Forêt-Interdite
Allez-vous relever le défi du sortilège de transformation en animal de la foret interdite ?

En quoi serez-vous transformé ?
En invisible Sombral ?
En sage Centaure ?
En fier Hippogriffe ?
En agile Licorne ?


Venez le découvrir en vous connectant avec nos meutes !

* Merci de vous enregistrer avec un pseudo comportant 2 mots et un espace, et en ajout facultatif une lettre avec un point.




Bienvenue
* Invité *

 
AccueilPortailRechercherFAQMembresMémoire de la forêt (wikiki?)S'enregistrerConnexion
  Venez incarner un sorcier en l'an 1490 !
dans le RP Poudlard au temps de la Forêt-Interdite !
La coupe d'Août est remportée par les HIPPOGRIFFES
Félicitations !
Place aux nouvelles meutes Aquas !

Partagez | 
 

 Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Quel est votre personnage préféré jusqu'au chapitre 20 ? (2 ou 3 votes)
Sirius
28%
 28% [ 5 ]
Khamul
17%
 17% [ 3 ]
Elwin
6%
 6% [ 1 ]
Tom Eriksen
0%
 0% [ 0 ]
Dymphina
0%
 0% [ 0 ]
Teddy
11%
 11% [ 2 ]
Aelys
17%
 17% [ 3 ]
Pr. Dante
0%
 0% [ 0 ]
Victoire
0%
 0% [ 0 ]
Jeyne
0%
 0% [ 0 ]
Pr. Bones
0%
 0% [ 0 ]
Gilles S. Déplumes
6%
 6% [ 1 ]
Elenna
6%
 6% [ 1 ]
Melina
0%
 0% [ 0 ]
Dorian
11%
 11% [ 2 ]
Total des votes : 18
 

AuteurMessage
Sirius Greendal
Manitou suprême
Manitou suprême
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 26021
Messages : 19393

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Erwan D. Sokar
Animal : Chat Siamois : Seth
Augurey : Garuda
Directeur

élève : Zephyr Greendal
Animal : Harfang noir : Falco
1er année

Gallions: 850/226 (prof)

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Ven 12 Fév - 22:22

Serfin a écrit:
(j'ai juste lu les passages pour public averti...)
Voilà une belle honnêteté x) et alors ils étaient biens ces passages ou alors ils étaient eux aussi insipides au possible ? Razz 
Pour tes hypothèses visant le relationnel, il va y avoir quelques pistes dans les prochains chaps c'est en cours Wink  (oui oui je fais aussi vite que je peux ... enfin que l'inspi des mots vient :p) 

Audrey a écrit:
Oui mais khamel est TROP bien pour Aelys!!
Khamel ? je ne sais pas je le connais pas celui-là ! Razz En tout cas c'est toujours marrant de lire ta khamultitude :'3
Audrey a écrit:
je veux qu'elle soit toute seule  


Y'a pas de solidarité entre rousses :O #deception !


Envois mes Hiboux si besoin Invité 
© Sirius 

"Cheers!"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://lolotie.deviantart.com/
Magie M. Diggory
Coeur d'artichaut
Coeur d'artichaut
avatar

Maison : Poufsouffle
Empreintes : 3229
Messages : 3553

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Magie Diggory Animal : Chouette Harfang : Neige
1er année

Gallions: 262

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Dim 14 Fév - 2:15

@Siri !! j'ai cru que tu avais posté le nouveau chapitre !!!

Moi aussi j'aime bien Aelys tu sais @Serf' Very Happy et puisqu'elle n'ira pas avec Dorian, j'espère que ça sera avec Sirius. Very Happy Very Happy je la vois pas trop trop trop avec Khamul ni Teddy :s :s :s mais on va voir très bientôt d'après Siri !!!!! Very Happy


Revenir en haut Aller en bas
http://nuit-de-chasse.forumactif.org/
Sirius Greendal
Manitou suprême
Manitou suprême
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 26021
Messages : 19393

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Erwan D. Sokar
Animal : Chat Siamois : Seth
Augurey : Garuda
Directeur

élève : Zephyr Greendal
Animal : Harfang noir : Falco
1er année

Gallions: 850/226 (prof)

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Dim 14 Fév - 19:30

le chapitre est en cours encore ^^' (je ne sais pas si je vais pas le couper en 2 parce qu'il est assez long d'ailleurs). Mais pour rendre un peu moindre ta déception je peux donner le titre du prochain chapitre parce que je ne l'ai pas encore communiqué ^^ 

Il s'intitulera : "l'ombre de Voldemort"


Envois mes Hiboux si besoin Invité 
© Sirius 

"Cheers!"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://lolotie.deviantart.com/
Sirius Greendal
Manitou suprême
Manitou suprême
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 26021
Messages : 19393

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Erwan D. Sokar
Animal : Chat Siamois : Seth
Augurey : Garuda
Directeur

élève : Zephyr Greendal
Animal : Harfang noir : Falco
1er année

Gallions: 850/226 (prof)

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Dim 22 Mai - 20:31

Et le v'la enfin bien moulé, tout chaud, tout bon (? enfin j'espère pour vous Razz) le chapitre 26 !!
et comme prévu j'insère un pitit résumé des 25 premiers chapitres ^^ 
Enjoy !


Résume des précédents chapitres : 
Seize ans se sont écoulés depuis la chute de Voldemort. Sirius, élève dans la maison de Serpentard, est un membre des Greendal, une ancienne famille dont on dit que les membres sont les héritiers de Merlin lui-même. La 6è année de Sirius commence par une nouvelle inattendue : une étudiante française intègre l'école de Poudlard et peu à peu des corps de sorciers sont retrouvés dans tous le pays. Sur certains se dessine une étrange marque. Peu après, Elwin apprend qu'un des enquêteurs sur l'affaire a été empoisonné. 
Lors d'une retenue de Sirius dans la forêt-interdite, les centaures chassent une ombre mystérieuse et révèlent que des moments sombres sont de nouveau attendus par les présages. Au cours du match de Quidditch opposant Serpentard à Gryffondor, Sirius se retrouve assommé et réceptionné en vol par Aelys. Déçue par l'attitude du Serpentard le lendemain matin, la préfète demande en contre-partie de son sauvetage des informations sur les phrases des centaures, que Sirius est incapable de fournir. S'en suit une discussion animée sur Voldemort au cours de laquelle se joignent Ray et Teddy. Si le premier se montre farouchement défensif de la cause des partisans du mage noir et des familles, le second se montre hermétiquement fermé à d'éventuelles excuses. Teddy fini par avouer que Sirius est bien avec Ray car il devrait sa vie au Seigneur des Ténèbres. Sirius enragé par cette affirmation, se jette sur Teddy.



Chapitre 26 : L'Ombre de Voldemort





Il faisait noir, il était très tôt, mais Sirius venait de se réveiller en sursaut à la suite d'un bruit. Il était en sueur et sortait d'un long cauchemar.
Le vent hurlait et le tonnerre grondait dehors mais, dans le dortoir, les bruits extérieurs étaient calfeutrés. Ce qui l'avait tiré de son sommeil devaient être les ronflements de Khamul, qui durant un moment en avait laissé échappé un bien plus bruyant que d'habitude.
Sirius se passa la main sur son visage, il s'était endormi vite hier soir, trop vite et avait ensuite plongé dans un sommeil léger rempli de mauvais rêves. Certainement le résultat de sa journée tendue et encore chargée en émotions et questionnements.

