. Il nous sourit et nous amena devant un mur de briques. Maman était septique et moi j'étais excitée comme une puce. Le barman tapota un code sur des briques et le mur s'ouvrit sur une avenue pleine de boutiques en tout genre. L'homme nous souhaita une bonne journée et repartit vers sa place de travail.

On marcha, ahuries de notre vision. En Suisse, il n'y avait rien de tout cela du tout. Je repérai un bâtiment blanc et je fis signe à ma mère.

- C'est Gringotts, la banque. On va aller chercher de l'argent.

- Mais, ils ont aussi des Gallions?

- Oui ne t'en fais pas.

Nous passâmes la porte d'entrée et l'inscription pour les voleurs me fit glacer le sang. Le hall était immense et marbré. Maman traversa la salle à grande vitesse. Je dû courir pour la rattraper.  Elle parla à une créature de petite taille. Celle-ci regarda la clé tendue par ma mère. Elle nous intima de la suivre. Quelques instants après, nous nous trouvâmes devant un chariot de minier et la créature monta dedans en nous disant que le coffre se trouvait dans un coin reculé de la grotte. Une fois montées dans le chariot, nous descendîmes à très grande vitesse dans la grotte sombre sous la banque. Plus vite qu' avec le TGV. De nombreux rails parsemaient les parois et d'autres chariots miniers montaient et descendaient. Une cascade gigantesque se trouvait sur notre chemin et nous passâmes dessous.

- Un système de détection de polynectar. Informa la bestiole.

J'étais trempée et j'avais froid. Je regardai autour de moi, des colonnes romaines et des jets de feu qui sortaient de certains endroits.

- Maman, il y a des jets de feu. C'est normal?

- Oui, il y a des dragons qui gardent certains coffres.

Mes yeux s'écarquillèrent de surprise. Le chariot se gara dans une des nombreuses galeries.

- C'est quoi cette créature? Demandai-je à Maman.

- Je suis un gobelin, jeune insolente! Me répondit la bestiole d'un air indigné.

*Je ne sais pas tout et je vais aller à Poudlard pour apprendre!* Pensai-je.

Je haussai un sourcil. Le gobelin avança vers une porte et passa la clé dans un trou. La porte bougea étrangement et elle s'ouvrit sur notre trésor. Des montagnes de Gallions, de Mornilles et des Noises. Maman s'en approcha, sortit un sac et le remplit des pièces.

- Je savais pas qu'on avait un coffre ici. Dis-je.

- C'est le coffre de ma famille.

Elle me fit un clin d'œil avant de déclarer au gobelin qu'elle avait tout ce qu'il nous fallait. Nous remontâmes dans le chariot. Une fois remontées dans la banque, nous sortîmes dans l'avenue principale. Elle se remplissait gentiment.

- Alors? Où veux-tu aller en premier?

- Euh... Chez Guipure. Pour les vêtements.

Nous nous dirigeâmes vers le magasin de Mme Guipure. L'enseigne était simple. Une simple robe était dessinée. Nous entrâmes à l'intérieur et une vendeuse à l'air sévère vint vers nous.

- C'est pour Poudlard? Demanda-t-elle en reniflant.

Je hochai la tête, silencieuse. Elle me faisait peur. Elle prit mes mesures et créa mes uniformes pour l'école. A la fin, la vendeuse nous fit passer le fait de payer et de décamper de son magasin. Ce que nous fîmes rapidement. Une fois dehors:

- Allons chez "Chaud'Ron". Il est juste en face.

- C'est quoi? Demandai-je.

- Un magasin pour les potions. Il y a des ingrédients et tous les ustensiles possibles pour les créer.

- Ok!

Nous traversâmes l'avenue en bousculant un homme au passage. Maman s'excusa et je rentrai seule dans le magasin. L'odeur de mixtures imprégnait l'air et je faillis m'étouffer. Je regardai avec curiosité les ingrédients sur les étagères, quand une main se posa sur mon épaule. Je sursautai de frayeur. C'était un jeune homme, le vendeur probablement, qui me souriait.

-Bonjour, jeune fille. Pardon de t'avoir fait peur. Tu souhaites quelque chose?

Il avait l'air bienveillant et je lui souris doucement.

- Euh, c'est pour Poudlard...

Je lui montrai ma liste et son sourire s'élargit.

- Ah, tu t'y prends à l'avance! Bonne initiative! Je cours te chercher ce dont tu as besoin!

Il était enjoué et Maman entra à son tour et je la rejoignis. Le vendeur me ramena les fournitures, salua ma mère et nous payâmes. Il encaissa et nous salua d'un immense sourire.

Dans le bruit grandissant de l'avenue, Maman me glissa à l'oreille:

- Je crois qu'il t'a dans l'œil.

- Maman... C'est pas drôle. Allez on va chercher le télescope!

Je tirai ma mère dans l'avenue jusqu'au magasin où les fournitures diverses s'y trouvaient. On entra comme des furies et je fonçai vers le télescope. J'en pris un et je regardai les alentours. Il y avait du papier, de l'encre, des plumes et d'autres bidules.

- C'est pas avec un télescope que tu vas passer ton année, chérie. Entonna la voix de ma mère.

Je fis un air hautain et je pris les parchemins nécessaires, 2 plumes bleue, 2 encrier et tout un tas d'autres choses. Nous nous dirigeâmes vers le comptoir pour payer. Nous étions devant un homme immense. Ma mère fit un sourire en coin et tapota le dos du géant.

- Bonjour Hagrid!

Le géant se retourna et son visage s'illumina.

- Oooh, Jane! Comment vas-tu depuis ton départ pour la Suisse?
Il s'enlacèrent. Je pouffai de rire.

- je vais bien, j'y ai fait ma vie. La preuve: voici Laïcifitra, ma fille.

Je souris faiblement, intimidée par le regard de l'homme.

- Bonjour...

- Bonjour, Laïcifitra, c'est ça? Tu vas à Poudlard hein? Tu vas peut-être aller à Gryffondor comme ta mère?

Il prit un air nostalgique.

- Mais bon... Bref, on se reverra là-bas. Au revoir! Conclut-il avec un sourire avant de repartir.

Une fois qu'on eut payé et fut sorties du magasin, je demandai.

- Maman, tu as étudié ici?

- Oui, je te l'ai déjà dit. Poudlard était ma maison et j'y étais répartie à Gryffondor. Quand j'eus fini mes 7 années de scolarité, je suis partie en Suisse apprendre le commerce moldu et j'y ai rencontré Papa, qui avait étudié à Durmstrang.

- Mais, c'est toi qui as voulu me mettre ici?

- Oui, je voulais que tu reçoives une éducation exemplaire et BeauxBâtons n'était pas, pour moi, la meilleure école en matière de défenses contre les mauvais sorciers.

Je compris juste l'essentiel et nous allâmes manger un morceau.
De nombreux sorciers multicolores se promenaient dans l'avenue. Tous plus heureux les uns que les autres.

- Bon, on va à la librairie? Proposa ma mère.

- Oui, il manque encore les livres et la baguette.

Nous nous dirigeâmes vers le magasin marqué "Fleury et Bott". L'intérieur était peu rempli de gens mais plein de rayons, eux-mêmes remplis de livres différents. Je fis un énorme sourire. J'allai me balader dans les rayons quand on me retint le bras gauche.

- Tu prends les livres nécessaires et c'est tout. Compris? Dit Maman avec son air le plus sérieux.

Je hochai la tête avant de détaler dans le fond de la boutique. Je traversai le coin de métamorphose et je pris mon premier livre. Les titres attirèrent mon regard mais, plusieurs adultes me bouchèrent la vue. Je me résignai à aller chercher mes autres livres. Le livre d'Enchantement, celui d'Histoire de la Magie, Défense contre les Forces du Mal, Botanique, Magie théorique et Animaux fantastiques rejoignirent mes bras. Il ne me manquait que le livre de Potions et d'Astronomie. Je choisis le coin consacré aux étoiles, je pris le livre concerné mais un autre me tiqua.

- Constellations et mystères du ciel nocturne... Dis-je pour moi-même.

Je le pris et le feuilletai rapidement avant de me rendre compte que les théories avancées étaient déjà résolues par les moldus. Je le refermai et je continuai ma promenade vers les potions. Le rayon des potions était en moins bon état que les autres et les livres avaient l'air plus anciens. Je trouvai le bouquin recherché et je pris 2-3 autres par curiosité. Ils étaient d'un ennui tellement mortel que je lus même pas avant de les reposer.

Un gros livre à reliure noire se démarqua du reste mais il était si haut placé que mes petits bras ne réussirent pas à l'atteindre. Je regardai autour de moi et je vis un homme en noir près de moi qui regardait les livres avec rapidité. Comme si il cherchait un titre en particulier. J'hésitai à le déranger juste pour un livre, il avait l'air concentré. Je pris mon courage à deux mains et je lui tapotai le bras.

- Excusez-moi Monsieur.

Il tourna son regard vers moi et des éclairs jaillirent. Je tremblotai. Il soupira.

- Qu'y a-t-il, petite fille?

Il avait une voix grave mais le fait qu'il me prenait pour une petite fille m'énerva.

- Je ne suis pas petite! Hum, pourriez-vous attraper ce livre noir là-haut, s'il vous plait? Je lui fis de grands yeux.

Il regarda la direction que je pointais du doigt. Ses iris noirs passèrent de l'étagère à moi et vice-versa pendant quelques secondes avant qu'il se mette à bouger ses jambes. Il prit le livre du bout de ses longs doigts fins et examina la reliure avec attention. J'étais juste à côté de lui et je fus intriguée, avant de lui tapoter à nouveau le bras.

- Vous allez bien? Merci pour le livre!

Il m'observa en clignant des yeux, signe d'un étrange stupéfaction avant qu'il ne prenne un air impassible.

- Je vais bien mais ce livre n'est pas destiné à de petites personnes. Railla-t-il.

Je fis la moue. Mais j'étais curieuse et je voulais savoir de quoi parlait ce livre.

- Et bien, pourriez-vous me dire de quoi il parle? Dans les grandes lignes?

Il soupira et se pinça l'arrête du nez.

- Si petite et déjà si curieuse et énervante... Il parle de potions puissantes et interdites à la vente.

Je l'écoutai et mes yeux s'illuminèrent. Je voulais en apprendre plus, tant que je renonçai à réagir à la pique. Mais il avait l'air énervé et pas trop disposé à discuter. Il m'intimidait un peu avec son regard noir et ses cheveux noirs. Je vis au loin ma mère me regarder étrangement ou plutôt celui avec qui j'étais. Je bafouillai.

- D- désolée mais je dois y aller. Au revoir Monsieur!

Je partis au pas de course vers ma mère avec mes livres dans mes bras. Elle tapotait du pied droit, signe d'énervement.

- Depuis quand tu parles à des gens comme ça toi?

- Ben... Je voulais regarder un livre mais il était trop haut pour moi et je lui ai demandé de me le prendre. Il l'a prit et j'ai dû le convaincre de me dire les grandes lignes du bouquin.

Maman eut un regard septique et me dit tout bas.

- Tu devrais te méfier des gens comme lui, ils ne sont pas des plus fréquentables.

Je ne comprenais pas vraiment mais je pensais en apprendre plus sur les gens "comme lui". Il était mystérieux et peu de mystères me résistaient. Nous allâmes payer mes livres et nous sortîmes.
L'avenue se vida progressivement. Il était 4 heures de l'après-midi.

- Il te reste encore ta baguette! Me dit Maman.

- Ah oui! Je l'avais presque oublié! Je pourrais avoir un animal?

Maman haussa un sourcil.

- Un animal? On a un hibou si jamais, mais on peut y faire un tour si tu y tiens. Après la baguette.

Je sautai de joie. J'adorais les animaux et le fait de peut-être pouvoir en prendre un pour Poudlard me réjouissait au plus haut point. Nous allâmes vers une boutique et je lus l'inscription à voix haute.

- Ollivander - Fabricants de baguettes magiques depuis 382 avant J.-C. Eh ben, il doit l'avoir sa barbe de 30 mètres!

Maman me tapa légèrement la tête et ouvrit la porte pour entrer. Je la suivis.

Il y avait des étagères de partout. Remplies de petites boîtes de toutes les couleurs, pleines de poussière. Mais il y avait personne au comptoir. Je me mis à marcher dans les rayons quand j'entendis un bruit derrière moi. Je bondis pour me retourner et je vis un vieil homme, sans barbe, me sourire. Il s'avança vers ma mère et lui sourit aussi.

- Ah, Miss Jane Cooper. Bois de Noisetier, ventricule de Dragon, 27 cm, rigide. N'est-ce pas?

Maman sourit et hocha la tête à l'affirmative.

- Exact. Heureuse que vous vous en souveniez.

- Et je suppose que cette adorable enfant est votre fille?

Il me regarda avec intensité. Comme si il me scannait. Maman hocha à nouveau la tête et me frotta la tête avec sa main. Je remis mes cheveux en place et je souris légèrement au vieil homme. Il m'invita à m'approcher et se mit à me mesurer dans tout les sens. Même l'écartement de mes narines.

* Drôles de mesures* Pensai-je.

Une fois qu'il eut fini, il rangea le ruban et demanda:

- Droitière ou gauchère?

- Droitière, monsieur.

- Très bien.

Il fonça vers le fond de la boutique et revint avec un boîte bleue nuit. Il l'ouvrit et en sortit un baguette et me la tendit.

- Bois de hêtre, crin de licorne, 20 cm, flexible. Essayez.

Je la pris et Maman me glissa que je devais faire un geste avec elle. Je bougeais ma main droite et un sort sortit et brisa un vase. Je sursautai.

- D- désolée... Dis-je.

- Non, non, c'est pas ça!

Il repartit au pas de course et prit une autre boîte. Il me tendis un nouvelle baguette. Je fis la même chose et ce fut un étagère mis à sac. Je blêmis et je la reposai. L'homme me fit essayer plusieurs baguettes, sans succès.

- Une cliente très difficile... On dirait que les cœurs habituels ne vous vont pas. Ou bien les bois... Peut-être que!

Il eut une illumination et partit dans le fond et passa une porte, qui, je supposais, était la réserve. Il revint avec une nouvelle boîte blanche, cette fois. Il en sortit une baguette et me la tendit. Je la pris et un mince filet turquoise sortit du bout et s'enroula autour de moi. L'homme sauta de joie.

- Haha! Enfin la propriétaire cette étrange baguette! Bois de Cerisier, écaille de Crabe de feu, 26 cm, raide! Je l'avais commandé d'un fabricant japonais à Kyoto. Ce sont des baguettes très rares et respectées à Mahautokoro, l'école des sorciers japonais.

Ses yeux brillèrent et je souris.

*Dommage qu'on ne soit pas au Japon.* Me dis-je.

Nous payâmes la baguette et nous sortîmes. A l'extérieur, une famille arriva et l'homme regarda ma mère d'un air méprisant avant d'entrer chez Ollivander avec un garçon et la femme qui m'observaient. Maman me tira et elle marcha très vite.

- C'était qui cet homme avec ses cheveux blancs ?