Il se leva et prit la direction de la salle de bain. Il se chargea de se réveiller via une bonne douche chargée d'eau fraîche. Après avoir fini de s'habiller, il descendit. Sous le lac, dans la salle commune, tout restait silencieux, désert, comme coupé du monde.

Sirius s’assit mollement sur un des fauteuils près de la fenêtre, et passa son temps à observer les vivariums d'animaux que des premières années avait laissé sur une table, avant de probablement partir se coucher. À l’intérieur du premier se trouvait un caméléon qui passait son temps à aller de sa branche à l'herbe, en variant sa couleur. Dans le second, il y avait un serpent aux écailles jaunes et marron qui semblait dormir et enfin dans le dernier, un bocal plus gros, se trouvait un Sharak de petite taille, de couleur kaki qui dardait un regard mauvais vers le jeune garçon en agitant ses épines en tout sens. Le loup s'amusa un long moment à toquer contre les vitres et voir réagir les différentes créatures : le serpent lui siffla son mécontentement d'un air méprisant, dardant sa langue avant de retourner au sommeil, le caméléon le regarda prudemment, en changeant sa couleur et en cessant de bouger, le Sharak cogna agressivement contre la paroi pour tenter de chasser l'importun en remuant l'eau de son habitat.

Un léger mouvement furtif fit détourner l'attention de Sirius vers la cheminée de la pièce. Seth, le gros chat siamois, était en train de s’étirer paresseusement, puis quitta tranquillement son tapis moelleux puis venir se frotter aux jambes du garçon qui l'accueillit avec de grandes caresses. Le chat se hissa d'un bond gracieux sur les jambes de son maître, immense masse chaude de poils soyeux, si grande qu'elle masquait facilement tout le torse du Serpentard, jusqu'aux épaules. Seth frotta sa tête contre le menton du garçon puis s'évertua à se lécher les pattes tandis qu'il profitait des attentions du jeune homme. Ils restèrent ainsi durant un long moment, chat ronronnant et loup perdu dans ses pensées, tandis que quelques élèves commençaient à se réveiller. Quand Sirius estima que l'aube était maintenant bien passée, il poussa doucement le chat, malgré les protestations de celui-ci et se leva pour partir manger.

Dans le calme du château, le moindre bruit résonnait à ses oreilles. Aussi les pas qu'il faisait, ainsi que ceux de son chat qui le suivait, étaient comme disproportionnés. Sirius remonta des cachots pour atterrir dans le hall d'entrée. Seth fureta à droite, à gauche en reniflant les odeurs alléchantes qui émanaient des cuisines. La porte donnant justement sur cette partie du château s'ouvrit à cet instant en grinçant lourdement. Le Serpentard tourna la tête machinalement; derrière le battant se trouvait Elenna qui s'était arrêtée net. Elle devait sûrement sortir de sa salle commune. Sirius lui adressa un sourire.

- Salut Elenna, dit-il.

La Poufsouffle ne répondit pas et ne fit pas un mouvement, comme figée. Sirius parut surpris mais enchaîna sur un ton amical.

- Tu es bien matinale. Tu viens prendre ton petit déjeuner avec moi ? Il ne doit pas y avoir grand monde à cette heure-ci.

La jeune fille ouvrit grand ses yeux et sembla reprendre conscience. Elle répondit d'un ton net.

- Non ! Je sais qui tu es et ce que tu veux maintenant. Je ne suis pas de ce bord là.

- De quoi parles-tu ? Demanda Sirius de plus en plus perdu par le comportement inattendu de la Poufsouffle.

Elenna serra les poings. Seth choisi cet instant pour pousser un miaulement rauque. La jeune fille le regarda surprise puis lâcha ;

- Lui !

- Seth ? C'est mon chat, répondit Sirius doucement en mettant une main sur la tête du siamois. Il est impressionnant mais pas méchant. Je ne savais pas que tu l'avais déjà vu d'ailleurs, il ne sort pas souvent de la sall...

- Laisse moi tranquille avec ton baratin ! Trancha la brune en reculant lentement et en refermant la porte sur elle, laissant planté là Sirius et son chat.

Sirius se passa la main sur le haut du crane, perplexe.



- Quel Doxy l'a piqué ? demanda le loup à son chat qui miaula de plus belle en guise de réponse. J'espère au moins que cet imbécile de Lupin ne lui a pas monté la tête contre moi ou raconté des sornettes à mon sujet..,

Il continua d'avancer jusqu'aux portes de la grande salle en soupirant sur le comportement imprévisible des filles et en se demandant de plus en plus sérieusement si Teddy n'avait pas dévoilé quelque chose à Elenna. Son comportement était vraiment des plus étranges.

Dans la Grande Salle, il n'y avait que quatre autres élèves, dont deux de septième année de Serdaigle qui révisaient à l'aide de parchemins en tout sens. Il n'y avait encore aucun Serpentard. Après avoir regardé qu'il n'y avait personne qu'il connaissait, Sirius se résigna à aller vers la table des verts et argents, avec Seth en seule compagnie.
Après qu'il eut fini de se servir en œuf au plat, bacon et jus de citrouille, un Serpentard de 7è année arriva à coté de lui et entama la conversation. Alors que le loup finissait ses plats, un nouvel élève arriva au niveau des portes de la grande salle en se dirigeant machinalement vers sa table. Sirius reposa un peu trop brutalement son verre lorsqu'il se rendit compte qu'il s'agissait de Ray. Celui-ci se figea tout en fixant le loup de ses yeux sombres au travers de ses mèches. Puis, tout aussi soudainement, il fit demi tour sans un mot, sans un signe.

Sirius, surpris de cette attitude, fronça les sourcils d'incompréhension. « Décidément, pensa-t-il, qu'est-ce qu'il leur prend à tous, aujourd'hui ? Je n'ai pourtant pas de tentacules sur le visage. » Sirius resta perdu dans ses pensées durant quelques instants, puis repris ses esprits. S'il ne savait pas pour quelles raison la jeune Poufsouffle lui avait adressé ses mots, il commençait sérieusement à se demander si Ray ne l'évitait pas à cause de l'incident de la veille. Sirius eut un rictus ; quoi qu'il en soit, il allait avoir Potions à huit heures. Ray suivait également ce cours.

Peu à peu la salle se rempli pour devenir de plus en plus bruyante. Seth s'éclipsa. Elwin arriva avec Jeyne et Melina. Il fut suivi plus tard par Tom et un Khamul encore à moitié endormi qui baillait ouvertement. Elenna passa sans un regard vers la table des verts, toujours en compagnie du même garçon blond. Le courrier arriva à cet instant : Elwin reçu son habituel journal mais deux hiboux se posèrent à coté de Sirius. Ce dernier détacha les lettres des pattes des volatiles, et regarda avec curiosité les expéditeurs. Le premier contenait une lettre du professeur Slughorn, ce qui l'étonna : aucun autre invité au fameux club de Slugh n'avait reçu de courrier, il ne devait donc nullement s'agir d'une sollicitation. Le second contenait une lettre rédigée rapidement de la part de son oncle, au vu de l'écriture.
Après avoir échangé quelques mots avec ses camarades qui s’apprêtaient à déjeuner, Sirius s'éclipsa officiellement pour aller se préparer pour sa journée ; officieusement pour tenter de trouver Ray afin de comprendre son comportement.

Il enfourna les deux lettres dans sa poche et se dirigea avec hâte vers l'entrée de la salle commune des Serpentard. Malheureusement, il ne trouva pas la personne qu'il y cherchait. Ray avait dû passer aux cuisines chercher son petit déjeuner et repartir aussi sec à un endroit calme et isolé à cette heure matinale : tel le cromlech ou la bibliothèque, comme à son habitude. Sirius fit rapidement son sac pour la journée, s'installa sur son lit et s’empara des deux lettres.
Il ouvrit en premier celle de son directeur de maison et la parcouru rapidement en grinçant des dents. De toutes évidences, Teddy avait écrit son rapport et l'avait fait parvenir à Slughorn. Le vieux professeur lui avait donné plus d'un mois entier de colle pour coups et violence réitérés envers un préfet. Mais il avait également écrit à sa famille et avait convoqué l'élève dans son bureau après la double heure de potion qu'ils auraient ensembles.
Avec un soupir, Sirius décacheta la seconde lettre, comprenant un peu mieux le contenu qu'elle devait avoir. Elle avait été rédigée à la hâte, comme le supposait le loup et ne contenait que peu de mots de la part de son oncle.

Bonjour Sirius.
Je viens de recevoir la lettre du professeur Slughorn. Un tel comportement ne te ressemble pas et il est hors de question que tu continues dans cette voix. Je sais que tu as peu de cours le lundi matin. Contacte moi donc dès que tu le peux, je souhaiterai te dire quelque mots, seul à seul : le reste de la famille est en déplacement à l'étranger et je préfère avoir cette discussion de vive voix avec toi.
Je compte sur toi.

Affectueusement,
Ton oncle.

PS : Je t'ai trouvé un bon hôtel pour ton séjour durant les vacances. Préviens donc ton ami.




Sirius replia la lettre et la rangea dans la poche de sa robe. Par chance, son oncle était seul d'après ce qu'il disait, ce qui le rassurait. Personne d'autre n'avait été au courant dans la famille – du moins pour l'instant. Ce qui signifiait pas de remontrances immédiates ni de reproches sur son manque de tenue. De plus, il allait essayer d'expliquer les raisons de son emportement à son oncle, il en avait de bonnes après tout ; et il savait qu'il serait à même de le comprendre sans le juger de prime abords. Le loup regarda le fond de sa valise. Il aurait eu le temps de prendre contact, mais il était las pour le moment, et de toute façon, il préférait attendre la convocation avec Slughorn avant de contacter qui que ce soit sur la question.

Sirius se leva donc, mit son sac sur l'épaule et prit la direction des cachots avoisinants. Il comptait sur la présence en avance de Ray au premier cours de la semaine. Mais il se trompait. Il y trouva un couloir encore désert et se résigna à attendre seul quelques minutes. Seth repassa devant lui, courant derrière un chat noir qui paraissait minuscule à coté du grand siamois. Enfin des échos de voix résonnèrent au loin dans les cachots, signe que des gens arrivaient. Sirius reconnu sans mal le petit groupe en approche : le timbre aigu et confiant de Jeyne, celui plus hautain d'Elwin et celui plus calme de Melina. Le loup se redressa pour les accueillir avec plaisir. Les autres élèves ne tardèrent pas à suivre, petits groupes de Gryffondor et de Serpentard, arrivant par grappes, juste avant la sonnerie. Sirius traîna les pieds légèrement, cherchant des yeux Ray, qu'il n'avait pas vu arriver. En effet, le garçon arriva au seuil de la porte qu'au moment où le loup s'installait à la table.



Sirius posa son coude nonchalamment sur la table et mis sa tête sur sa main de nouveau perdu dans ses pensées. C'était raté de tenter de voir Ray, et il ne pourrait pas sortir en même temps que lui. Il était évident qu'il l'esquivait. Sirius ne reporta son attention seulement sur les personnes qui l’entouraient que lorsqu'une voix se fit plus insistante :

- Tu es avec nous Sirius ? Demanda Jeyne avec un petit air vexée et les bras croisés.

- Oui, pardon tu disais ? Tenta de se rattraper le loup avec un sourire.

- On dirait que tu es tombé amoureux de Ray mon vieux, rigola Khamul assis en face. Qu'est-ce que tu as à le fixer comme ça depuis qu'on est rentré ?

- J'avais quelque chose d'important à lui demander, dit simplement Sirius. Ce n'est pas grave, je tenterai tout à l'heure. Enfin... si je peux, après la convocation de Slughorn.

- Tu es convoqué par Slugy ? Pourquoi ça ? Demanda Khamul.

- Peut-être parce qu'il a encore frappé quelqu'un ? Répondit Aelys abruptement. Maintenant, si vous le permettez, j'aimerai bien suivre un peu le cours.

- Oh tiens, je l'avais presque oublié celle là, marmonna Khamul d'un ton ronchon en désignant la Gryffondor assise à coté de lui.

- Dommage que ça n'est pas réussi, répliqua la rousse sur le même ton. ça m'aurai sûrement fait des vacances paisibles sans ton odeur, ta présence et ta voix aussi agréable qu'un doxy à ma table.

- Aussi aimable qu'un scrout à pétard. Ronchonna le jeune Miller. Pas étonnant qu'elle n'ait pas d'amis si tu veux mon avis, continua-t-il en chuchotant à l'adresse de Sirius.

Aelys leur adressa un regard noir et Sirius ne sut si elle avait entendu la dernière partie ou non. Il préféra changer de sujet.

- En parlant de vacances, j'ai une bonne nouvelle pour toi Kham !

Comme en coïncidence, le professeur Slughorn agita à cet instant un morceau de parchemin et indiqua clairement aux élèves qui souhaitaient passer les fêtes de fins d'année au château d'inscrire leur noms à la fin du cours. Puis il leur rendit les antidotes préparé aux derniers cours, ainsi que les notations des équipes. Sirius, Jeyne, Khamul et Aelys avaient obtenu un Optimal.

Quand le professeur annonça la préparation du jour, le loup reprit sa conversation précédente à voix basse avec un air de suspense puis annonça ce qu'il avait lu dans la lettre de son oncle. Son ami eut du mal à se retenir de bondir de joie en risquant de projeter sa chaise. Jeyne en revanche, parut bouder à cette nouvelle. Aelys, elle, se montra totalement indifférente. Sans un bruit, toutes deux sortirent leur chaudron, leur manuel avancé de préparation des potions ainsi que leurs ingrédients. Les garçons eux aussi extirpèrent leur matériel, concentrés à discuter avec entrain de leur futur voyage. Ils passèrent les deux heures restantes à projeter sur leurs vacances, plus qu'à pratiquer la potion Occulus, destinée à améliorer la vue de celui qui la confectionne ou soigner du maléfice de la conjonctivite.