- Ils sont blond platine ses cheveux. Tu viens de rencontrer brièvement la famille Malefoy. Des Sang-Purs qui n'ont pas grand chose dans la tête à part des traditions d'un autre temps. Essaye d'éviter leur fils à Poudlard.

- Euh... Peut-être que le fils est différent qui sait?

- Hmm...

Maman marcha en me tirant vers l'animalerie magique. Elle s'arrêta à l'entrée, me lâcha et me sourit.

- Allez, on va voir si un animal te plaira!

Nous entrâmes dans le magasin et les cris des animaux me percèrent les tympans. Des hiboux, des corbeaux, des chats, des crapauds et des bestioles plus étranges les unes que les autres hurlèrent. Ou du moins, essayèrent. Je regardai les volatiles mais je m'en désintéressai vite pour aller voir les chats. Ils étaient tous mignons avec leurs couleurs et leur miaulements. Une petite tricoline aux yeux jaunes me plut particulièrement.

Elle était petite, avait 3 couleurs. Le blanc qui dominait et des taches de noires et de caramel. Il y avait même du tigré aux croisements du noir et du caramel. Elle avait des yeux jaunes brillants qui me fixaient avec attention. Je l'adorais. J'appelai ma mère.

- Je souhaiterai celle-là, s'il te plait.

- Tu es sûre que c'est une "elle"? Me demanda-t-elle.

- Oui, c'est une femelle. Fit la voix de la vendeuse qui était près de nous. Elle est de nature très câline et affectueuse. Elle ne ferait pas de mal à une mouche.

Je regardai l'animal et lui présenta mon doigt, qu'elle renifla avant de le frotter avec sa tête. Elle était si mignonne.

- Tu peux la prendre si tu veux ma chérie. Me dit Maman dans mon dos.

Je me retournai et lui souris avant d'indiquer à la vendeuse que je la prenais. Elle la prit et me la donna. Je la pris dans mes bras. Elle était si douce et légère.

- On a une cage à la maison et de la nourriture. Pas besoin d'aller en chercher. Informa Maman.

Nous payâmes l'animal et la vendeuse me demanda si j'avais déjà une idée de prénom.

- Oui, je vais l'appeler Sakura! "Cerisier" en japonais, comme le bois de ma baguette.

- En voilà un joli prénom pour cette femelle. Bonne soirée!

Nous sortîmes les bras chargés et Sakura sur mes paquets en train de regarder autour d'elle. Nous passâmes le pub et nous rentrâmes à la maison en titubant un peu.

Une fois arrivées à la porte d'entrée, Maman donna un coup de baguette et la porte s'ouvrit gentiment. Nous entrâmes et posâmes mes affaires dans le salon. Papa arriva des chambres et fut surpris de voir le nombre de trucs emballés.

- Eh ben, tu vas tenir tes 7 ans avec tout ça!

- Ouais. Et voici Sakura! Mon chat!

- Qu'elle est mignonne!

Papa tendit sa main vers Sakura et celle-ci la renifla et se laissa caresser. Nous passâmes plusieurs minutes à jouer avec elle et Maman fit le repas. Nous mangeâmes, puis je montrai ma nouvelle baguette à mon père qui était très étonné du contenu de celle-ci.

- Une écaille de crabe de feu? C'est du lourd là.

- Je savais pas que les crabes avaient des écailles... Dis-je.

- Les crabes de feu sont des tortues des îles Fidji, au Pacifique.

- Ah! Je dormirai moins bête ce soir.

Je passai un peu de temps avec mon nouvel animal avant d'aller au lit pour dormir. Cette journée m'avait tué.


Dernière édition par Caroline Who le Jeu 9 Avr - 18:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Caroline Who
Prédateur autonome
Prédateur autonome
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 4523
Messages : 706

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Caroline Smith Animal : Corbeau : Sevi
1er année


Miles Smith Animal : chat gris : Steel Samurai
1er année

Gallions: 273 (C) / 272 (M)

MessageSujet: Re: Felix Felicis ou Philtre d'Amour?   Dim 22 Mar - 15:48

Voilà le chapitre 3!
Bonne lecture!

Felix Felicis ou Philtre d'Amour

Chapitre 3: Le départ pour Poudlard

1er Septembre

Les vacances étaient terminées! Et la rentrée était arrivée. L'heure pour moi de quitter mes parents et de partir apprendre à Poudlard. Ma valise fut bouclée et nous partîmes vers l'infini et l'au-delà!

Je levai les yeux vers le sommet de la gare de Kings Cross avant d' entrer à l'intérieur. La gare était bondée de gens. Tous allaient et venaient et beaucoup me bousculèrent. Maman me guida vers le quai numéro 9 et 10. Elle s'arrêta vers une colonne et se tourna vers moi.

- Allez! Tu fonces dans la colonne!

- Quoi?! Mais oui! Je vais juste m'éclater le nez!

- Mais non. Je viens avec toi.

Elle mit sa main sur mon chariot et nous courûmes vers le mur. Je fermai les yeux dans le dernier mètre, attendant la sensation du mur dans mon nez. Mais rien ne vint. J'ouvris un œil, puis le deuxième et je découvris un train de couleur rouge.

- Voici le Poudlard Express. Le train qui t'amènera à Poudlard et te ramènera ici. Il est classe non?

- Oui, il est super! M'écriai-je.

Je promenai mon regard turquoise sur le quai 9 3/4. Plusieurs élèves, accompagnés de leurs parents discutaient, se câlinaient, montaient les valises... J'étais heureuse d'être ici mais également anxieuse de ma première rentrée en tant qu'élève sorcier et non simple élève moldu. Il était 10h45 et d'autres familles arrivèrent derrière nous. Dont toute une famille aux cheveux roux comme les carottes. Une femme rondelette tourna son regard vers nous et sourit à ma mère qui le lui rendit.

- Jane! Quel plaisir de te revoir après tout ce temps! Comment vas-tu?

- Molly! Le plaisir est partagé. Je vais très bien et toi?

- Tant mieux que tu ailles bien. Tu étais si vite partie et je me demandais si tu étais encore en vie. Je vais très bien avec ma petite famille. Arthur! Viens là avec les garçons!

Un homme aux cheveux roux ainsi que 4 garçons aussi carottes les uns que les autres côte à côte, me fixaient. Il y avait un garçon d'à peu près mon âge, ses yeux avaient l'air d'exprimer un vide total ou un profond étonnement. À sa gauche se trouvaient 2 garçons, un peu plus vieux, qui se ressemblaient comme 2 gouttes d'eau. Ils souriaient à pleines dents.

*Des jumeaux* Me dis-je par réflexe.

Encore à gauche, un garçon bien plus âgé que les autres, un véritable mouton marchant vu ses cheveux très bouclés, me regardait de haut. Mon avis général me disait que le plus jeune et l'aîné étaient respectivement, un peu idiot et un peu trop gonflé. Les jumeaux en revanche, me parurent bien sympathiques. Je souris gentiment.

- Jane, je ne te présente plus Arthur. Mais voici 4 de mes 6 enfants. Le plus jeune est Ron. Il entre en première année. Les jumeaux Fred et Georges. Il entrent en 3ème année. Et Percy entame sa 5ème année.

Elle se tourna vers moi.

- Oh mais qu'elle est mignonne! C'est ta fille, vous vous ressemblez beaucoup. Comment t'appelles-tu?

- Laïcifitra, Madame. Je m'inclinai par habitude.

- C'est un très joli prénom et pas très commun en plus. Bon, vous devriez y aller les enfants. Le train va pas tarder à y aller.

Je me tournai vers Maman.

- Au revoir Maman!

- Au revoir ma chérie et bonne chance pour ta répartition!

Je l'embrassai et je rejoignis mon père qui avait monté ma valise.

- Alors, bonne rentrée et travaille bien.

- Ne t'inquiète pas Papa! Bye!

Je l'embrassai également et je montai dans le Poudlard Express me trouver un compartiment vide, après un dernier signe de la main à mes parents.

Et le train s'ébranla et partit vers l'infini de l'au delà à Poudlard.

*Il faut vraiment que j'arrête de penser des bêtises pareilles.*

Je me mis en quête de trouver un compartiment vide mais la tâche s'avéra compliquée. Je trouvai enfin un compartiment avec seulement une personne à l'intérieur. Je me mis dans l'encadrement.

- Désolée de te déranger mais je peux m'asseoir? Il n'y a plus de place. Demandai-je.

- Oui, bien sûr! Me répondit-il avec un sourire.

Je lui souris et je m'assis face à lui.

- Je m'appelle Laïcifitra Menoud et toi?

- Harry, Harry Potter.

Je souris quand une autre personne se mit à la porte. C'était le plus jeune des garçons roux. Il demanda aussi si il pouvait venir. Nous acceptâmes avec plaisir.

- Je m'appelle Ron Weasley et toi? Demanda-t-il à Harry.

- Harry Potter. Sourit-t-il.

Ron fit des yeux tellement ronds que je pensais qu'ils allaient sortir de leurs orbites.

- Harry Potter? Tu es Harry Potter?! Alors tu as vraiment cette... Il montra son front de son doigt.

Harry sourit et montra son front barré d'une cicatrice en forme d'éclair. J'en fus étonnée. De quoi parlait Ron? Celui-ci avait l'air en extase en voyant cette blessure.

*Je vais pas chercher à comprendre quoi que ce soit, je le saurais bien assez tôt.*

La marchande de bonbons passa et Ron et Harry en prirent une tonne, puis Ron s'assit à côté d'Harry. Je restai face à eux. Ron voulut faire de son rat gris, un rat jaune avec un sort. Une fille entra dans notre compartiment et demanda d'une voix aiguë :

- Dites, vous auriez pas vu un crapaud? Il y a un garçon du nom de Neville qui l'a perdu. Oh mais tu vas jeter un sort, voyons voir.

Ron s'éclaircit la gorge et prononça une formule assez... inhabituelle. Bien entendu, son rat resta gris.

- Et tu appelles ça "jeter un sort"? Pas très brillant. Moi, j'ai déjà jeté des sort et ils ont tous très bien marché. Personne n'est sorcier dans ma famille et j'ai eu la surprise de ma vie en recevant ma lettre mais j'étais tellement contente! On m'a dit que c'était la meilleure école de sorcellerie. J'ai déjà appris par cœur tous les livres qui sont au programme, j'espère que ce sera suffisant pour débuter. Ah, au fait, je m'appelle Hermione Granger, et vous?

Je la regardai avec des yeux ronds et je fus amusée. Elle venait de faire un discours sans respirer une seule fois au milieu.

- Je m'appelle Ron Weasley. Marmonna-t-il.

- Laïcifitra Menoud. Dis-je en souriant.

- Moi, c'est Harry Potter. Dit Harry.

- C'est vrai? S'exclama-t-elle. Je sais tout sur toi, j'ai lu quelques livres supplémentaires pour ma culture générale et je peux te dire qu'on parle de toi dans...

J'abandonnai son discours. J'avais juste compris que Harry était célèbre et pis voilà. Elle continua de parler jusqu'à parler des maison.

- ...j'espère bien aller à Gryffondor, ça m'a l'air d'être la meilleure. On m'a dit que Dumbledore y avait fait toutes ses études, mais les Serdaigles ne doivent être pas mal non plus. Enfin, bon, on va essayer de retrouver le crapaud de Neville. Vous ferez mieux de mettre vos robes de sorciers vous 3.

Elle sortit du compartiment comme elle en était venue. Je constatai qu'elle avait raison. Il fallait qu'on se change.

- Bon, vous sortez 5 minutes, le temps que je me change et je vous laisse vous changer après.

Ils n'avaient rien à discuter et ils sortirent dans le couloir. Ils fermèrent la porte et je me changeai à toute vitesse avant de sortir et de leur laisser l'intimité de se changer. Avec mon uniforme, je me sentais étrangère aux moldus et pareille aux sorciers. Quelle drôle d'impression. J'aimais bien le noir mais je trouvais qu'il y en avait trop juste pour un uniforme. En plus, je haïssais les uniformes. Je me sentais jamais très personnelle, trop "Madame Tout le Monde". Les garçons finirent de se changer et me laissèrent entrer à nouveau. Nous discutâmes de tout et n'importe quoi. Surtout des frères de Ron. Il avait 5 grands frères. Dont 3 encore à Poudlard. Nous parlâmes des maisons, du braquage de Gringotts et d'un mage noir. Voldemort si le nom ne m'échappait pas. Apparemment, Harry l'a "tué" quand il avait un an, voilà pourquoi il était si célèbre ici. Je comprenais enfin l'essentiel.

On entra à nouveau dans notre compartiment. C'étaient 3 garçons: 2 d'entre eux étaient relativement baraqués et celui au centre, les cheveux blond platine. Je l'avais déjà vu quelque part.

* Oui, au Chemin de Traverse. C'est quoi son nom déjà? Malaufoy? Mal... Je sais plus.*

Il regarda Harry avec attention et déclara qu'on disait partout que Harry Potter était dans ce train, puis demanda si c'était lui. Harry répondit à l'affirmative.

- Lui, c'est Crabbe et lui, Goyle. Moi, je m'appelle Malefoy. Drago Malefoy.
Un éclair de génie me traversa l'esprit. Malefoy! J'étais à côté de la plaque dans mes pensées.

Ron eut une toux discret et le blond le regarda méchamment et lui lança une pique des plus affreuses que j'avais jamais entendue. Les 2 garçons aux côtés de Malefoy me fixaient.

- Fais bien attention à qui tu fréquentes, Potter. Si tu veux éviter les gens douteux, je peux te donner des conseils.

Il tendit sa main vers Harry qui ne la serra pas et lui lança un regard froid. Il lui répliqua qu'il n'avait pas besoin de conseils pour savoir qui étaient les gens douteux. Malefoy rosit légèrement. Il dit que si Harry traînait encore avec Ron ou un certain Hagrid, ils pourraient déteindre sur lui. C'en fut trop pour Harry et particulièrement Ron. Je ne pouvais pas les laisser s’entre-tuer avant même de rentrer à Poudlard. Je me levai et me mis face à Ron et dos à Malefoy, les bras écartés.

- Ron, Harry, ça ne sert à rien. Ignorez. Dis-je.

Ces derniers soupirèrent, firent un regard noir à Malefoy et retournèrent s'asseoir. Je sentis des regards méprisants sur moi.

- Je peux savoir de quoi tu te mêles? Et t'es qui? Demanda la voix traînante de Malefoy.

Je me tournai vers lui.

- Je m'en mêle pas, je fais mon opinion sur cette bagarre ridicule. Je suis Laïcifitra Menoud.

Il m'observa étrangement. Avant d'émettre le fait que mon nom de famille n'était pas connue ici.

- Hmpf... Je t'ai déjà vu quelque part. Devant chez Ollivander, non?

- Moui. Dis-je, lassée de sa voix.

Il fit un air supérieur et sortit du compartiment avec ses 2 gorilles. Je m'assis face à Harry avec un soupir. Ron et Harry ne dirent rien à ce propos.

Le train continua son chemin et le soir venu, nous nous arrêtâmes dans une gare vide. Je collai mon visage contre la vitre.

- Y a rien du tout. Il fait noir.

- Allez, on sort. Dit Harry.

Nous nous levâmes et sortîmes du train. Une fois à l'extérieur, un homme très grand cria que les premières années devaient venir vers lui. Harry marcha d'un pas confiant, Ron parut anxieux et je fus intriguée par cette grosse voix. En m'approchant avec le groupe d'élèves de mon âge, je reconnus le géant que j'avais rencontré dans le magasin où j'avais pris mon télescope.

*C'est quoi déjà son nom?*

- Bonsoir Hagrid! Lança Harry dans sa direction.

- Bonsoir Harry, bonsoir Laïcifitra! Dit-il avec un grand sourire.

- Bonsoir! Dis-je avec enthousiasme.

- Allez les premières années! On me suit vers les barques!

Il partit et nous le suivîmes vers le lac noir, éclairé par la lueur de la lune. Il nous invita à prendre place dans une barque. Une fois que nous fûmes tous installés, Hagrid hurla :

- EN AVANT!

Et nous partîmes vers le château.
Revenir en haut Aller en bas
Caroline Who
Prédateur autonome
Prédateur autonome
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 4523
Messages : 706

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Caroline Smith Animal : Corbeau : Sevi
1er année


Miles Smith Animal : chat gris : Steel Samurai
1er année

Gallions: 273 (C) / 272 (M)

MessageSujet: Re: Felix Felicis ou Philtre d'Amour?   Jeu 9 Avr - 18:23

Coucou ~
Voilà la suite de l'histoire de Laïcifitra~
Dans quelle maison va-t-elle être envoyée?
Une hardie Gryffondor? Une gentille Poufsouffle? Une folle Serdaigle? Ou une rusée Serpentard?

*************************************************************************

Chapitre 4: Le choixpeau

Nous étions une troupe de gamins devant une femme avec une robe verte émeraude et des cheveux tirés en un chignon serré. Elle nous regarda, remercia Hagrid avant de nous ordonner de la suivre. Nous arrivâmes vers 2 grandes portes. Elle s'arrêta, se retourna et prononça son discours.

-Bienvenue à Poudlard. Le banquet de début d'année va bientôt commencer mais avant que vous ne preniez place dans la Grande Salle, vous allez être répartis dans les différentes maisons. Cette répartition constitue une cérémonie très importante. Vous devez savoir, en effet, que tout au long de votre séjour à l'école, votre maison sera pour vous comme une seconde famille. Vous suivrez les mêmes cours, vous dormirez dans le même dortoir et vous passerez votre temps libre dans la même salle commune. Les maisons sont au nombre de quatre. Elles ont pour noms Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard...

Je ne suivis pas le reste de son discours, beaucoup trop barbant car je regardais ailleurs et en particulier Malefoy et ses 2 gorilles.

- ... Je vous conseille de profiter du temps qui vous reste avant le début de cette cérémonie pour soigner votre tenue.

Elle regarda attentivement quelques élèves avant de nous quitter. J'étais très anxieuse. Et si je n'allais pas dans la maison de ma mère? Si j'allais à Serpentard, la maison rivale? Je remis ma cape en place, lissai mon uniforme et je regardai les autres aussi terrifiés que moi. D'un coup, des cris s'élevèrent dans mon dos. Je me retournai et je vis plusieurs fantômes aller et venir au-dessus de nous. Ils commencèrent à parler entre eux, puis à nous parler. Je regardais ailleurs quand la femme revint vers nous et nous ordonna à nouveau de la suivre pour la répartition.

Nous entrâmes dans la fameuse Grande Salle. Il y avait une tonne d'élèves répartis sur 4 tables ainsi qu'une table au fond, où se trouvait les professeurs. Le plafond attira mon regard. Le plafond n'existait pas, il y avait le ciel étoilé avec des chandelles suspendues partout. L'endroit était simplement magique. Une fois arrivés vers la table des professeurs devant laquelle un tabouret se dressait, la femme prit un vieux chapeau et le posa sur le tabouret.

- Dis, comment s'appelle-t-elle? Demandai-je à ma voisine.

- Professeur McGonagall, je crois. Me dit-elle.

Elle était aussi anxieuse que moi. Je regardai les enseignants et je vis l'homme en noir de la librairie qui avait l'air de regarder Harry avant de me fixer. Je tournai mes yeux vers le chapeau qui se mit à chanter.

Je ne suis pas d'une beauté suprême
Mais faut pas s'fier à ce qu'on voit
Je veux bien me manger moi-même
Si vous trouvez plus malin que moi.

Les haut-d'formes, les chapeaux splendides
Font pâl'figure auprès de moi
Car à Poudlard, quand je décide,
Chacun se soumet à mon choix.

Rien ne m'échappe, rien ne m'arrête
Le choixpeau a toujours raison
Mettez-moi donc sur votre tête
Pour connaitre votre maison.

Si vous allez à Gryffondor,
Vous rejoindrez les courageux,
Les hardis et les plus forts
Sont rassemblés en ce haut lieu.

Si à Poufsouffle vous allez,
Comme eux vous s'rez juste et loyal,
Ceux des Poufsouffle aime travailler,
Et leur patience est proverbiale.

Si vous êtes sage et réfléchi
Serdaigle vous accueillera peut-être
Là-bas ce sont des érudits,
Qui ont envie de tout connaitre.

Vous finirez a Serpentard,
Si vous êtes plutôt malin,
Car ceux-là sont de vrais roublards
Qui parviennent toujours a leurs fins...

Le "Choixpeau" termina sa chanson et se tut. Je la trouvais très marrante mais je dus me retenir de rire aux éclats tant l'endroit était silencieux. Le professeur McGonagall prit un parchemin assez long, ajusta ses lunettes et commença à réciter les noms des élèves.

Plusieurs élèves passèrent et mon stress montait à chaque fois d'un cran. Elle commença à arriver vers les noms de famille "M", mon cœur battait à très vive allure et je tremblais de tout mon corps.

* J'ai si peur... Dans quelle maison je vais aller? Je vais suivre ma mère ou aller dans la rivale? Au secours, achevez-moi!*

- Menoud, Laïcifitra! Annonça la professeur.

Je sursautai et je m'approchai timidement d'elle. Je m'assis sur le tabouret et elle posa le chapeau rapiécé sur ma tête. Je l'entendis dans ma tête à la seconde où il fut sur ma tête.

- Hum... Menoud. Voilà un nom surprenant. Ah, tu viens de la Suisse. Un pays calme que j'aimerais visiter. Jane Cooper est ta mère? Quelle Gryffondor! Tu es nerveuse?

- U-un peu... Répondis-je.

- Hum... tu es très difficile. Extrêmement difficile. Je vois du courage et de la hardiesse. Tu es loyale et patiente envers ceux que tu aime. Une grande ruse t'habite et je vois une grande envie de connaissances, une sagesse étonnante pour une si jeune fille. Hum, toutes les maisons pourraient t'aider à t'épanouir.

- Sérieux? Je plais autant?

- Oh oui, ma chère. Ton courage plaît à Gryffondor mais il est un peu trop effacé par d'autres qualités, ça ne serait pas utile que tu y sois.

Je déglutis. Je n'irai pas dans la maison de Maman. Il continua.

- Ta patience et ta loyauté, qualités primordiales à Poufsouffle sont déjà bien épanouies. Ce n'est pas ta place. Tout se joue entre Serdaigle et Serpentard.

Je déglutis encore une fois.

- Hum... Tu es déterminée quand tu souhaites quelque chose et ta ruse y est pour beaucoup. Tu es très intelligente et maligne, des qualités adorées de Serpentard. Mais tu ne cherches pas la grandeur par rapport à eux et ils auront raison de ta loyauté.

Je soufflai de soulagement. Je remarquai un étrange silence.

- Quant à Serdaigle, elle prône la créativité et l'étude. D'ailleurs, ta créativité émane de ta ruse. Tu as un grand désir de connaître des choses, de réussir le mieux que tu peux, apprendre. Tu fais preuve de sagesse quant à tes décisions dans ta vie, malgré ta hardiesse cachée qui peut te les faire prendre sans suffisamment réfléchir. Tu plais beaucoup à cette maison.

Il se tût.

- Tu es vraiment une des rares personnes avec une personnalité aussi complexe que j'ai pu rencontrer. J'ai beaucoup de peine à choisir entre Serpentard et Serdaigle.

Un silence pesait dans la Salle et dans ma tête.

- Euh... Vous avez choisi? Demandai-je timidement.

- Hum... C'est bon! J'ai enfin trouvé ta maison!

Le silence ambiant était à son comble quand la voix du Choixpeau hurla:

- SERDAIGLE!

La table la plus à ma gauche explosa. Presque littéralement. Tous les élèves applaudirent, hurlèrent de grands "hourra" et de "ouais" avec un enthousiasme qui m'était alors inconnu. On ne m'avait jamais autant applaudi. J'écarquillai les yeux et je ne bougeai pas d'un pouce, jusqu'à ce que McGonagall me poussa vers la table de mes futurs camarades de maison.

Je marchai comme un robot mal entretenu, tendue jusqu'au bout des orteils. Je m'assis à leur table et plusieurs personnes me firent un immense sourire. Je ne comprenais rien du tout.

*Ils doivent être contents d'avoir de nouveaux camarades.* Pensai-je.

La cérémonie continua. Je regardais Ron et Harry aller à Gryffondor.

Une fois tous les élèves répartis, un homme avec une immense barbe se leva et nous souhaita la bienvenue ici. Il dit des mots qui n'avaient aucun sens à mes yeux et je ne savais si je pouvais rire ou non. Mais mon attention fut vite prise par la tonne de nourriture qui apparut devant mon nez. Il y avait de tout: des brochettes de viandes, des frites, des légumes et des plats étranges à foison. Je fus très surprise et mon ventre gronda sa faim. Je me servis de carottes cuites, de haricots, d'un morceau de porc. Je souhaitais du riz mais il y en avait pas dans ma région. J'en vis vers les 3èmes années, je demandais à ma voisine de faire passer le message pour le riz. Le message passa jusque vers les 3èmes années et le plat arriva gentiment. Je remercie tout le monde et je pris le riz pour terminer mon assiette.

Je mangeai dans mes pensées quand des voix m'appelèrent. Je levai la tête dans leur direction et une fille, d'origine asiatique passa sa main devant mes yeux pour me réveiller. Je lui souris.

- Salut, je m'appelle Cho. Bienvenue à Serdaigle! Tu t'appelles comment et t'en penses quoi de notre maison?

- Enchantée Cho, je suis Laïcifitra. Je suis aussi très heureuse d'être à Poudlard et pour la maison... Le Choixpeau m'avais perturbé avec le fait que toutes les maisons seraient bien pour moi.

- T'as un prénom dur à prononcer. Je t'appellerai Laï, c'est plus simple.

Elle gloussa. Je soupirai. Papa m'avait donné ce prénom pour un jeu de mot, selon lui, fun. Laïcifitra, à l'envers, ça fait Artificial en anglais. Génial, vraiment. J'entendis Cho recommencer à parler.

- Ah bon? Toutes les maisons? Voilà pourquoi il a mis autant de temps! Tu es le chapeauflou que nous attendions depuis plusieurs années.

Je ne comprenais pas grand chose mais un autre élève prit la parole.

- Un chapeauflou est un nouvel élève qui a dû attendre plus de 5 minutes avant d'être envoyé dans une maison. Tu as mis environ 6 minutes.

*Wahou, autant de temps pour pas grand chose.* Je me fis violence pour ne pas éclater de rire devant eux.

- Ah, d'accord. Vous êtes des 2èmes années? Demandai-je.

- Oui, Répondit Cho avec un sourire, mais mange. Sinon, c'est froid.

Je souris et je me remis à manger mon riz froid.

Quand mon plat fut vide, je me mis à parler avec 2 autres filles de mon année. Une blonde du nom de Luna Lovegood et une métisse répondant au nom de Padma Patil. Nous discutâmes de nos ressentiments avant et après la cérémonie, de la déco de la Grande Salle et de la tête de certains professeurs. Celui avec le ruban me faisait particulièrement rire. Il discutait avec le professeur aux cheveux noirs.

- Laï, tu as vu le prof aux cheveux noirs? Il a pas l'air commode. Me dit Padma.

- Hum... Je l'ai croisé à la librairie, quand j'étais allée chercher mes affaires. Il a l'air de beaucoup s'intéresser aux potions. Répondis-je avec un très léger sourire.

- Ah, vous venez de voir le plus beau professeur de cette école! C'est le professeur Snape, le ténébreux Maître des Potions. Ria Cho.

- Beau? Bon, chacun ses goûts... Dit Padma.

Personnellement, je le trouvais fascinant. Il incitait une partie de moi à fouiner pour le découvrir. Mais je préférais ne pas exprimer mon opinion à son égard. Je ne le connaissais pas, et je n'allais sans doute pas tarder à le faire.

Nous continuâmes à discuter avec le dessert jusqu'à ce que le directeur se leva à nouveau et refit un discours, mais sur le règlement de l'école et sur le fait que le couloir du 3ème étage dans l'aile droite était interdit, à part si on voulait mourir. Il avait l'air tellement sérieux que je n'osais ciller des yeux. Il se radoucit et nous dit de chanter l'hymne de l'école. Il fit apparaître les paroles dans les airs et on avait le droit de chanter comme on voulait. Je me mis à chanter en essayant de suivre le rythme du dessin animé Nicky Larson.

Je la terminai avec la majorité des voix et j'avais relativement bien réussi à adapter la musique avec les paroles. Quand tout le monde avait fini sa chanson, ils se levèrent. Je les suivis avec la préfète qui nous appelait à la suivre. Je marchai avec Luna et Padma. Nous regardâmes les tableaux bouger pendant que nous montâmes vers le haut.

- Notre salle commune se trouve dans les tourelles autour de la tour principale. C'est nous avons la plus belle vue sur le lac et les environs qui soit possible. Ajouta la préfète à tous les 1ères années pour répondre à la question d'un élève.

Nous marchâmes, montâmes de nombreuses marches. Ce fut très fatigant. Je me demandai si les autres maisons devaient eux aussi, gravir autant de marches.

Nous arrivâmes enfin ce qui semblait le bout d'un escalier en zigzag. Une porte avec la tête d'un aigle, l'emblème de la maison à ce qu'on m'avait dit. La préfète s'arrêta et se tourna vers nous.

- Je vous souhaite la bienvenue à Serdaigle! La maison la plus intellectuelle, la plus farfelue et la plus intéressante de Poudlard! Je suis la préfète Pénélope Dauclaire. Notre emblème est l'aigle, l'oiseau qui vole le plus haut. Nos couleurs sont le bleu et le bronze.

Elle montra la porte.

- Vous voyez cette porte? Elle n'a pas de poignée mais un heurtoir qu'on doit taper. L'aigle vous posera une question et il vous suffit de trouver la solution pour entrer. Alors, je vous conseille de vérifier plusieurs fois votre sac avant de sortir, ce serait dommage de devoir rentrer dans le dortoir à 5 minutes d'un match de Quidditch pour aller chercher votre robe.

Elle ria légèrement. J'étais assez anxieuse de ne pas pouvoir lui répondre.

- Bien, nous allons entrer et vous pourrez monter dans vos dortoirs. Ceux pour les filles sont à droite et pour les garçons à gauche au 1er étage.