Les deux heures passèrent plus rapidement que les garçons ne le remarquèrent. Si bien que la cloche sonna la fin de l'heure avant qu'ils n'aient véritablement terminé. Ils plongèrent une fiole dans leur mixture et apportèrent en vitesse l'échantillon à leur directeur.
En chemin, Sirius se tourna vers l'une des tables annexes à la porte, pour trouver Ray, mais celui-ci était déjà parti sans demander son reste. Slughorn pris l'échantillon du jeune Greendal avec un regard septique : de toute évidence, elle n'était pas à la hauteur de ce qu'attendait le maître des potions. Sirius haussa les épaules et rangea ses affaires lentement, en attendant que tous les élèves partent. Enfin, il se dirigea sans grande motivation vers le professeur pour sa remontrance. Ils discutèrent un long moment, Slughorn prenant un ton condescendant, et Sirius un air lassé qu'il s’efforçait de masquer derrière un visage fautif. Enfin, leur entretient s'acheva.

- Sirius, mon garçon, il faut vous ressaisir ! Filez à présent, mais tâchez de vous tenir à carreau. Et si jamais vous souhaitez me parler, sachez que la porte de mon bureau vous est toujours ouverte.

- Bien, professeur. Merci mais ça ne sera pas nécessaire, je pense.

Il fit un léger mouvement de tête devant l'air peu convaincu du maitre des potions. Ce dernier attrapa le morceau de parchemin des élèves qui restaient pour les vacances, qui ne contenait qu'un seul nom, Targaryen Aelys, et le rangea dans sa poche interne en le roulant. L'inscription n'avait pas échappé au loup qui n'avait pas encore besoin d'une potion d'occulus pour avoir une vue suppérieure à la normale.

Sirius sorti enfin de la salle de cours et ses pas le portèrent chez les Serpentard. Il monta directement dans son dortoir, tira les rideaux et après un instant perdu dans ses pensées, ouvrit sa malle. L'objet qu'il cherchait, de la taille d'une main, se trouvait dans un coin, précieusement rangé dans un étui protecteur en cuir. Sirius le déballa soigneusement et le posa sur son coussin. Face à lui, se trouvait un petit miroir uni qui reflétait son visage aux traits tirés par la fatigue : un miroir à double sens. Le Serpentard prit une inspiration et prononça d'un souffle un nom :

- Xanthin Greendal.

Aussitôt, le miroir s’éclaircit légèrement sur la surface, les composants physiques du garçon s’effacèrent, des traits s'entrecroisèrent, formant des contours colorés pour progressivement amener une nouvelle vision ; un visage plus marqué par l'âge apparut à la place de celui du loup. L'homme ressemblait énormément à Sirius. Son nez était plus fin et court. Mais il avait le même teint halé, la même mâchoire, les cheveux aussi sombres que le garçon, quoique légèrement ondulants et bien plus longs : ils étaient attachés en catogan qui arrivait au dessus des omoplates, une fine partie tressée dépassait sur sa droite. Les yeux de la personne apparue étaient gris argentés, aussi profond que ceux de son neveu et emplis d'une lueur à la fois de malice et d'une douce mélancolie quelque peu masquée.
Il portait une chemise blanche ainsi qu'un ensemble gris trois pièces en soie qui faisait parfaitement ressortir ses yeux et qui lui donnait des éclats brillants, glissant sur lui quand il esquissait un mouvement.

La pièce que le jeune Serpentard voyait était sobre, riche mais lumineuse. Des murs ornés de tapisserie blanche l'encadraient. Sirius devinait la haute fenêtre derrière son voile de fins rideaux verts. Il y avait peu d'aménagements ici : il y avait bien une armoire de marbre blanc aux pourtours en or, il y avait une large cheminée en marbre blanc également, deux photos qui la décoraient sur le promontoire, ainsi que deux petites sculptures en or. Il y avait au centre un large bureau, constitué du même matériau, qui trônait fièrement, couvert de parchemins, d'ouvrages plus ou moins précieux, de plumes et d'encre, d'une bouteille de Whisky pur feu, et pour finir, du dernier numéro de la Gazette du sorcier. Enfin, l'homme en costume était lui-même assis sur un fauteuil modèle cabriolet, blanc et or et tenait un verre rempli du liquide ambré. Celui-ci était en pleine conversation et ne semblait pas avoir remarqué l'appel.
- ... pourtant être sur ses gardes, disait-il.

- Les fées se sont cachés en tout cas, répondit une voix calme et rêveuse qui semblait lointaine. Plus que d'habitude. Elles se regroupent et se terrent ; ce n'est pas bon signe, vu qu'elles présentent tout, surtout les flux magiques.

- Certainement, maître Zephyr, dit aimablement l'homme en gris avec un sourire. Je pense que la communauté le presse sans même avoir le besoin d'analyser ces petites créatures.

- Beaucoup d'être humains auraient à apprendre des fées, répliqua le premier avec entrain.

- En tout cas, actuellement, elles ne nous sont pas d'une grande utilité, trancha un troisième homme d'une voix où perçait légèrement une teinte de narquoiserie. Mais notre conversation va être légèrement reportée, lord Xanthin : le jeune loup est présent.

Le reflet de l'homme en gris, se tourna vers Sirius et le dévisagea avec un sourire en hochant la tête.

- Sirius ! L'accueillit-il avec joie. Je ne t'ai pas entendu te refléter !

- C'est que je viens juste de le faire, mon oncle, répondit le Serpentard en rendant son sourire à l'homme. Je vois que je te dérange en pleine discussion avec maître Zephyr et maître Sherkan.

L'oncle de Sirius fit un geste désuet de la main, intimant la fin de l'entrevue avec les deux hommes : ils auraient le temps plus tard pour cette conversation. Il demanda rapidement les formalités d'usage à son neveu tout en posant son verre sur le bureau, puis passa au sujet de l'entrevue. À la fin du récit de la journée précédente de Sirius, Xanthin porta la main à son menton, posant celui-ci entre son pouce et son index en signe de réflexion.

- Pourquoi as-tu agit en déshonneur ainsi contre ce garçon, jeune Sirius ? Demanda la voix légèrement rêveuse.

- Cet imbécile a explicitement dit que je devais ma vie au Seigneur des Ténèbres, répondit le loup d'une voix furieuse.


- Cette histoire n'a plus lieu de te tenir autant à cœur, dit l'oncle. Je sais que cette situation t'a fait souffrir. Maintenant nous sommes tous passé à autre chose, tu as su y faire face. De toutes évidences, ce garçon cherchait à t'énerver et tu lui as donné raison en le faisant.

- Mais..., commença Sirius.

- Il n'y a pas de contradiction, trancha Xanthin d'un ton plus ferme.

Sirius serra les dents en retenant sa phrase. Les traits de l'oncle s’adoucirent en voyant son expression renfrognée.