Elle tapa le heurtoir de l'aigle et il se mit à parler.

- Qu'est-ce qui vous appartient mais que les autres utilisent plus que vous ?

Mes camarades et moi-même réfléchîmes à toute vitesse. Certains discutaient entre eux, d'autres restaient dans leurs pensées et encore d'autres avaient l'air de dormir debout. Je réfléchis.

*Quelque chose qui m'appartient... Un objet? Non, j'utilise bien plus mon lit que les autres. Un nom? Pas le nom de famille, il désigne un groupe, pas une personne. Le prénom? Il est à moi mais je ne parle pas de moi à la 3ème personne, donc par mon prénom. Mais les autres m'appellent par mon prénom! La voilà!*

Je souris et je levai la tête.

- C'est notre prénom qui nous appartient et que les autres utilisent pour nous désigner.

- Exact. Vous pouvez entrer.

La porte s'ouvrit, la préfète me sourit et entra. Nous la suivîmes dans la salle commune.

La salle était circulaire, haute, de grandes fenêtres donnaient sur le lac et des bouts de tissus bleus pendaient à peu près partout. Une bibliothèque, des fauteuils bleus et quelques tapis ornaient l'endroit. Un feu dormait doucement dans l'âtre. Un escalier se trouvait dans un coin et menait vers les dortoirs. J'adorais cette pièce.

La préfète se tourna vers nous.

- Voici votre salle commune. Vous y passerez le plus clair de votre temps sauf en cours et quand vous dormez. Le couvre-feu est à 22 heures tous les jours. Si vous avez des questions, vous pouvez les poser aux élèves plus âgés. Ils seront ravis de vous répondre. Sur ce, bonne nuit et bon début de rentée.

Nous répondîmes à une voix bonne nuit avant de monter dans nos dortoirs.

J'entrai avec Padma, Luna et 2 autres filles avec qui je n'avais pas encore discuté. La pièce était aussi circulaire avec 4 lits à baldaquin entourés de bouts de tissus en soie bleue. Nos valises étaient là, devant un lit, à attendre qu'on les range. Une chaise se trouvait à côté de chaque lit avec la cape, une cravate et une écharpe bleue et bronze posées dessus. Je vis Sakura dormir sur le lit où se trouvait également ma valise. Padma la vit et dit:

- Il est mimi ce chat! Il est à qui?

- C'est mon chat. Elle s'appelle Sakura.

Padma dansa sur place en répétant qu'elle était adorable. Luna et les autres filles l'adoraient aussi. Elle venait à peine d'arriver à Poudlard qu'elle était déjà plus populaire que moi. Triste sort. Je la poussai gentiment sur le côté, mis ma valise sur mon lit et je la défis rapidement.

Une fois ma valise quelque peu rangée, je la glissai sous mon lit. Je mis mon pyjama, un short et un maillot de foot du FC Bâle et je me glissai sous ma couette. Elle était chaude par la présence de Sakura. Je me mis de côté, recroquevillée sur moi-même, Sakura se leva et se recoucha près de mon visage et nous nous endormîmes.
Revenir en haut Aller en bas
Audrey Lovegood
Poiscaille frais
Poiscaille frais
avatar

Maison : Gryffondor
Empreintes : 11072
Messages : 11988

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Audrey Lovegood
Animal : Harfang noir : Alfy 1ère année

Gallions: 180

MessageSujet: Re: Felix Felicis ou Philtre d'Amour?   Ven 10 Avr - 4:35

je lis ta fic depuis le début Caro ^^
J'attend seulement d'en savoir plus avant de faire mes commentaires Smile
Et j'ai pas le temps de lire ce nouveau chapitre, je repasserai~
Revenir en haut Aller en bas
Sirius Greendal
Manitou suprême
Manitou suprême
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 26021
Messages : 19393

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Erwan D. Sokar
Animal : Chat Siamois : Seth
Augurey : Garuda
Directeur

élève : Zephyr Greendal
Animal : Harfang noir : Falco
1er année

Gallions: 850/226 (prof)

MessageSujet: Re: Felix Felicis ou Philtre d'Amour?   Ven 10 Avr - 13:30

Artificial :') JERRY GOLEY !
Je m'attendais pas plus que ça à Serdaigle, en plus le dialogue d'accueil me fait penser à celui de ma fic entre Dym/Teddy à Serdaigle :"tu as un prénom trop compliqué blablabla" XD hésite pas à la lire aussi :p

> Bon alors quelque points bon ou mauvais ^^  
- Tout d'abord l'anachronisme xD Luna elle est plus jeune que Harry, elle est de la même année que Ginny :')
- Le choix de maison, étant donné que ça se passe en même temps que HP j'avais peur qu'elle soit Gryffy : elle n'est ni dans celle du héros ni dans celle de Malefoy, c'est sympa. Bon, evidemment faudra attendre la suite hein, mais ça peut être interessant selon ce que tu en fais ^^
- Bon personnellement je la trouve un peu "longue" *pas taper* pas dans le sens où y'a trop de chapitre hein XD ça, ça me gène pas, mais dans le sens où y'a des longueurs parce que tu remets quasi en entier ce qu'on connait déjà dans HP sans touche personnelle ^^' (choixpeau, discours de McGo...) et l'histoire avance du point de vue plutôt neutre à ce moment là :p J'espère que ensuite ça y sera moins ^^
- Ta perso dévoile un peu plus sa personnalité, elle a l'air plutôt du genre je ris de tout et je fouille dans tout (à mon avis ça va promettre avec Rogue :')) j'ai hate de voir comment tu vas la développer plus ^^ et choixpeauflou des 4 maisons ! =o
Revenir en haut Aller en bas
http://lolotie.deviantart.com/
Caroline Who
Prédateur autonome
Prédateur autonome
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 4523
Messages : 706

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Caroline Smith Animal : Corbeau : Sevi
1er année


Miles Smith Animal : chat gris : Steel Samurai
1er année

Gallions: 273 (C) / 272 (M)

MessageSujet: Re: Felix Felicis ou Philtre d'Amour?   Sam 11 Avr - 15:24

Merci Audrey et Siri! ^^
Je sais mais j'ai besoin d'elle. J'ai toujours cru qu'elle était dans l'année de Harry, en faite xD Et c'était pour plus ou moins rentrer à nouveau. Mais maintenant, elle fait son année de son côté.

Bon, le chapitre 5!
Bonne lecture!

*************************************************************************

Chapitre 5: Partie du mauvais pied

- Miow!

Je sentis quelque chose me frotter les jambes avant de monter sur mes genoux. Sakura s'y coucha et ronronna. Je soupirai.

- Sakura, qu'est-ce qu'il y a ?

Je caressai doucement sa tête. Elle faisait ma pause dans mon devoir de métamorphose. J'avais entamé ma première semaine par le lundi le plus horrible. Déjà le matin, par le fait que je m'étais levée en retard, j'avais loupé mon petit déjeuner pour ne pas rater le début des cours. J'avais commencé par la métamorphose avec les Gryffondors et leur directrice était très stricte. Le cours se passa tranquillement et j'étais la 2ème, 3 secondes après Hermione, à avoir réussi sa demande. Mais elle donna des devoirs d'une longueur, c'était à se décrocher la mâchoire. J'avais passé les heures d'Histoire de la Magie à dormir tout le long. Le professeur fantôme était tellement soporifique que la totalité de la classe dormait. J'ai mangé à midi avec Luna et Padma, puis passé mes 3 derniers cours seulement avec les élèves de ma maison. Le directeur de ma maison était très sympathique mais ce qu'il était petit. J'étais remontée dans ma salle commune pour faire mes devoirs et écrire une lettre à mes parents.

Je terminai le devoir d'Histoire que j'avais recopié à la hâte en me réveillant à la sonnerie. Je pris un parchemin vierge et je me mis à écrire.

Maman, Papa,

Coucou! J'espère que vous allez bien. Moi, je viens de commencer ma première journée d'école et je m'amuse bien!

J'ai été répartie à Serdaigle. Désolée Maman de ne pas être à Gryffondor. Mais c'est cool d'avoir une vue superbe et une bibliothèque personnelle!

Le directeur a l'air assez... space et mon directeur de maison est très gentil. Il dirige une chorale, apparemment.

Les professeurs ont tous un caractère spécial, je ne les ai pas tous rencontré mais ça va pas tarder.

Sakura et moi vous faisons de gros bisous!

Laïcifitra

P.S. 1 : Vous pouvez m'envoyer mon violon s'il vous plait? Pour m'entraîner.


P.S. 2 : L'homme en noir de la librairie est le Maître des Potions de Poudlard.


Je dessinai une patte de chat pour faire croire à la signature de Sakura, puis je l'enroulai et l'attachai avec une ficelle.

*Ils ne connaissent pas la poste ici, mais les hiboux postaux. Ah, ces sorciers!* Pensai-je en rigolant.

Je poussai Sakura et je me levai. Il était 19:00 et l'heure de manger. J'entendis un miaulement. Je regardai mon chat et je montai dans le dortoir avec elle pour la nourrir. Je descendis en direction du Hall pour aller à la volière, envoyer le message.

Je sentis le vent soulever mes cheveux en montant vers les hiboux et je souris. Je cherchai un oiseau et j'en vis un. Une chouette hulotte très chou à qui je lui accrochai le parchemin à la patte. Je lui dit l'adresse où aller et elle s'envola. Je me décidai enfin à aller manger.

Je mangeai avec mes amies et les autres filles parlèrent avec nous. Le repas se passa bien et nous remontâmes nous coucher.

Le lendemain, je mangeais avec mes affaires prêtes à côté de moi quand 3 hiboux arrivèrent dans ma direction, portant un gros colis. Ils se posèrent près de moi, je leur détachai le paquet et ils picorèrent dans mon assiette. Je regardai juste le paquet. Je connaissais le contenu mais je devais bientôt aller dans les serres pour la botanique. Je le pris et je partis.
La pause du matin était arrivée et je déposai mon paquet dans mon dortoir près de Sakura qui dormait.

Les cachots étaient froids et peu accueillants. Le cours de potions s'y passait et le professeur Snape n'avait pas l'air des plus gentils. Nous attendîmes devant la porte quant elle s'ouvrit à la volée sur le professeur en personne.

- Entrez. Dit-il avec froideur.

Nous entrâmes dans un silence religieux et je me mis à l'avant de la classe. Il ferma la porte derrière nous et se mit à parler, plutôt, à murmurer son discours. Il avait la voix à peine élevée mais on l'entendait très bien. Je me concentrai sur le discours de Snape mais il venait de terminer et il nous observait.

- Bien, vous avez l'air d'avoir tout compris. Vous avez le reste du cours pour me faire la potion contre les furoncles. Page 11.

Nous nous levâmes, prîmes les ingrédients et nous mîmes au travail. Je regardai la recette et j'essayai de la suivre à la lettre, comme ma mère m'avait montré. Elle m'avait également dit de, si j'avais la possibilité, chanter pendant la préparation mais il fallait connaître la recette par cœur. La potion réagissait à la voix et sa couleur prenait un air vif. Je chantonnai à voix très basse et le temps passa à une vitesse hallucinante. Je sentis un regard lourd me fixer longtemps mais je n'y prêtai pas attention. Ma potion était terminée et j'avais encore 10 minutes à tuer. Je regardai la mixture de Padma et je comparai. La mienne avait l'air un peu plus vivante, en effet.

- Mettez votre nom et votre maison sur un bout de parchemin, mettez-le avec une fiole contenant votre potion et posez-les sur la table. Annonça le professeur avec lenteur.

J'écrivis mon nom et ma maison et je pris une fiole dans laquelle ma potion reposait. Je regardai la mixture avec le peu de lumière dans la pièce avant de me lever pour la déposer sur le bureau. Je rassemblai mes affaires et je vis Snape observer ma potion avec attention et lire le bout de papier avec mon nom dessus.

- Miss Menoud, pouvez-vous rester?

Je fis un signe à Luna et Padma de ne pas m'attendre. Je mis mon sac sur mon épaule et m'approchai du sombre enseignant.

- Oui?

Je le regardai dans les yeux.

- Il est interdit de chanter durant mes cours. 2 heures de colles ce soir avec moi. 18:30 pile devant la salle de classe.

Il retourna à son bureau sans rien ajouter. J'étais profondément choquée. Je sortis de la classe avec lenteur et mon estomac me cria de manger. Je marchai vers la Grande Salle et je m'assis près de Padma.

- Il est spécial, le directeur des Serpentards. Dit-elle.

- Il m'a collé.

Elle s'étouffa avec sa frite.

- QUOI?! Pourquoi?

- Soit disant que je n'ai pas le droit de chanter durant ses cours et il me colle 2 heures avec lui ce soir. Pendant le souper.

Padma fit une mine déconfite.

- Tu vas pas manger avec moi, snif. Je vais le tuer! On pique pas ma Laï comme ça!

Je rigolai franchement.

- Coupe-lui d'abord les cheveux. Proposai-je.

Elle était tellement horrifiée que je me pliai de rire devant elle. Je finis de manger et nous allâmes vers les dernières heures de la journée, à savoir le cours de vol.

Il était 15:00 et je me trouvais à l'infirmerie. Allez savoir comment. Le cours de vol était catastrophique pour moi. Le balai me haïssait. Je m'étais retrouvée plusieurs fois la tête à l'envers. Et une chute de 3 mètres avait gentiment accueilli mon visage en direction du sol. J'étais amochée au possible: des bleus sur mon front, les lèvres fendues, le nez cassé et les genoux en sang. La totale. L'infirmière me gronda et me soigna. Une demi-heure plus tard, je rentrai dans ma salle commune pour déchirer mon paquet du matin. Une lettre de mes parents s'y trouvait.

Laï,

Coucou ma chérie!

Nous allons très bien, ne t'en fais pas.

Félicitation pour ta répartition ma choupette!

Voilà ton violon pour ton entraînement.

Bisous!

Maman & Papa


J'ouvris vite le paquet et en sortis mon violon. C'était un instrument familial depuis un moment. Et j'adorais en jouer quand la solitude me gagnait.

Les heures passèrent et il était 18:15. Je sortis de la salle commune avec mon sac et je me dirigeai vers les cachots en pestant contre le professeur.

Je me trouvais devant la porte fermée de la classe et il me restait 5 minutes à rien faire. J'attendis en rêvant. 18:30 arriva et je toquai à la porte. Un "entrez" se fit entendre et j'entrai gentiment dans la classe.

- Bonsoir Professeur. Dis-je.

- Bonsoir Miss Menoud. Ce soir vous allez nettoyer et ranger mes bocaux dans l'ordre alphabétique. Sans baguette.

*C'était trop beau pour être vrai* Pestai-je à nouveau.

Il m'incita à poser ma baguette sur son bureau et de commencer.

Je galérai tellement à ranger. Les nettoyer n'était rien de spécial mais trouver leur place avec leur nom, c'était autre chose. Je n'avais aucune idée de la quasi totalité des contenus des bocaux et je dus plusieurs fois demander le nom de certains.

La colle était finie mais Snape ne voulait pas me lâcher. Je mourais de faim, le souper était terminé et j'avais une demi-heure pour rejoindre ma classe au sommet de la Grande Tour pour observer les étoiles. Il me parla du fait que chanter dérangeait les autres élèves et lui, que ce n'est pas utile et un tas d'autres choses jusqu'à ce qu'il me dise :

- Felix Felicis ou Philtre d'Amour?

Je le regardai, étonnée.

- Pardon?

- Lequel préférez-vous?

Je ne répondis pas. Un blanc s'installa. Il le brisa avec une question.

- Que diriez-vous de devenir mon... "Assistante personnelle", Miss?

Je ne réfléchis pas.

- D'accord.

- Bien, dès la semaine prochaine le lundi, mercredi et vendredi ainsi que le week-end. A 17:00 dans mon bureau.

Je hochai la tête et sortis au pas de course. Je n'entendis pas le reste de son blabla.

Je courus dans le dédale de couloirs jusqu'au sommet de la Tour pour les étoiles. Mais je n'étais pas dans mon assiette. La faim et cette "proposition" que j'avais accepté à la hâte me tenaillaient l'estomac. Les heures passèrent lentement et j'avais sommeil.

*Mais pourquoi j'ai accepté sans réfléchir? Quelle pomme je suis! Bon, on va d'abord dormir. Je regarderai demain.*

A minuit, le cours se termina et nous rentrâmes dans la salle commune.
Revenir en haut Aller en bas
Caroline Who
Prédateur autonome
Prédateur autonome
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 4523
Messages : 706

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Caroline Smith Animal : Corbeau : Sevi
1er année


Miles Smith Animal : chat gris : Steel Samurai
1er année

Gallions: 273 (C) / 272 (M)

MessageSujet: Re: Felix Felicis ou Philtre d'Amour?   Mar 14 Avr - 22:30

Coucou, voilà le chapitre 6! J'espère qu'il vous plaira!
Bonne lecture!


Chapitre 6: Noël

20 décembre

Cela faisait maintenant quelques mois que j'étais à Poudlard. Quelques mois que j'étais "l'assistante" de Snape. Enfin, plutôt sa "Conchita". Je n'arrêtais pas de ranger ses affaires, Nettoyer son bureau, ses bocaux, son chaudron, etc. Encore heureux que je ne lavais pas ses habits. Quoique, ça n'allait peut-être pas tarder.

J'avais annoncé mon nouveau poste à mes amies mais elles l'avaient assez mal pris. Elles me posèrent plein de questions, s'écrièrent que j'étais folle d'avoir accepté. Surtout sans réfléchir. Mais le mal était fait et Cho me dit, peu après seule-à-seule, que Snape n'avait jamais fait ça et que c'était étrange. Elle me fit un clin d'œil avant de me laisser.

Bref, nous étions bientôt Noël et mes parents étaient partis vers les îles Caraïbes. Ils m'avaient envoyé une lettre disant que je devais rester à l'école pour Noël car ils avaient eu la merveilleuse idée de se barrer sans moi.

*Mes parents. Toujours le dernier mot pour rire.*

C'était le début des vacances et j'avais enfin du temps à perdre. Je faisais mes devoirs au plus vite dans ma tour, seule. Il n'y avait personne à qui parler à part Sakura. Mais elle ne comptait pas. Je mamusais dans les couloirs avec le bruit de doigts tapotant les murs. Je visitais toutes les pièces que je voyais. Il y avait des portes ouvertes, d'autres fermées et j'étais même tombée sur la porte interdite du 3ème étage. Elle était fermée, comme c'était étonnant. J'avais collé mon oreille et j'avais entendu des grognements.

Les jours passaient, je mangeais dans la Grande Salle seule, me promenais seule, travaillais seule et je jouais seule. Il n'y avait que moi et mon violon dans les couloirs. Je dansais en jouant, je faisais tourner les yeux des tableaux et même un chevalier m'avait complimenté. Le peu de personnes présentes dans ce château n'étaient jamais visible quand je passais. Le soir, je volais le chaudron du professeur et je créais des potions à son insu. Des potions simples mais j'évitais les accidents.

Le 24 décembre arriva et mes parents ne m'avaient rien envoyé ; je n'aurais donc pas de cadeau de Noël. Je lavais le chaudron de Snape dans son bureau. J'étais dans mes pensées, à réfléchir sur la prochaine musique à apprendre quand une voix basse me tira de ma rêverie.

- Vous me semblez... différente, Miss.

- Hmm? Ah bon?

- Oui, vous sentez-vous seule?

- Un peu, mais bon. Je ne le serais plus à la rentrée!

Je lui souris. Il se leva et me donna un pot destiné aux verracrasses.

- Nettoyez-moi ça.

Il repartit vers son bureau. Je rageai.

- Dites, je suis votre assistante en potions, pas Conchita Snape!

J'avais insisté sur le mot potions. Je voulais apprendre à créer des potions complexes, pas juste nettoyer des effets personnels. Il tourna son regard noir vers moi.

- Conchita?

Il eut l'air surpris l'espace d'une seconde avant de me jeter un regard des plus noirs.

- Conchita veut dire Femme de Ménage, en espagnol. Alors, je ne suis pas votre Femme de Ménage, professeur.

Je lâchai mon éponge.

- Je veux apprendre à faire des potions complexes, emprisonner la mort dans un flacon, guérir des sorciers malades et transmettre mon savoir aux prochaines générations.

Il m'observa un moment, sans un mot. Il sortit par la porte d'un pas décidé. Je me retrouvai seule dans son bureau.

- Quelle aubaine! Je vais pouvoir un peu fouiller!

Je me frottai les mains d'impatience. Je me mis à bouger tous les bocaux pour regarder leur contenu. Malheureusement, cela m'ennuya très vite. Mais il n'y avait rien d'autre à observer. Je me résignai à terminer ma tâche et à partir tant qu'il était absent. Je ne pus m'empêcher de lui écrire sur un bout de papier, un joyeux Noël.

Le soir vint, je mangeai le repas spécial Noël, seule. Je regardai le ciel sombre d'où des flocons de neige tombaient. Il y avait peu de bruit dans les alentours, en même temps, peu de personnes étaient là. Je vis Harry et Ron manger, quelques élèves de Serpentard, quelques Pouffys et... moi, à la table des Serdaigle. Quelle solitude. Je jouai à faire tournoyer mon riz dans mon assiette et je regardai vaguement les bougies en l'air. Quel ennui mortel. Un papier vola entre les flocons et se posa à côté de moi. Je le pris, intriguée, et l'ouvris.

Joyeux Noël, Miss.

Professeur Snape


Je regardai en direction de la table des enseignants et je vis Snape me fixer. Je lui souris. Il détourna le regard vers sa collègue. Je baissai les yeux et je sortis de la salle.

J'allai chercher mon instrument derrière une statue.

- Je n'ai pas envie de passer une heure à réfléchir devant une porte juste pour pouvoir jouer.

Je me trouvais dans le couloir où était le bureau de mon directeur de maison, actuellement absent.. Alors je chauffai les cordes, puis je jouai l'un des premiers airs que j'avais appris. Le thème du film "Retour vers le Futur" ou "Back to the Future" comme les moldus anglais disaient. J'aimais beaucoup ce film. J'étais jeune quand je l'avais vu pour la première fois et j'avais adoré l'histoire, ainsi que la musique. Elle n'était pas si compliquée à jouer mais il fallait beaucoup se concentrer pour éviter certaines fautes et prendre les notes fantômes. J'avais travaillé d'arrache-pied pour la jouer et j'étais fière d'y arriver.

Je fis vibrer les cordes dans la pénombre du couloir. L'écho fit retentir les notes dans les lieux pendant que je rentrai vers mon dortoir. Je terminai la musique à la porte de la tour. Je la traversai enfin après son énigme et je vis que la pièce était illuminée par la clarté de la lune et que les étoiles étaient visibles depuis les fenêtres.

Je montai dans la chambre et j'ouvris la fenêtre. Le froid polaire rafraîchit mon visage et la chambre. Je me mis au lit et je dormis.
Revenir en haut Aller en bas
Caroline Who
Prédateur autonome
Prédateur autonome
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 4523
Messages : 706

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Caroline Smith Animal : Corbeau : Sevi
1er année


Miles Smith Animal : chat gris : Steel Samurai
1er année

Gallions: 273 (C) / 272 (M)

MessageSujet: Re: Felix Felicis ou Philtre d'Amour?   Sam 18 Avr - 23:18

Coucou!
Le chapitre 7 est arrivé et je remercie Jill pour ses efforts de corriger toutes les fautes de fou que je fais.

Bonne lecture! ~

Si vous trouvez le nom de la musique, bravo!~
*************************************************************************

Chapitre 7: Anniversaire


23 Juin 1992

Les mois et les rhumes passèrent. J'avais eu droit à 3 rhumes différents: un rhume dû au froid quand j'ouvrais la fenêtre durant l'hiver, un autre car les 3/4 de la classe étaient malades et le dernier, aux foins.

Celui-ci était d'ailleurs d'actualité, j'avais le rhume des foins. Quelle calamité! Il avait commencé fin mai, nous étions fin juin et il n'était toujours pas parti. Je me mouchai.

- Punaise, que je hais le rhume. Encore heureux que je puisse parler normalement.

Malgré ces désagréments, j'avais enfin commencé à préparer des potions avec Snape. Nous faisions les potions ensemble une première fois, puis je les refaisais par la suite, seule. Il se montrait bien moins brusque et froid quand nous étions seuls. Ce qui était étonnant mais ça me faisait plaisir. Je nettoyais uniquement le cheni* que je faisais, rien de plus.
Mon anniversaire approchait à grands pas et j'allais bientôt avoir 12 ans. J'étais bien plus jeune que mes amis qui avaient pratiquement tous déjà 12 ans.

Je m'étais fait pleins d'amis au cours de l'année. Le trio Gryffondor avec qui je discutais de temps en temps, en particulier avec Hermione. Elle était chic, cette fille. Je pouvais lui parler de plein de trucs et nous rigolions pendant des heures. Hannah Abbot, la Poufsouffle et ses amis. Ils étaient gentils et me ressemblaient quelque peu. Les Serdaigles de ma maison aussi. Je discutais avec pratiquement toutes les années et j'apprenais toujours quelque chose en rigolant. Il n'y avait que les Serpentards avec qui on ne me voyait jamais. Sauf avec Snape mais c'était une exception.

La vie suivit son cours et le 26 juin arriva. Je m'étais réveillée très tôt pour terminer un devoir pour le cours de DCFM. Nous étions mercredi et c'était la journée la plus longue de la semaine. J'avais bien préparé mon sac et je sortis de la tour pour manger. Il m'arrivais souvent de me faufilais dans les autres tables pour manger avec des amis. Je me dirigeai vers la table des Gryffondors et je m'assis à côté de Hermione et les salua. Nous discutâmes des cours de chacun et de la tonne de devoirs dont on nous accablait. Hermione eut d'un coup une lumière et hurla très fort:

- LAÏ, C' EST TON ANNIVERSAIRE AUJOURD'HUI!

La salle se tut et je me sentis rougir de honte. Harry et Ron commencèrent à chanter.

- Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire, ...

Tous les regards étaient posés sur nous. Je voulais me cacher mais les Poufsouffles, le reste des Gryffondors et les Serdaigles se mirent aussi à chanter. Seuls les Serpentards, les professeurs et moi ne chantions pas.

*Quelle honte! Y a pas de cachette et qu'on ne me revoit plus du reste de l'année!*

J'avais mes mains sur mon visage, rouge de honte. Lorsque que la Grande Salle s'arrêta de chanter, j'osai un regard vers le trio souriant de Gryffys.

- Merci beaucoup mais... Quelle honte vous m'avez mise!

- Bah, t'avais qu'à pas nous dire 2 jours avant que ton anniv' arriverait.

Je ronchonnai avant de rire avec eux. Nous mangeâmes, puis nous nous rendîmes à nos cours.

Tous les cours se passèrent bien et chaque enseignant que j'avais m'avait retenu pour me souhaiter un bon anniversaire. Donc, j'avais toujours cinq minutes de retard au chaque cours suivant. Et personne ne m'avait crié dessus pour ça. Même pas Snape. Incroyable.

Je terminai ma journée et j'étais morte de fatigue. Malheureusement, je devais encore me rendre au cachots pour les potions.

* Pourquoi le mercredi et pas le jeudi? Je suis toujours morte le mercredi.*

- Miow! Miow!

J'en avais marre d'autant de bruit pour le peu de tranquillité avant la chauve-souris comme disaient les Gryffys. Et Sakura vint miauler.

- Je suppose que tu veux de la nourriture? Mais je vais croire que tu me dis "bon anniversaire!" et je donne ta bouffe. Racketteuse.

Je lui donnai sa gamelle et je regardai l'heure. Il était temps de partir faire des potions dans un endroit froid où un professeur se cachait dans la pénombre.

J'allai dans les couloirs et plusieurs tableaux me souhaitèrent bon anniversaire. Particulièrement le chevalier Catogan qui se promenait.

* Le prochain qui me dit "bon anniversaire!", je le frappe.*

Je passai par les escaliers centraux et tous les tableaux chantèrent joyeux anniversaire. Mon agacement monta en flèche mais je ne pouvais pas frapper des tableaux. Je me contentai de leur sourire.

J'arrivai juste à l'heure devant le bureau de Snape. Il était le seul professeur à n'avoir rien dit de la journée. Enfin un peu de calme. Je toquai et j'entrai. Je le vis concentré sur des devoirs et je préférai ne pas trop faire de bruit. Je pris mon chaudron, ma balance, ma baguette et mon livre. Je l'ouvris pour lire une recette au hasard.

- Je ne vous avais pas entendu Miss. Fit une voix grave derrière moi.

Je me tournai vers lui.

- Je ne voulais pas vous déranger en entrant comme une furie, professeur.

- Quelle gentillesse. C'est touchant.

Il n'avait pas l'air sincère, mais railleur. Cela me changea de l'humeur joyeuse du reste de l'école.

- Felix Felicis ou Philtre d'Amour?

J'étais étonnée.

- Encore cette question?!

- Et je compte bien vous la poser chaque année, à votre anniversaire. D'ici la fin de votre scolarité, je veux une réponse. Est-ce clair?

Il était plus que sérieux. Il avait froncé les sourcils.

- Oui, professeur. Répondis-je en m'inclinant.

- Bien, vous allez préparer la potion de Wiggenweld. Vous savez la faire seule.

- Très bien. Puis-je chanter durant la potion?

Il m'observa attentivement. Je me demandai si je n'étais pas allée un peu loin avec une telle requête. Il soupira.

- Allez-y mais juste parce que c'est votre anniversaire.

Le mot "anniversaire" me sortait par les oreilles mais je pouvais enfin chanter. Je pris la page et j'allai chercher les ingrédients. Je me mis à ma place et je commençai la préparation en chantant.

- I need you, you ,you. I need you, you, you. I need you, you, you... Sometimes I feel.. a little sad inside...

La chanson passa à une vitesse folle. Et la préparation s'accéléra également. J'étais concentrée sur la potion et les paroles que je chantais à tue-tête. Je me dandinais sur place en claquant des doigts. Un peu de blues me faisait du bien. Je passais quelques chants et la potion fut terminée. Elle avait une teinte vivante et lumineuse.