- Bon, il me semble que tu as déjà été sanctionné pour cette action. Promets-moi que ne te laisseras plus avoir par ces propos incitants à une réaction violente de ta part. En échange, cette altercation restera entre nous. D'autant que si je ne m'abuse, ce garçon est le fils d'un loup-garou. Il n'est pas le mieux placé pour te dire quoi que ce soit sur ce point.

Sirius parut de prime abord surpris, puis un sourire entendu se dessina sur son visage. Sourire auquel répondit son oncle par l'identique. Puis ce dernier jetta un œil à sa montre et aux papiers devant lui avant de se redresser face à son neveu. Il joua nerveusement de ses doigts un moment, comme s'ils l'aidaient à trouver la manière d'aborder les questionnements qui fourmillaient dans sa tête.

- As-tu lu la Gazette du Sorcier ce matin, Sirius ? Demanda-t-il.

- Non, répondit le loup, surpris par cette question soudaine.

- Tu n'étais pas en compagnie d'Elwin Roger ? N'a-t-il pas reçu le journal ?

Le loup se remémora sa matinée au moment de la distribution. Il était arrivé trop tôt et en avait profité pour s'éclipser à la recherche de Ray.

- Non, mon oncle, je n'étais pas avec lui: je suis parti à la recherche de Weiss ce matin pendant la livraison. Pourquoi cette question ?

Xanthin hésita un instant puis se lança.

- Je ne t'ai pas simplement demandé de te refléter pour te sermonner.

Sirius haussa les sourcils surpris mais attendit patiemment la suite. L'oncle soupira, puis inspira longuement et lâcha tous ses mots d'une traite :

- Perceval est mort. Hier soir. Assassiné.

Durant une fraction de seconde, Sirius entendit la nouvelle. Puis, durant une autre, il intégra son sens, légèrement choqué. Il ne connaissait pas particulièrement bien l'homme, qui était venu plusieurs fois au manoir et qui était un ancien collègue du ministère et camarade de son oncle.

- Perceval ? Le sorcier du département des mystères ?


- Oui, répondit gravement Xanthin. Son corps a été retrouvé dans la nuit. Il n'y avait aucune trace, aucune marque,certainement aucune gène au geste de l'assassin : l'orage grondait hier soir...

- Pourquoi a-t-il été tué ? Le sait-on ? Questionna Sirius en fronçant les sourcils.

- Tout ce que le bureau des aurors soupçonne c'est qu'il aurait une information importante ou gênante. Qu'il était devenu une menace à réduire au silence. Il travaillait sur un projet tenu secret, tu le sais. Il était venu au manoir examiner quelques-unes de nos reliques dans ce but...

Sirius hocha gravement la tête, se remémorant le passage de l'homme chez eux, extrêmement intéressé par leurs reliques et leurs ancêtres et notant moult détails dans son carnet. Il entendit distraitement un miaulement près de lui, mais n'y prêta pas attention, trop focalisé sur sa discussion.
- Cela aurait-il un lien avec les meurtres de ces derniers mois ? Demanda le jeune homme.

- Possible, mais rien ne permet de l'affirmer. Il n'a à première vue, aucun lien probant avec les deux Aurors, ni les deux enquêteurs retrouvé assassinés. Non, à mon avis, il devait savoir quelque chose ou avoir vu une information. À moins qu'il n'y ait aucun rapport. Il s'agit peut-être simplement de vengeance personnelle, il était après tout du coté de la commission d'enregistrement des nés-moldus lors de l'ascension ministérielle du Seigneur des Ténèbres. Quelqu'un aurait profité du mouvement actuel... Quoiqu'il en soit, la famille et moi allons nous rendre à l'enterrement mercredi.

- Entendu, répondit Sirius. Transmet mes condoléances à la famille de ma part.

L'oncle hocha la tête.

- Je suis convoqué au bureau de la justice magique demain après-midi, révéla-t-il.

- Convoqué ? Pour quelle raison ? Interrogea Sirius.

- Rien de grave, je suppose. Je fais parti des dernières personne à avoir vu Perceval en vie. J'imagine que les agents de la brigade de police magique veulent m'interroger... Ils voudront certainement fouiller le manoir.

Sirius acquiessa l'esprit ailleurs. Il venait de se rappeler la raison de sa défection matinale de la table des siens, raison pour laquelle il avait manqué le journal et l'information sur Perceval.

- Au fait Xanthin, questionna enfin Sirius, connais-tu les Weiss ?


- Les Weiss ? Répéta l'oncle. Non... Non, ce nom ne me dit rien. Pourquoi cette question ?

- Oh, non pour rien, dit précipitamment le Serpentard.

L'oncle ne parut pas satisfait. Il fixa son neveu du regard un instant, le scrutant. Le jeune homme hésita, puis lâcha en fixant le promontoire de la cheminée :

- Je me demandais s'ils n'étaient pas lié au Seigneur des Ténèbres, d'une quelconque façon...

Son oncle lui adressa un regard indéfinissable, que Sirius perçu comme étant teinté de reproches et de peine. Ce dernier fit une grimace en se rendant compte que sa personne prenait trop à cœur cette question. Mais les mots de Lupin le martelaient intérieurement, échos d'autres plus anciens.
Il semblait peu probable que les Weiss, dont le nom ne lui disait rien, aient un rapport avec Voldemort quand il y réfléchissait ; quand bien même, la famille n'avait peut-être pas eu le choix de résister.

Le loup baissa le regard, s'apercevant qu'il ravivait des souvenirs chez Xanthin, comme chez lui. Il murmura un faible « désolé, oublie ma question » que l'homme chassa de sa main. L'oncle détourna les yeux puis s'affaira a ranger quelques parchemins et regarda sa montre, l'air un peu soucieux.

- Bien, il est temps pour moi de te laisser, dit-il. Fais attention à toi et surtout, rappelle toi : pas d'acte irraisonnés.

L'oncle but une gorgé de Whisky pur feu et fini avec un clin d'oeil :

- Enfin, sauf s'ils ne sont pas préjudiciables.

- Entendu, déclara Sirius avec un sourire de loup. Porte toi bien Xanthin.

L'homme au yeux argentés passa sa main comme pour effacer un texte invisible, puis l'instant d'après le miroir devant Sirius s’éclaircit et se mit progressivement à lui montrer son propre reflet. La communication était terminée.


Le jour commençait à décliner derrière les montagnes quand Sirius posa enfin sa plume. Il venait de terminer son devoir de métamorphose sur
l’étude des divergences des membres porteurs des équidés et des êtres humains et les meilleurs façons de les transformer. Il replia son parchemin avec un demi soupir masqué en prenant une pose supérieure. Il était plutôt satisfait de lui et contait en tirer de bons points.
Il reposa ses livres dans les étagères de la bibliothèque et rangea son sac qu'il mit ensuite sur son épaule pour retourner dans sa salle commune. Il descendit rapidement les escaliers menant au hall, esquivant les élèves qui montaient dans l'autre sens ; sortant de cours ou rentrant dans leur propre maison. Ce ne fut qu'au moment il entama la descente du grand escalier de marbre qu'il aperçut Ray rentrant seul du parc de Poudlard. Sirius accéléra le pas, afin de se retrouver à sa hauteur au moment où il franchissait l'enclave menant aux sous sols. Le garçon ne l'avait pas remarqué.

- Attends, Ray ! Apostropha Sirius dans son dos.

Le jeune Weiss sursauta et tourna sa tête en direction du Greendal. Ses yeux allèrent furtivement en direction de l'escalier, puis revinrent sur son camarade. Il ne lui servirait plus à rien de tenter de s'esquiver : seuls les cachots s'étendaient devant eux, pourvu de ci de là de quelques salles de classe ; le loup saurait le retrouver par l'ouie ou l'odorat développé qu'il avait. Si ce n'était sa vue.
Le visage de Ray se ferma, montrant en signe distinct son agacement d'avoir été ainsi rattrapé par le jeune Greendal. Celui-ci n'en tient pas rigueur mais nota que l'impression qu'il avait eue que Ray l'évitait depuis la veille devait être fondée. Sirius esquissa un sourire prédateur et continua sa marche avec le Serpentard à ses cotés. Il prit le temps de ménager un peu son sujet en se délectant de la situation ; parlant du devoir du cours de potion de manière détachée ; bien que Ray avait une démarche assez raide qui laissait clairement comprendre qu'il attendait le vif du sujet et qu'il aurait volontiers transplanté ailleurs.

- Alors, tu as eu des conséquences de l'incident avec Lupin ?

Sirius avait cherché une entrée en matière, mais sans plus de succès et ne souhaitant pas y passer la soirée, il avait opté pour une interrogation directe. Quoiqu'il était encore passé par des étapes plus doucereuses en rapport à la question directe qu'il avait posé à son oncle et qui était son objectif. Les lèvres de Ray s'étirèrent en un mince filet pâle.

- Je ne pense pas en avoir. Je n'ai aucunement enfreint le règlement de l'école en exprimant mes points de vues. Même s'ils en plaisent pas à ces préfets ou à la direction.

Sirius resta silencieux un instant, les pensés se bousculant dans sa tête. Finalement, à sa surprise, ce fut Ray qui le rompit en hésitant légèrement :

- Et toi ? J'ai entendu que tu étais retenu par le Professeur Slughorn.

- Effectivement, répondit Sirius. Il semblerait bien que cet idiot de Lupin ait fait parvenir son rapport. Slughorn à envoyé un hibou à ma famille pour mon comportement et je suis collé pour le mois.

Il y eut un nouveau silence. Les pas des deux Serpentard se répercutaient en échos sur les murs alentours et leurs ombres dessinaient des contours lugubres rendus diffus et disproportionnés par la lumière des torches. Le loup coupa le mutisme qui s'installait.

- Je n'aurai pas dû m'emporter pour les paroles mesquines que Lupin a prononcé.

Ray tiqua et Sirius le remarqua ce qui le poussa à continuer un peu plus.

- Mais après qu'il ait sorti qu'on allait bien de paire et que je devais la vie au Seigneur des Ténèbres, j'ai perdu quelque peu la raison.

Sirius fit une pause, pour faire son effet sur la partie qui l’intéressait le plus. Il passa une main dans ses cheveux, les remontant en arrière et poursuivit :

- Nous ne partageons pas forcément le même point de vue toi et moi. Comment pourrait-il le savoir ? Se fie-t-il simplement aux rumeurs sur les Serpentard ?

Sirius s'arrêta, imité par Ray qui dégluti avec difficulté. Le loup dévisageait fixement le brun. Ses yeux étaient des miroir des torches; ils passaient par les lumières de la flamme, jaune brillant, jaune pale en passant par plus foncé donnant une impression de puissance ou d'hypnotisation. Ray retient un frisson.

- Non, je pense qu'il y a autre chose, conclu Sirius. Quelque chose que lui sait. Que tu sais possiblement. Une chose sur laquelle il a insisté avec ses mots « toi aussi » lorsqu'il a déclaré que je devait ma vie au Seigneur des Ténèbres.

La mâchoire de Ray semblait trembler légèrement, accentuée par le mouvement du feu qui faisait danser sa lumière.

- Si je ne m'abuses, enchaîna Sirius, tu as donc logiquement toi-aussi un lien avec le Seigneur des Ténèbres. Certainement bien ancré, ce qui expliquerait également ton point de vue sur les enfants de ces partisans. Je me trompe ?

Ray secoua négativement la tête avec une lueur de mélancolie dans le regard.

- C'est bien ce que je pensais... marmonna Sirius.


- J'imagine que tu veux savoir, que c'est pour ça que tu es là ? Demanda Ray d'une voix blanche.

Sirius visage fermé confirma d'un bref mouvement de tête.

- Je connais ta situation, commença Ray. Comme je doute que tu ne t'en tiennes à rien de plus, je vais donc te confier la mienne. De toutes façons, tu pourrais facilement la savoir avec l'influence des Greendal... Tout ce que te demande, c'est de ne pas me juger – nous juger. Surtout, de ne pas ébruiter ce que je vais te confier. Je préfère que ça reste méconnu. J'ai mes raisons et je pense que tu seras à même de les comprendre.


Sirius fut intrigué, mais accepta de nouveau d'un hochement de tête. Ray inspira longuement en jettant un regard de chaque coté du couloir sombre des cachots et se lança :

- La majorité de nos camarades appartiennent à des familles qui n'ont que peu ou pas craint l'ascenssion du Lord au pouvoir. Elles n'ont pas non plus craint sa chute ; elles n'ont véritablement rien à se faire reprocher de plus que ceux qui ne sont pas entrée dans la résistance ou qui ont cherché à se faire au nouveau gouvernement imposé. Certaines, c'était par choix ou intêret, d'autres par survie. Ce qui est un fait, c'est qu'on nous moule dans l'appartenance à être totalement purs...

Sirius fit une moue dubitative, retenant à grand mal son impatience. Ray lança un nouveau regard à droite et à gauche et continua à voix plus basse :

- Que ça ait été purs par le sang et les origines avec le Lord, ou que ça soit purs dans le sens où nous devons, ainsi que nos familles, être exempt de toute faute commise durant la guerre et qu'on nous forge à détester les personnes qui ont commis la moindre erreur, sans chercher à comprendre leurs raisons. Certains en ont pourtant de bonnes. Mais ils sont jugés sans l'ombre d'un procès, ou déjà très défavorisé s'ils ont la chance d'en avoir un.

- Bon, et alors ? Demanda Sirius un brin irrité et avec une impatience croissante.

- Alors, je fais parti des gens qui n'entrent pas dans ce nouveau moule. Ma famille compte des personnes qui ont commis des actes répréhensibles durant la guerre. Mon père a aidé le Lord, il a été un de ses fidèles serviteurs.

Sirius prit un air intrigué et légèrement suspicieux.

- Mon père est un mangemort. Révéla le brun.

Il s'empressa d'ajouter devant l'air médusé et semi incrédule de Sirius qui fronçait les sourcils.

- Il s'appelle Anthonin. Plus connus dans le monde sorcier sous le nom de...