- J'ai fini la potion! Hurlai-je.

Il se leva et évalua la potion.

- Vous pouvez partir Miss.

C'était sa manière de me féliciter et je l'avais appris à mes dépens. Je rassemblai mes affaires et je m'apprêtai à sortir quand j'entendis:

- Bon anniversaire.

* Bon, j'avais dit que je tape le prochain... Le mur va morfler.*

Je n'allais pas frapper un enseignant. Je lui souris doucement et je sortis dans les couloirs.

Je me trouvais à peine dans le noir glacial des cachots quand une autre voix se fit entendre derrière moi. Une voix trainante.

- Bon anniversaire, Menoud.

Je me tournai et je vis Malefoy tout seul, devant moi. Ses yeux gris fixés aux miens.

- Merci, Malefoy. Tu peux m'appeler Laïcifitra ou Laï. C'est plus simple.

Il ne dit rien avant de respirer un coup.

- Tu faisais quoi chez Severus?

Je le fixai. Il m'arrivait très souvent d'être assise à côté de lui en DFCM ou en botanique. Et pourtant, on ne parlait jamais. C'était la première fois que je me trouvais à lui parler.

- Je faisais une potion.

- En chantant?

Je rougis de plus en plus. M'avais-t-on entendu?

- Oui. Tu m'as entendu?

- Difficile de ne pas avoir entendu une voix chanter dans tout le cachots, vu l'écho.

J'étais très mal à l'aise. Il brisa le silence.

- Je vais manger. Tu viens?

Je le regardai, surprise de sa proposition. Mon ventre gronda.

- Mon estomac te suit, Malefoy.

- Drago. Appelle-moi Drago.

- Drago.

Je souris de toutes mes dents. Je parlais avec un Serpy et en plus, le plus populaire, en bien comme en mal. Nous marchâmes en silence un petit moment, jusqu'à ce je me mis à parler.

- Drago. Pas très commun comme prénom.

- Laïcifitra n'est pas mieux. Et Menoud, étrange.

- C'est Suisse. Mon père est suisse et ma mère est anglaise. Je suis née là-bas.

- Tu peux un peu me raconter?

- Bien sûr.

Je lui racontai quelques anecdotes lors de mes dernières années au pays du chocolat et lui m'en raconta d'autres de sa jeunesse de riche. Je compris très vite que son père était très influent et il avait une grande admiration pour lui. Nous commencions à trouver un terrain d'entente sur plusieurs sujets quand nous arrivâmes devant les portes de la Grande Salle. Nous nous saluâmes rapidement avant de partir chacun de notre côté. Je marchai en direction de ma table quand des mains me retinrent.

- Hep, hep. Tu parlais avec Malefoy tout à l'heure?

C'était les jumeaux Weasley. Ils avaient un sourire plaqué sur leur visage.

- Oui, on discutait tranquillement.

Ils haussèrent un sourcil entendu et me lâchèrent sans que leur sourire s'efface.

* Bizarre...*

La soirée passa sans autre encombre. Je montai dans mon dortoir après avoir passé les tableaux qui m'avaient encore souhaité mon anniversaire. Des tableaux qui dormaient quand j'étais passée plus tôt.

* Des retardataires.*

Je m'affalai sur mon lit. La journée était fatigante et les vacances d'été se faisaient sentir. Je m'endormis dans la pensée des vacances.

[*= veut dire bo*del par chez vous. Pas vrai, Siri? Cool]


Dernière édition par Caroline Who le Dim 24 Mai - 21:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Caroline Who
Prédateur autonome
Prédateur autonome
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 4523
Messages : 706

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Caroline Smith Animal : Corbeau : Sevi
1er année


Miles Smith Animal : chat gris : Steel Samurai
1er année

Gallions: 273 (C) / 272 (M)

MessageSujet: Re: Felix Felicis ou Philtre d'Amour?   Sam 25 Avr - 16:38

Coucou tout le monde! J'espère que ce chapitre vous plaira ^^

Bonne lecture!

*****************************************************

Chapitre 8: Vacances

Juillet 1992

C'était enfin le début de vacances bien méritées! J'avais bossé d'arrache-pied et le soleil était le bienvenu. Le rhume s'était évaporé, les amis aussi. La fin de l'année n'avait pas été de tout repos. J'avais appris que Harry, Ron et Hermione avaient percé le secret de la porte du troisième étage et 160 points leur avaient été accordés par le directeur. Mes parents m'avaient envoyé une lettre le lendemain de mon anniversaire pour me le souhaiter, normal. Gryffondor avait gagné la coupe des Quatre Maisons et les jumeaux Weasley me proposèrent un passe-temps ludique pour l'an prochain en leur compagnie. Drago se montrait plus social avec moi et Snape... restait Snape.

*Que de perspectives pour l'année prochaine!*

J'étais rentrée à la maison et mes parents m'avaient annoncé la venue d'un petit schnoupf* dans environ huit mois. Je me demandais pourquoi en refaire un, 12 ans après moi. Mais je ne voulais pas chercher le pourquoi du comment pour ça. C'était leur droit.

Le repos ne dura pas très longtemps que nous partîmes vers la Suisse, y passer pratiquement toutes les vacances d'été. J'étais contente de manger à nouveau du chocolat jusqu'à en avoir mal au ventre et je devais en ramener aux jumeaux. Je passais mes semaines chez la famille et je pouvais enfin parler français et allemand sans trop galérer.

Mais bon, je sortais pratiquement tous les jours pour voir mes amis et discuter. J'avais revu Laeticia, Monica, Chloé, Elisa, Océane, Christian, Ana, Raphaël, Benoît, Vincent et plein d'autres encore. Je racontais ma vie en Angleterre avec l'école et ses trucs complètement dément. Ils me racontaient leur école aussi. Les filles étaient à Beauxbâtons et les garçons à Durmstrang.

Je jouais dans les jardins avec eux. Je respirais l'air des Alpes et l'odeur des vaches. Et je me sentais chez moi, pas en Angleterre où tout sentait le pudding et les haricots blancs.

Christian, un garçon aux cheveux bruns et aux yeux gris, m'avait demandé si on pouvait communiquer par les hiboux entre nos écoles et garder contact. Je remarquai que celui-ci était attiré par Ana. Ces deux-là étaient nés pour être ensemble. Il n'y avait aucun doute. Tous mes amis me demandèrent de garder contact. Ils se voyaient tous bien plus souvent que moi et ça me mettait en rogne. Pourquoi ils pouvaient se voir pendant les vacances et pas moi? C'était pas juste.

Je jouais aussi avec mon violon auprès d'eux qui dansaient au rythme de la musique. Certains chantaient également. On avait l'air d'une troupe composé de quelques danseurs, quelques chanteurs et d'une instrumentiste. On avait même joué pour le 1er Août, la fête Nationale, dans le jardin. Mes grands-parents aimaient beaucoup nos chants. Les paroles étaient trouvées à l'arrache et ma famille croyaient qu'on savait l'hymne national.

J'avais mon bonheur au pays du ski. Mais toute bonne chose avait une fin. Mi-août était arrivé et je devais repartir en Angleterre et quitter mes amis. Ceux-ci m'avaient d'ailleurs offert un cadeau de départ. Une partition à jouer pour violon. La musique du film "Le Fantôme de l'Opéra". J'adorais ce film personnellement et ils m'avaient offert la possibilité d'en apprendre la mélodie. Je les serrai un par un dans mes bras en leur promettant que l'an prochain, je le leur jouerai.

- On compte sur toi, Laï! Me dit Benoît.

- T'inquiète. Dis-je avec un clin d'œil.

Je leur fis un signe de la main et mes parents me traînèrent vers le quai de départ pour Londres. Nous montâmes enfin dans l'avion, après dix minutes de bisous baveux et de "Au revoir", "Auf Wiedersehen" de ma famille.

Nous venions à peine de toucher le sol de Heathrow que je pris la direction du quai qui repartait vers la Suisse. Mes parents me prirent par le bras. Il était 10 heures du matin.

- Espèce de capricieuse. Tu devrais être honorée de pourvoir étudier à Poudlard.

Je râlai comme jamais. Mais je me faisais traîner devant tous les passants, alors j'avais pas trop le choix de suivre.

Je m'étais enfermée dans ma chambre pour bouder quand je vis une dizaine de lettres sur mon bureau. Comment elles étaient arrivées là? Mystère. Je regardai leur expéditeur et la plupart venait de Snape.

- Par les océans, il ne peut pas me laisser tranquille? Je sais bien qu'il ne peut pas se passer de moi mais tout de même.

J'en ouvris une première. Il parlait du programme de l'an prochain. Toujours les mêmes jours aux mêmes heures mais il parlait des potions à faire et peut-être des plus complexes, par après. Une seconde m'ordonnait de faire quelques potions durant les vacances. Et ainsi de suite jusqu'à la dernière qui ne comportait qu'un seul mot, d'une écriture tremblotante, au centre du parchemin.

- Laïcifitra?

Cette lettre me laissa sans voix. Il n'avait pas écrit mon prénom avec une écriture aussi à la va-vite, sans raison. S'inquiétait-il pour moi?

* Non, impossible. Arrête de délirer ma pauvre.*

Les autres lettres viennent de Padma, de Drago, d'Hermione et d'Hannah. Je décidai de leur répondre malgré que je les verrais dans 2 semaines. Je leur écrivis des banalités sur ma santé, le retard de ma réponse et le fait que j'allais avoir un frère ou une sœur. Mais pour Snape, je ne savais pas quoi lui écrire. Une réponse à trois mots n'allait pas lui faire plaisir, ni un texte entier. Alors, que faire? Je pris mon plus beau stylo, une feuille de papier, je n'avais plus de parchemin, et je restai plantée devant la feuille blanche à attendre l'illumination.

Elle ne vint pas.

- Et m*rde. Je vais jouer avec mon violon.

Je pris mon instrument, la mélodie du Fantôme, je la posai sur mon lutrin et je me chauffai les doigts en la lisant. Je la chantonnai à voix haute pour remettre le rythme dans le crâne. Je posai mon instrument sur ma clavicule, et je commençai.

Les premières tentatives furent absolument horribles à entendre et à jouer. La mélodie était dure et les sons stridents avaient réussi à faire entrer ma mère en trombe dans ma chambre, pensant que je m'étouffais ou un truc du genre. Je lui rappelai qu'on devait aller au Chemin de Traverse pour aller chercher les nouvelles fournitures. Elle acquiesça et redescendit dans le salon.

Les dernières journées passèrent. J'avais racheté les fournitures scolaires et mes uniformes m'allaient encore à merveille. Même si j'avais pris quelques grammes et centimètres, J'avais écris une dernière lettre à l'attention de tous mes amis en Suisse pour leur dire que j'allais bien et que l'école reprendrait bientôt.

- Faut un peu les déprimer, ceux-là!

J'avais également fait tout mes devoirs à la vitesse de l'éclair et un peu à l'arrache aussi. Je n'avais même pas eu le temps nécessaire de faire les potions demandées par Snape. Nous étions la veille de la rentrée et c'était ma dernière nuit dans ma maison. J'étais impatiente de rentrer à nouveau à Poudlard.

[ *schnoupf = bébé au cas où ]
Revenir en haut Aller en bas
Caroline Who
Prédateur autonome
Prédateur autonome
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 4523
Messages : 706

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Caroline Smith Animal : Corbeau : Sevi
1er année


Miles Smith Animal : chat gris : Steel Samurai
1er année

Gallions: 273 (C) / 272 (M)

MessageSujet: Re: Felix Felicis ou Philtre d'Amour?   Ven 29 Mai - 16:26

Coucou ~
Le nouveau chapitre est arrivé et j'espère qu'il vous plaira. On commence à en savoir un peu plus sur Laï et sa famille.
Bonne lecture!

Non, je n'ai pas mis la censure sur certains mots. J'espère que ça dérange pas trop.

******************************************************

Chapitre 9: Un puzzle de famille

1er Septembre

Je me levai très tôt pour préparer ma valise ; mes livres, mes parchemins et autres trucs se rejoignirent à l'intérieur. Je mis les tablettes de chocolat dans mon sac, ainsi que ma baguette et mes plumes pour écrire. Je mangeai rapidement mon petit-déjeuner, je mis ma valise dans la voiture, je montai avec le reste de mon croissant et nous partîmes vers la gare King's Cross.

Il était dix heures du matin quand nous arrivâmes au quai où quelques élèves et parents se trouvaient déjà. Je vis une famille de têtes blondes, les Malefoy. Drago m'aperçut et me fit un petit sourire en coin, auquel je répondis d'une petite inclinaison de tête. Maman me jeta un étrange regard qui voulait dire: "Tu vas m'expliquer pourquoi tu salues Malefoy, toi." Je lui fis un sourire.

Une fois mes parents embrassés, mes affaires dans le porte-bagage et Sakura blottie contre moi, je pus enfin m'affaler, dans le confortable siège du Poudlard Express.
J'avais le cœur déchiré entre la peine de ne plus être en vacances et la joie de retourner à Poudlard, retrouver les fantômes, les tableaux qui parlaient, les cours de sorcellerie, les potions... La normalité des moldus me paraissait bien fade comparée au dynamisme de Poudlard. Même si j'allais me faire passer un sacré savon par le Maître des vêtements en noir.

Le train allait démarrer d'un instant à l'autre, et je jetai un œil sur le quai à travers la vitre ; J'avais entre-aperçu la joyeuse meute des rouquins, communément appelée la Famille Weasley, sans pour autant repérer Ron et Harry. Voilà qui me désolait un peu, surtout que le Poudlard Express commença à s'ébranler, le cliquetis et crissement des roues signalant leur peine à lancer un tel monstre de métal. Je fis signe à mes parents, encerclés par la foule, avant de revenir à mon siège. J'étais seule dans le compartiment, avec Sakura, mais pas pour longtemps : à travers la porte du compartiment, je vis la frimousse d'une certaine Gryffondor qui fixait la mienne avec un sourire.

*Et voilà la compagnie !* pensai-je avec joie.

Hermione s'installa en face de moi, commençant déjà à raconter je-ne-sais-quoi ; certainement ses vacances.
Je me rappelai alors que Hermione était une née-moldue ; avait-elle raconté à ses parents sa première année, et, si oui, comment avaient-ils réagi ?

- Euh, Hermione ? commençai-je avec hésitation, sans savoir si ça n'allait pas la mettre mal à l'aise. Tes parents se sont bien... Habitués à ton statut... ?

Hermione fut sur le moment interloquée, mais accepta de me raconter sa situation. Moi qui avait deux parents sorciers, je me demandais bien comment on pouvait vivre sans un petit sort de récurvite, ce genre de corvées ménagères qu'on expédiait grâce à la magie. Exceptées les fois où l'on oubliait sa baguette au fond du jardin. Comme moi. Au bout d'un petit moment, le sujet de ses parents moldus partit à la trappe, et Hermione resta pensive en regardant par la fenêtre.

Sakura, sans doute ankylosée après sa petite sieste, s'étira de tout son long et ses griffes se prirent dans le tissu de mon sac, ce qui l'a fit miauler au secours. Un instant après, où elle m'arracha de la peau alors que je l'aidai à enlever ses griffes de là, le sac finit par terre et les tablettes de chocolat que j'avais pris soin d'emmener avec moi pour les jumeaux Weasley s'éparpillèrent.