- Dolohov ? Coupa Sirius brusquement.

Ray garda un instant le silence le visage renfrogné. Il avait l'air soucieux et vérifiait constemment que personne n'arrivait dans le couloir sombre. On n'entendait plus dans l'air que la respiration des garçons.

- Ton père est Anthonin Dolohov ? Le Mangemort ? Redemanda Sirius en insistant.

- Lui-même... répondit Ray dans un souffle. Tu comprendras que je n'ai pas adopté son nom de famille. J'ai hérité de celui de ma mère. Je ne suis arrivé que dans l'ombre de Voldemort, après tout.

Il y eut de nouveau un silence durant lequel Sirius tentait d'assimiler ce qu'il venait d'apprendre. Il était à la fois estomaqué, furieux, compréhensif, mais une part de lui ne se senti pas surprise dû à ces soupçons de la veille.
Sirius pinça ses lèvres, mais ne dit rien.

- Il a subit un sortilège qui lui a altéré la mémoire, continua Ray avec un ton à demi pressant. Quand... lorsqu'il a retrouvé le Survivant. Il n'est plus celui qu'il a pu être. Je ne dis pas de lui pardonner ses anciennes actions, mais de ne pas le juger maintenant. Il n'a pas eu le choix de participer à la bataille de Poudlard non plus. C'était sa vie contre celles des résistants...

- Comment ça, il a perdu la mémoire ? Releva Sirius dubitatif.

- Harry Potter et ses amis lui ont lancé un sort d'oubliettes, expliqua Ray. Cela a eut lieu quand le Ministère est tombé, lorsque que le Tabou a été mis en place. Mais le Lord avait de grands pouvoirs, il a réussi à détourner le sort pour savoir la vérité à propos du Survivant. Comme tu dois le savoir, ce genre de contre-sort a des effets limités ou désastreux. Mon père en a gardé des séquelles. Il a oublié certaines des actions qu'il a pu commettre sous les directives du Lord, certains passages de sa vie. Il a subit entre-autre des moyens de pression pour participer à la bataille. Liés à ma mère qui était enceinte de moi notamment, ou au sortilèges de l'imperium.

Une nerf de Sirius palpita à ce moment précis. Il serra les dents et laissa son camarade continuer dans son espèce de plaidoirie.

- Je n'ai pas été élevé dans l'optique de l’élévation des sangs purs, je n'en suis moi-même pas un. Mon père a eut sa condamnation à Azkaban. Son procès a été très vite réglé, comme pour beaucoup, cependant il a obtenu une petite remise de peine dû à tout ceci. Je n'ai que peu eu l'occasion de le rencontrer. Nous n'avons plus rien à voir le Seigneur des...

Ray s'interrompit et tourna la tête à l'instant précis où Sirius faisait de même. Dans l'écho du couloir, se discernaient des bruits indiquant que des personnes approchaient. On entendait des rires et des bruits de pas pressés qui dévalaient les escaliers. Quelques secondes plus tard, trois élèves apparurent au détour du couloir. En tête se trouvait Elwin dont les pommettes paraissait rosies aux yeux du loup, et il était suivit par un Khamul et un Tom hilares. La troupe s'arrêta de stupeur de trouver Sirius et Ray ensembles, visiblement coupés dans une grande discution.

- Ray, Sirius ! Qu'est-ce que vous faîtes ici ? Demanda Tom. On pourrait croire que vous montez un complot.

Sous ses airs légers se cachait une véritable question muette envers son ami Ray. Ce dernier lui adressa un faible signe de tête évasif. Sirius afficha un sourire qui masquait son choc des révélations. Khamul, toujours euphorique, s'empressa de révéler la raison de leur hilarité, au grand dam d'Elwin.

- Vous ne devinerez jamais ce à quoi on vient d'assister ! Elwin vient de demander à Melina de l'accompagner à la fête de Noël de Slugy ! Il était tout rouge, le pauvre ! S'exclaffa le Miller. Regardez ces joues !

Elwin lui jeta un regard noir, qui ne démonta pas le châtain le moins du monde. Le sourire du loup fut réel ce coup-ci face à la réaction un peu puérille de ses amis et en imaginant la scène. Le blond soupira et continua sa route vers la salle commune, suivit par les quatre garçons. Arrivé non loin du mur pivotant, le préfet se tourna vers le loup et lui demanda :

- Au fait, Sirius, qui comptes-tu inviter, toi, à la fête ?
Ad gloriam aeternam, ajouta le blond vers le mur qui coulissa.

- Je pensais inviter Jeyne, répondit le loup en passant par l'ouverture.

Le préfet hocha la tête :

- Je te souhaite bonne chance si ces deux là sont dans les parages !



To be continued ! Prochain chapitre : Egalité de mauvais goût.


Envois mes Hiboux si besoin Invité 
© Sirius 

"Cheers!"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://lolotie.deviantart.com/
Audrey Lovegood
Poiscaille frais
Poiscaille frais
avatar

Maison : Gryffondor
Empreintes : 11072
Messages : 11988

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Audrey Lovegood
Animal : Harfang noir : Alfy 1ère année

Gallions: 180

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Mar 24 Mai - 4:44

ENFINNN Very Happy

J'ai lu le dernier chapitre pour me remettre dedans, mais merci du résumé il y à des choses que je n'avais pas compris depuis le début de a fic XD

est-ce que le chat de sirius serait un animagus comme pettigrow ? :O

"- On dirait que tu es tombé amoureux de Ray mon vieux," 
^
Laughing Laughing cette phrase m'a bien fait rire


J'aime bien la révélation de Ray !!!



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Magie M. Diggory
Coeur d'artichaut
Coeur d'artichaut
avatar

Maison : Poufsouffle
Empreintes : 3229
Messages : 3553

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Magie Diggory Animal : Chouette Harfang : Neige
1er année

Gallions: 262

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Ven 27 Mai - 18:59

Oui enfin Very Happy ça fait plaisir de revoir un chapitre!!! Il est drôle et on apprend des choses sur Ray. Mais je veux la suiiiiiiiiiteeee Very Happy Je me disais la même chose qu'au dessus pour Seth c'est un Greendal transformé? Zephyr me rappelle celui du RP. C'est le même?? Et c'est quoi le problème de Sirius?? La suite Exclamation Exclamation Exclamation Very Happy


Revenir en haut Aller en bas
http://nuit-de-chasse.forumactif.org/
Sirius Greendal
Manitou suprême
Manitou suprême
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 26021
Messages : 19393

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Erwan D. Sokar
Animal : Chat Siamois : Seth
Augurey : Garuda
Directeur

élève : Zephyr Greendal
Animal : Harfang noir : Falco
1er année

Gallions: 850/226 (prof)

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Sam 28 Mai - 3:23

Merci pour vos commentaires Smile ça fait toujours plaisir et ça pousse à écrire jvous jure :3
Audrey a écrit:
il y à des choses que je n'avais pas compris depuis le début de a fic XD
Ah bon comme quoi par exemple ? :O
La phrase est digne de Kham en même temps ça lui va bien :')

Magie a écrit:
Zephyr me rappelle celui du RP. C'est le même??
Haha oui le même !
La suite arrive mais ça n'apportera pas de suite une réponse à tes questions là :') il faudra encore quelques chapitres (~4 prévus dans le patron) pour quitter la 1ere partie de la fic ^^ (oui ça va encore être très long )

C'est fou le nombre de personne qui me pose la question pour Seth x)


Envois mes Hiboux si besoin Invité 
© Sirius 

"Cheers!"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://lolotie.deviantart.com/
Audrey Lovegood
Poiscaille frais
Poiscaille frais
avatar

Maison : Gryffondor
Empreintes : 11072
Messages : 11988

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Audrey Lovegood
Animal : Harfang noir : Alfy 1ère année

Gallions: 180

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Sam 28 Mai - 3:57

Citation :
une étudiante française intègre l'école de Poudlard et peu à peu des corps de sorciers sont retrouvés dans tous le pays.

Bah comme ça, j'avais pas fait le "lien" que c'était arriver en même temps x)



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
glynnis griffiths
Animal Dominant
Animal Dominant
avatar

Maison : Gryffondor
Empreintes : 10146
Messages : 6723

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Rowane Griffiths
Animal :
Chouette Noire : Janaïa
1er année

Gallions: 803

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Lun 18 Juil - 0:17

Bravo
La suite la suite ma suite


CLIC:
 

Revenir en haut Aller en bas
Sirius Greendal
Manitou suprême
Manitou suprême
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 26021
Messages : 19393

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Erwan D. Sokar
Animal : Chat Siamois : Seth
Augurey : Garuda
Directeur

élève : Zephyr Greendal
Animal : Harfang noir : Falco
1er année

Gallions: 850/226 (prof)

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Dim 23 Oct - 2:41

Elle fut longue je sais, mais voici la suite enfin Smile (hourra !)

Elle est elle aussi plutôt longue, et pas de soucis le prochain chapitre l'est tout autant Razz (on se rapproche de plus en plus de la fin de la première partie !) Des révélations ont été faites, et d'autres sont encore à venir d'ici là, pas de soucis... Mais peut-être pas dans ce chapitre là encore, m'en veuillez pas :p excepté pour ceux et celles qui arrivent à déceler les indices de plus en plus gros Wink

En attendant, pour vous remettre dans le bain voici le résumé des chapitres précédant, hésitez pas à laisser vos impressions ou des commentaires, ça aide vachement à me motiver !  

Attention petites âmes sensibles s'abstenir !

Résume des précédents chapitres : 
Seize ans se sont écoulés depuis la chute de Voldemort. Sirius, élève dans la maison de Serpentard, est un membre des Greendal, une ancienne famille dont on dit que les membres sont les héritiers de Merlin lui-même. La 6è année de Sirius commence et des corps de sorciers sont retrouvés dans tous le pays. Sur certains se dessine une étrange marque. Peu après, Elwin apprend qu'un des enquêteurs sur l'affaire a été empoisonné. 
Pour la faire taire, alors qu'elle le reprenait sur son attitude, Sirius embrasse la préfète des lions, qui hors d'elle suite à cet acte, lui jette un maléfice d'étranglement. Elle échoppe d'un mois entier de retenues.

Bien plus tard, après le match de Quidditch, Sirius retrouve Aelys qui se révèle déçue de son attitude. S'en suit une discussion animée sur Voldemort au cours de laquelle se joignent Ray et Teddy. Si le premier se montre farouchement défensif de la cause des partisans du mage noir et des familles, le second se montre hermétiquement fermé à d'éventuelles excuses. Teddy fini par avouer que Sirius est bien avec Ray car il devrait sa vie au Seigneur des Ténèbres. Sirius enragé par cette affirmation, se jette sur Teddy.

Après avoir reçu le sermon de son directeur et de son oncle Xanthin sur son attitude déplacée, Sirius se retrouve collé pour le mois. Xanthin lui apprend qu'un des sorciers venus au manoir Greendal a été retrouvé assassiné et qu'il doit répondre à une enquête. Dans le même moment, Elenna, évite ostensiblement tout contact avec Sirius avec pour seule raison qu'elle sait maintenant qui il est.
 
En retrouvant Ray le soir même, Sirius parvient à lui arracher une information secrète : Ray est le fils d'Anthonin Dolohov, l'ancien Mangemort. Cette information choque Sirius, qui ne peut approfondir d'avantage car ses camarades de Serpentard les rejoingnent en se moquant d'Elwin rouge d'avoir invité Melina. Sirius dévoile qu'il compte inviter Jeyne.





Chapitre 27 : Une égalité de mauvais goût.






Le soir étendit son manteau sombre sur le château. La grande Salle où se déroulait le repas du soir était de nouveau bondée de bruit, si bien que Sirius devait parfois porter instinctivement une main sur une oreille ou sur l'autre. Puis, vint l'heure de partir pour la retenue : le loup s'éclipsa de la table des verts pour se diriger vers le bureau du professeur Bones. Slughorn lui avait aimablement demandé de prendre son élève indiscipliné.
Sirius monta donc les trois étages pour se rendre devant le bureau de son professeur de défense contre les forces du mal. Aelys était déjà là, les bras croisés et l'air renfermée. Elle tourna légèrement sa tête à l'opposé quand elle le vit. Avec une grimace de mécontentement et un soupir, Sirius s'appuya contre le mur, en espérant que le professeur ne tarderait pas. Comme pour répondre à son souhait, le professeur Bones arriva quelques minutes plus tard et rapidement leur demanda de la suivre. Elle les conduisit dans les escaliers, les menant en dessous de la salle bondée et bruyante où s'était tenu le dîner.

- C'est ici que vous ferez votre retenue, jeune gens, dit-elle en se posant face à eux. Vous ferez la vaisselle de vos maisons respectives. Bien évidemment, à la méthode moldue.

Sirius leva les yeux au ciel à la dernière précision : il était évident qu'un sort de nettoyage était trop simple pour une punition.

- Tout doit être impeccable avant que vous ne partiez, précisa Bones. Je compte sur vous pour rester également des sorciers civilisés. Les elfes garderont un œil sur vous et votre travail. L'un d'eux est chargé de venir me retrouver dans mon bureau en cas de soucis. Bien ; Miss Targaryen, vous connaissez la procédure ; Monsieur Greendal, je vous prierez de me confier votre baguette magique.

Aelys tendit sa baguette au professeur en restant impassible. Sirius n'aimait pas trop l'idée de se séparer de sa baguette de laurier, mais il s’exécuta en esquissant une moue contrariée : sans elle il se sentait désarmée. La rousse se tourna résolument vers le tableau de la coupe de fruits et chatouilla la poire afin de faire apparaître l'entrée pour les cuisines. Elle passa la porte sans un mot et Sirius lui emboita le pas maussadement.
La pièce était sombre, éclairée par de petites bougies flotantes ainsi que par un feu de cheminée qui ronronnait dans l'âtre. Une dizaine d'elfe de maison, habillés avec une toge blanche plus ou moins crasseuse, les regardait avec curiosité en s'affairant