- Tu comptes faire de l'exportation illégale ? fit Hermione en riant, tandis que je les ramassais.

- Tu n'as aucune idée du temps que les jumeaux Weasley ont passé à me harceler pour que j'en amène.

Au final, une des tablettes de chocolat suisse ne retrouva pas l'intérieur de mon sac, mais bien celui de nos estomacs ; j'étais contente d'en partager avec une amie.
Les vacances refirent leur apparition dans la conversation, puisque Hermione semblait s'intéresser aux miennes. Je lui décris brièvement mes retrouvailles avec mes amis, ma famille, et ma tristesse à l'idée de ne les revoir que juillet prochain.

- Oh, et, devine qui va bientôt avoir une bouche en plus à nourrir de chocolats ? lançai-je avec un petit sourire.

- Ah oui, c'est vrai, tu vas être grande sœur! Quelle chance, j'aimerais ne pas être fille unique... répondit Hermione.

Je soupirai. Le fait d'avoir un truc qui pleure sans arrêt me rendait inquiète. Et si je n'arrivais pas à m'en occuper quand mes parents sont dehors? Je pris un air dépité. Heureusement que Hermione ne s'en rendit pas compte.

D'ailleurs, mon amie semblait intéressée par la nouvelle, aussi la discussion s'orienta sur nos enfances. Je me sentais un peu mal à l'aise de parler de ça, mais Hermione insistait.

- Je t'assure Hermione, ça n'a rien de passionnant, me bornai-je à répéter.

Malgré tout, elle s'obstinait, prétextant qu'elle m'avait raconté la sienne et que, par conséquent, je devais faire de même, et je craquai.

- Bon, bon, d'accord! Que veux-tu savoir?

Elle me regarda, visiblement étonnée.

- Ben, ta vie en Suisse, tes parents, ton déménagement... tout quoi!

Je poussai un long soupir. Mon enfance était tellement ennuyante et triste que je détestais la raconter. Les grands yeux d'Hermione me firent l'effet d'un booster et je me mis à parler.


26 juin 1980
Clinique Sonnenhof

Des cris se firent entendre, une femme, un linge sur elle, les jambes écartées, hurlait à l'agonie. Son ventre rond commençait à s'aplatir. Un médecin et des infirmières couraient partout, entouraient la jeune femme, transportant des éponges, des petits linges, des machines et de l'eau chaude. Le médecin, entre les jambes de la femme, les mains tenant quelque chose, déclara:

- J'ai la tête, allez-y! Poussez!
La femme poussa de toute ses forces et hurla. Le ventre s'aplatit et un autre cri retentit. Un cri de nouveau-né. Un bébé venait de naître et les infirmières s'occupèrent de lui pendant que la femme rassemblait ses esprits avec le peu de forces qui lui restait. Elle était fatiguée et le bruit du bébé la soulageait. Il était vivant. Quelques minutes passèrent et le médecin donna le bébé à la femme.

- C'est une fille. Félicitations!

Elle sourit, prit l'enfant dans ses bras et regarda son mari, debout à ses côtés. La fille avait les yeux ouverts et observait la femme avec attention avant de faire un sourire. L'homme caressa tendrement la tête de sa fille.

- Une idée de prénom? S'enquit la femme.

- Je ne sais pas. Elle est si parfaite qu'elle a l'air artificielle.

Un éclair de génie lui traversa l'esprit.

- Artificiel. En anglais, Artificial et en le mettant en verlan, Laïcifitra. Elle va s'appeler comme ça.

Sa femme le regarda d'un air étrange.

- Tu es sûr? D'accord. Laïcifitra...

Elle la serra contre elle avec douceur.

Les années passèrent et Laïcifitra grandit. Sa magie se manifestait par moments, elle se mettait à voler, cassait des objets et faisait trembler sa maison rien qu'en criant.

1 septembre 1986

Elle avait atteint l'âge de six ans et elle devait aller à l'école enfantine moldus. Même les sorciers devaient y aller, incognito. Laï n'était pas vraiment aimée des autres élèves, personne ne lui parlait si il n'y était pas obligé. Les amis n'existaient pas et elle passait ses récréations sous un arbre, seule, dans ses tristes pensées. Elle se haïssait et se maudissait de ressembler à un boudin selon elle, d'être trop différente des ses camarades et de ne voir personne de sang sorcier.

Sa rencontre avec les autres enfants ne s'était pas vraiment bien passée. Ils n'avaient pas bien vu l'arrivée timide de Laï, puis des rumeurs grotesques circulaient à son sujet. Personne ne lui avait jamais parlé mais ils pensaient tous la connaître par le biais de ces rumeurs. Les enfants se moquaient d'elle à la récréation, lui jetaient des bouts de papier mâché sur la tête en cours, la poussaient aux portes de l'école et le pire, ils faisaient tout leur possible pour la pousser à bout, qu'elle se mette à pleurer, signant leur victoire. C'était son quotidien et elle essayait d'être le plus loin possible d'eux dès les moments de temps libre. Elle faisait également son possible pour ne plus ressentir les émotions et encore moins les leur montrer. Son cœur se refroidissait de plus en plus et elle avait gelé ses larmes. Une grande peur était arrivée, venant de son père, un jour d'hiver. Elle avait l'habitude de ses sauts d'humeur. Il pouvait passer des rires aux larmes, passant par une colère noire en quelques heures. Pourtant, elle n'avait jamais compris le fait que sa mère sortait à peine dans le jardin, ses bleus qui apparaissaient de façon mystérieuse sur son corps et sur sa réticence à aller voir des autres personnes. Et ce jour de janvier lui avait donné un bout de vérité.

16 janvier 1988

Laïcifitra était dans sa chambre, elle pleurait en silence à cause des autres enfants qui lui avaient renversé de la colle sur ses cheveux. Sa magie faisait voler certains objets dans la pièce sur le coup de ses émotions. Elle était fragile, ronde, trop gentille et cela avait causé sa perte. Elle était dans ses pensées quand elle entendit un haussement de voix qui venait d'en bas. Piquée par sa curiosité, elle se leva et descendit doucement les escaliers qui menaient au salon. Elle s'arrêta à mi-hauteur pour regarder ses parents se disputer violemment.

- ...ça ne peut plus durer, Philipp! Laï devient de plus en plus froide avec les gens, les professeurs ne font rien pour arranger la situation, tu sais très bien qu'elle est très émotive et tu laisses couler comme si de rien n'était?! C'est pas possible que tu sois aussi con!

- Tu viens de me traiter de quoi?

Sa voix était calme, trop calme pour l'ambiance de la conversation.

- De con! Tu es un incapable! Un idiot qui ne soucie pas des problèmes de sa fille et qui ne pense qu'au foot!

Laï vit son père lever la main et gifler sa mère si violemment qu'elle en tomba. Elle hurla à la douleur, se tenant la joue endolorie et fusilla Philipp du regard. Celui-ci était toujours calme et il souriait à pleines dents.
- Tu me traites encore une fois d'idiot et l'Avada te tendra les bras. Mais bon, je veux bien laisser Laï aller à Poudlard pour te faire plaisir et je veux qu'elle devienne une sorcière puissante, froide et cruelle. Je veux la voir pratiquer la magie noire dans les duels. Si tout ce que tu dis est vrai sur l'enseignement.

- Tu es ignoble...

- Silence, femme! - il hurlait et avait donné un coup de pied dans les côtes de Jane - Si tu veux la garder en vie, fais ce que je te dis et ne l'aide en aucun cas. Fais aussi en sorte qu'elle ne remarque rien.

Il avait donné un dernier coup de pied avant de lancer un bonne nuit à sa femme. Laï remonta à toute vitesse dans sa chambre, choquée par le comportement de son père, de ses menaces envers sa mère. Son petit monde s'écroula sous le poids de la scène. Même sous le toit de sa maison, elle n'était plus en sécurité. Elle se demanda si il était capable de lever la main sur elle, de faire du chantage à sa femme avec la vie de sa fille. Elle commença à avoir peur, peur de son père et de ses sauts d'humeur.

Les jours qui avaient suivi cet incident n'étaient pas les mêmes pour elle. Elle ne regardait plus son père dans les yeux, les évitait le plus possible. Même les vacheries de ses camarades ne l'affectaient plus de la même manière. Elle savait qu'elle ne serait entendu de personne.

1er septembre 1990

Le jour où toute une bande d'enfants sorciers étaient arrivés et avaient très vite pris Laï avec eux. Ils discutaient, apprenaient à se connaître et jouaient tous ensemble. Cette date changea la vie de Laï définitivement. Elle était un peu moins froide et ses amis y étaient pour beaucoup. Ses talents de musicienne les avaient étonnés et ils étaient heureux de pouvoir chanter et danser avec de la musique. Elle avait enfin commencé à prendre du plaisir de venir à l'école et fuir l'ambiance de la maison.

15 mai 1991

Encore des années avaient passé et Laï avait dix ans. Elle avait grandit. Ses cheveux châtain clair avaient pris de la longueur et arrivaient jusqu'au milieu de son dos. Elle était toujours très timide et sa curiosité avait augmenté de façon incroyable. Elle s'acceptait comme elle était et ses talent de musique et de cuisine s'étaient renforcés. Sa maîtrise du français et de l'allemand impressionnait toujours et, avec sa mère qui lui parlait un peu anglais, ses notions d'anglais devenaient meilleures. Ce jour-là, elle revenait de l'école et ses parents la regardaient arriver. Elle avait accéléré le pas.

- Coucou, pourquoi vous êtes là?

- On aimerait t'annoncer quelque chose. Avait commencé Philipp.

- On va déménager. Avait continué Jane.

Laï resta sans voix. Déménager? Partir sans jamais revoir sa famille et ses amis? Elle prit peur et elle se réfugia dans sa chambre, au milieu de ses peluches.

Laï resta pendant plusieurs heures seule dans sa chambre. Elle ne voulut voir personne, pas même Laeticia, sa meilleure amie. Elle ne voulait pas partir du village, du canton et même du pays. Elle avait enfin des amis et ses parents voulaient lui en priver une fois de plus. Jane lui avait répété des centaines de fois, sa fierté d'être Anglaise et le fait d'y retourner lui mettaient un brin d'arrogance dans la voix. Elle parlait tout le temps de Poudlard, que c'était la meilleure des écoles magiques, que BeauxBâtons ne valait rien avec leur système et que Durmstrang n'étaient que pour les hommes. Laï lui avait plusieurs fois demandé pourquoi ne pas l'envoyer à BeauxBâtons, mais sa mère restait silencieuse à ce sujet.

Début juin 1991

Le jour du déménagement était arrivé et Laïcifitra s'était enfin résolu à partir malgré un pincement au cœur de ne plus revoir Laeticia et les autres. Ils lui avaient fait comprendre qu'ils ne l'oublieraient pas et que durant les moments où elle serait ici, ils fonceront l'étreindre. Elle pleura et prit la résolution de s'entraîner à fond, d'étudier et de toujours penser à eux, une minute par jour. Elle et ses parents prirent l'avion direction Heathrow pour commencer leur nouvelle vie sur le sol anglais.


1er Septembre 1992

Je regardai Hermione qui avait des étoiles dans les yeux. Est-ce qu'elle était triste pour moi? Je n'en savais rien.

- Voilà en quelques mots, mon enfance. Je ne vais pas m'étendre plus sur les quatre années d'enfer. Je ne veux pas non plus de ta pitié, s'il te plait.

Je replongeai dans mon mutisme et mes pensées, tandis qu'Hermione resta aussi silencieuse. Quelques minutes passèrent ainsi, quand je marmonnais dans ma barbe inexistante.

- Tu as dit quelque chose, Laï? Me demanda Herm'.

Je relevai ma tête dans sa direction et je hochai la tête.

- Je me disais que... que...

Je me tus.

- Laï, tu peux tout me dire, tu le sais.

Hermione avait une voix suraiguë. Pleine de crainte. Comme moi, en cet instant. Elle se leva brusquement et me fit un câlin. Je hurlai, me retirai de son étreinte et m'éloignai d'elle le plus possible.

Nous nous fixâmes du regard quelques minutes, sans rien dire.

- Qu'y a-t-il? Je t'ai fais mal?

- N-non, mais c'est que... J'ai peur des mouvements brusques. Evite de refaire ça, s'il te plait.

Elle me regarda.

- A cause de ton père? Et tu as peur qu'il t'arrive pareil, c'est ça?

Je hochai la tête. Elle me fit à nouveau un câlin mais j'y étais préparée. Je la laissai faire.

- On devrait se changer.

Hermione hochai la tête et nous nous changeâmes. Le silence régnait dans notre compartiment. Je me repassai tout ce que je venais de raconter et une question me vint en tête : pourquoi Papa réagissait-il comme ça? Il était bipolaire, oui. Mais cet état justifiait-il cette violence? Je devrais faire des recherches sur le sujet. Peut-être dans la bibliothèque...

- Dis, t'as vu Harry et Ron? Demandai-je pour changer de sujet.

- Non, pas que je me souvienne. J'espère qu'ils ont pu prendre le train.

- Mouais, je l'espère aussi. Et si non, ben, qu'ils arrivent sain et sauf à l'école.

- Et qu'ils ne se fassent pas choper par Snape, haha.

Je pouffai de rire avec Hermione. Il était vrai qu'il ne pouvait pas supporter Harry plus qu'un cours et il faisait exprès de lui mettre des mauvaises notes en potions, car il trouvait toujours des excuses bidons pour le faire.

Le voyage se passa dans une meilleure ambiance qu'au début. Les jumelles Patil nous avaient rejoint pour le reste du trajet jusqu'aux portes de Poudlard. Nous suivîmes les autres années qui montaient dans des carrioles qui roulaient toutes seules. Durant ce moment de voyage, je me mis pleins d'hypothèses en tête à ce sujet. Des théories que je gardai pour moi, elles me prendraient pour une tarée qui n'a rien à faire de sa vie. Nous nous assîmes à nos tables respectives et la cérémonie des nouveaux premières années commença. Il n'y avait toujours pas de trace de Ron et Harry et je voyais bien Hermione s'en inquiéter, depuis là où je me trouvais. J'osai jeter un regard vers la table des professeurs et je fus surprise de ne pas voir Snape. Où est-ce qu'il était encore passé? Padma me secoua l'épaule pour attirer mon attention, ce qui marcha à merveille.

J'avais fini de manger mon repas, Padma et moi nous mîmes en route vers la salle commune avec les autres Serdaigles. L'énigme de la porte résolue, nous entrâmes dans notre nid confortable, montâmes les escaliers vers notre dortoir et allâmes nous changer pour dormir. Je me mis sur mon duvet quand Padma me sourit.

- J'ai un bout de salade coincé entre les dents? Demandai-je.

- Non, non. Pourquoi tu fixais la table des profs?

Je devins légèrement rouge.

- C'était pour les compter. Il m'a semblé en manquer, d'ailleurs.

Elle me regarda avec perplexité avant de hausser les épaules et me souhaiter une bonne nuit. Je lui souhaitai également une bonne nuit, je caressai rapidement une Sakura endormie dans un coin de mon lit, je posai ma tête sur le coussin et le sommeil me gagna.



The power of Truth!


Dernière édition par Caroline Who le Sam 30 Mai - 23:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Audrey Lovegood
Poiscaille frais
Poiscaille frais
avatar

Maison : Gryffondor
Empreintes : 11072
Messages : 11988

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Audrey Lovegood
Animal : Harfang noir : Alfy 1ère année

Gallions: 180

MessageSujet: Re: Felix Felicis ou Philtre d'Amour?   Sam 30 Mai - 5:05

il est bien ce chapitre, j'ai bien aimer lire sur le passé de laï ^^



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Caroline Who
Prédateur autonome
Prédateur autonome
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 4523
Messages : 706

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Caroline Smith Animal : Corbeau : Sevi
1er année


Miles Smith Animal : chat gris : Steel Samurai
1er année

Gallions: 273 (C) / 272 (M)

MessageSujet: Re: Felix Felicis ou Philtre d'Amour?   Jeu 4 Juin - 15:31

Coucou les forestiens ~
Voilà le chapitre 10 et la beauté de Lockhart :')
Bref, bonne lecture ~

******************************************************

Chapitre 10: Défenses contre les Forces du Mal

Je mangeai mon premier petit déjeuner de l'année en toute tranquillité. Padma était avec sa jumelle à la table des Gryffondors à discuter et Terry, Michael et Anthony étaient introuvables. Je regardais dans le vide quand on me secoua.

- Hein, quoi?

Je vis mon directeur de maison me sourire. Je rougis.

- Oh pardon, professeur!

Je m'inclinai. Il commença à parler avec sa voix fluette.

- Ne vous en faites pas Miss. Voici votre emploi du temps.

Il me passa un bout de papier et il continua son chemin. Je pris connaissance de mon emploi du temps. Lundi, à 8 heures, deux heures de potions. Génial. On était vendredi, j'avais rapidement ajouté les cours de potions privés sur le papier. Il était l'heure d'aller en cours d'Histoire de la Magie. Le premier jour de cours et je dormis durant les deux premières heures comme le reste de la classe. Je sortis de la classe et je croisai Hermione. Nous discutâmes de nos horaires.

- J'ai maintenant cours de défense contre les forces du mal avec les Serpentard.

Hermione fit un moue boudeuse.

- Tu vas voir le grand Gilderoy Lockhart. C'est notre nouveau professeur de défenses. J'adore ses écrits et il a tellement de charme.

Elle avait l'air rêveuse. J'éclatai de rire.

- J'ai lu le début d'un de ses livres et j'ai abandonné au bout du deuxième chapitre, tellement c'était nul. J'arrive toujours pas à le voir faire ces aventures, sûrement épiques, mais pas avec sa tronche en guise de héros. En plus, son écriture comporte tellement de sous-entendus sur sa beauté que ça m'écœure. Bref, on se voit plus tard. Bye!

- Euh, à plus tard. Bye.

Nous partîmes chacune dans une direction. J'entrai dans la salle de défenses, je repérai Drago tout seul à une table au milieu. Je m'approchai de lui.

- Salut Drago, je m'incruste un peu. Tu permets?

Je ne reçus qu'un vague son de sa part. J'en conclus qu'il était d'accord et je m'assis. Je déposai mes affaires sur la table et j'attendis le début du cours. Les minutes passèrent et Lockhart n'était toujours pas là. La plupart des filles commencèrent à se poser des questions. Les garçons, eux, avaient l'air heureux de ne pas avoir de cours. La salle devint bruyante jusqu'à ce que la porte du fond s'ouvrit à la volée sur un professeur dans des vêtements turquoises, un grand sourire collé sur son visage et des cheveux dorés bien coiffés. Il s'avança vers l'avant de la classe avec une démarche presque féminine. Je pouffai de rire.

*Ridicule. Mais tellement ridicule. Allez, au bêtisier de Poudlard pour la fin de l'année!* Pensai-je.

Il écrivit son nom sur le tableau noir, se tourna vers nous, toujours avec ce sourire débile collé.

- Bonjour chers élèves! Je suis Gilderoy Lockhart. Je suis votre professeur de défenses contre les forces du mal, Ordre de Merlin troisième classe, Membre honoraire de la Ligue de DCFM et cinq fois lauréat du prix du sourire le plus charmeur, décerné par les lectrices de Sorcières-Hebdo.

*Et ben, il a une sacrée grosse tête, pour un faux mannequin.*

Je jetai un coup d'oeil sur les autres élèves. Les filles étaient accrochées à ses lèvres comme des sangsues. Une image me vint en tête et me donna un grand frisson dans le dos. J'imaginai des sangsues géantes à forme humaine, leurs bouches contre les lèvres de Lockhart.

*Brr. Au secours. Enlevez-moi ça du crâne.*

Il avait continué son discours et avait distribué des feuilles. Je vis des questions. Que des questions sur lui. Je n'avais pratiquement rien lu de ses fichus bouquins. Je pris ma plume et j'écrivis des réponses au pif. Il ramassa les fiches et commença à commenter. Je n'écoutai pas du tout, puis il prononça mon nom.

- Qui est Laïcifitra Menoud?

Je levai la main.

- Toutes vos réponses sont fausses! Vous n'avez pas lu mes livres? Ou peut-être que votre imagination a pris le dessus pour m'imaginer et ainsi, laisser l'histoire de côté, hmm?

J'affichai un expression neutre. J'avais l'air d'un zombie face à son sourire.

*Que lui répondre? Dure comme question.*

- Oui, mon imagination a beaucoup travaillé sur les nombreuses descriptions de vos livres. Mais elle m'a déçue. Je m'attendais à bien mieux qu'une simple autre version du Grand Blond avec une chaussure noire.

Un silence plana entre Lockhart, les autres et moi. Personne ne devait connaître ce dont à quoi je faisais référence. Incultes va! Non, sorciers incultes, va! Le professeur me fixa bouche bée. Personne n'avait dû lui parler ainsi depuis sa "célébrité". Oui, je le détestais, ça se voyait, non?

- Je ne sais que répondre... Continua Lockhart.

*Ferme-la. Tu m'agaces.* Pensai-je, de mauvais poil.

Les minutes passèrent. Le professeur soupira et continua son discours plus qu'ennuyant. Il amena une cage couverte d'un tissu blanc sur son bureau en disant qu'on aurait peut-être les plus belles peurs de notre vie. Il enleva le tissu et des petites bestioles bleu électrique se chamaillèrent. Ils avaient des voix suraiguës. La voix de Lockhart se distingua et il nous demanda si on saurait se débrouiller. Il ouvrit la cage et les bestioles s'envolèrent.

Les filles avaient commencé à crier et les garçons à rire, jusqu'à ce qu'un lutin arriva sur eux. Drago regarda frénétiquement dans tout les sens.

- Dis, c'est quoi ces bestioles? Demandai-je.

- Des Lutins de Cornouailles.

Il en balança un loin de lui avec un livre. Un autre se posa sur mon bureau et renversa l'encrier sur moi. J'étais calme au début mais cet exercice m'énerva au plus haut point. Je pris ma baguette et je jetai un sort d'immobilisation sur le lutin. Je regarda les alentours et la moitié de la classe, y compris le professeur, étaient cachés sous les tables. Les décorations étaient sans-dessus-dessous. Je soupirai.

Je pris mon courage à deux mains et je me levai. Je me dirigeai vers la cage avec mon lutin immobilisé et je le mis dans la cage. Je me retournai et j'entrepris de lancer le sort sur tous les lutins présents dans la salle. Un silence apaisant envahit la salle et je jetai des Wingadium Leviosa sur toutes les bestioles pour les enfermer dans la cage. Je fermai la porte et je remis le tissu sur eux. Je jetai un oeil à la classe et je rejoignis ma place. Lockhart sortit de sous son bureau et observa la classe vide de lutins avant de me fixer d'un regard admiratif.

- Bravo, Miss Menoud. J'accorde 20 points à Serdaigle. Ma présence vous a donné envie d'être une héroïne. Je comprends.

*Ta présence? Tu pleurais ta maman depuis le dessous de ton bureau.* Pensai-je, en me moquant de lui et de sa réaction.

La sonnerie retentit. Heureusement qu'elle existait. Je mourais de faim. Je descendis en quatrième vitesse vers la Grande Salle dévorer du riz. Padma me rejoignit et nous discutâmes.

- Tu connais l'histoire de la rentrée de Harry et Ron?

Je haussai un sourcil.

- De quoi tu parles?

- Et bien, figure-toi qu'ils sont venus à Poudlard en voiture volante! Ils se sont crashé sur le saule cogneur et il a voulu les réduire en bouillie. Heureusement, ils ont réussi à se sauver mais Snape les a trouvé et les a amené dans son bureau.

*Voilà pourquoi il était absent.* Pensai-je avant d'écouter à nouveau.

- Ils ont failli être renvoyé. Tout le monde les acclame maintenant. Tu trouves pas ça génial?

Je haussai les épaules.

- Génial.

Padma me regarda, interloquée, puis elle continua.

- Mais ce matin, Ron a reçut une beuglante de sa mère. Tu l'as entendu non?

En fait, je n'avais pas fait très attention. J'étais trop dans mes pensées. A mon avis, d'après la description de ma mère sur Molly, c'était une femme qu'il valait mieux éviter de se mettre à dos. Je me demandai comment j'avais fait pour n'avoir pas entendu. Une main se secoua devant mes yeux.

- Tu m'écoutes Laï?!

- Hmm? Oui, désolée.

- Haha, Lockhart t'a chamboulé non?

Je pris un faux air choqué.

- Comment t'as su?

On se regarda pendant quelques secondes avant de nous lancer dans un fou rire incontrôlable. Après dix minutes de rigolade intense, Terry et Michael nous rejoignirent.

- Y a quoi de si drôle toutes les deux? Demanda Michael.

J'essuyai mes larmes en leur glissant un petit "Rien, rien" mais, Padma leur raconta à nouveau le sujet de notre rire et les garçons se mirent aussi à rire.

- En tout cas, tu t'es bien mieux comportée que lui en cours. Dit Terry.

Je me grattai la nuque en souriant doucement.

- je t'en prie, je n'ai pas fait grand chose.

- Peut-être, mais c'était bien plus utile que ce que le reste de la classe a fait. Répliqua Padma.

J'abandonnai la discussion. Je n'aimais pas trop me faire admirer. Cela me faisait penser au bouffon de Sorcière-Hebdo. Padma, Terry et Michael parlèrent de ma réaction et de ma réponse à sa question de l'imagination.

- Comment tu lui as cloué le bec, Laï. Sérieux, j'aurais pas pensé au film du grand blond avec une chaussure noire. Me dit Anthony, un autre Serdaigle.

- Moi qui pensais que personne ne connaissait... Quelle surprise!

Anthony et moi parlâmes des films que nous avions vu chacun, avec des commentaires et des critiques, tandis que les autres rigolaient encore de la tête de Lockhart.

Il me restait encore deux heures de cours avant le début du week-end. La botanique et la magie théorique. Ces deux cours avaient leurs intérêts et l'après-midi passa très vite.

Je me trouvais dans la bibliothèque à faire mon devoir d'Histoire. Encore des révoltes de gobelins. Je savais quels livres chercher sur ce sujet que Binns devait vraiment adorer pour en causer sans arrêt. Je commençais mon texte quand Hermione s'incrusta à la table avec Harry et Ron. Nous discutâmes de notre journée et ils avaient également eu droit aux lutins avec Lockhart.

Les heures passèrent et je dus me rendre dans les cachots, tel était mon devoir d'assistante de potions. Je toquai à la porte et j'attendis. La porte s'ouvrit avec fracas. Je fis un saut en arrière par instinct. Snape se trouvait dans l'encadrement à me fixer. Je me ratatinai quelque peu.

- Bonsoir, professeur.

Il ne répondit pas et partit en direction de son bureau. J'entrai dans la pièce et je fermai la porte. Je posai mon sac au sol.

- Nous allons faire un somnifère. Faisons étapes par étapes.

Il prépara son chaudron et les ingrédients. Je fis pareil. Une fois nos chaudrons prêts, il commença. Je le suivis des yeux et je reproduisai ses gestes. J'adorais regarder ses mains bouger, la concentration se voyait sur son visage. Il était fascinant dans ces moments de création de potions. Une ride barrait son front dans ces moments-là et ça lui ajoutait un certain charme.

On terminai nos potions. La sienne était naturellement parfaite et la mienne... Moyenne. C'était le seul mot que je trouvai pour la définir, vu que ce n'était que du recopiage. Le cours se termina et je rassemblai mes affaires pour partir manger un truc dans les cuisines.

- Bonne nuit, professeur Snape! Lançai-je avec un sourire.

- Attendez un instant, Miss...

Son ton froid ne présageait rien de bon mais je restai.

- Pourquoi n'avez-vous pas répondu à mes messages? Etaient-ils trop compliqués à comprendre?

Il fit un sourire en coin. Il se moquait de moi! Deux enseignants qui se foutaient de moi, c'était trop. Mais comment réagir? Que dire? Je tentai une réponse.

- Disons que l'écriture n'était pas la plus lisible que j'ai vu de ma vie. Et aussi, je n'étais pas là pendant les vacances. Je ne les ai vu que très tard et je ne pouvais pas me contenter d'écrire un "Très bien professeur" après la dizaine de lettres de votre part. Cela m'était inconcevable.

Il se cala sur son siège et me fixa.

- Où étiez-vous?

Son regard était neutre. Je me demandai si il posait la question par curiosité ou pour autre chose.

- Rendre visite à ma famille, en Suisse. D'ailleurs, je savais que vous voudriez me parler de mon absence de réponses. Alors, pour me faire pardonner, je vous offre une plaque de chocolat. Je suppose que vous aimez bien le noir?

Ses yeux laissèrent passer un petit éclat de gourmandise.

- Bonne supposition, Miss. Quelle marque?

*Marque? Je ne savais pas que les sorciers anglais pouvaient connaître des marques de chocolat. Je ne vais pas la dire, non mais!*

- Du chocolat noir à 70%. Tenez.

Je lui tendis la tablette avec un faible sourire. Voyant qu'il ne bougeait pas de sa chaise, je posai la plaque sur le bureau.

- Si vous l'aimez fondant, mangez maintenant. Si vous préférez croquant, mettez-la au frigo pendant quelques heures. Bonne nuit.

Je m'inclinai et je sortis du bureau. Une plaque en moins à transporter. Je me dirigeai vers les cuisines pour manger un peu de tarte au citron et demander de mettre le chocolat dans un frigo pour la nuit, puis je me rendis dans mon cours d'observation des étoiles.



The power of Truth!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Felix Felicis ou Philtre d'Amour?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Felix Felicis ou Philtre d'Amour?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» PHILTRE D'AMOUR !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
» Felix Felicis 1942 [RPG - Harry Potter]
» Cupidon - Tome 2: Philtre d’amour [Malik & Cauvin]
» Le philtre d'amour
» Herbier magique des fées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forêt-Interdite ::  :: Fanfictions/Fan Arts/créations :: Fanfictions-
Sauter vers: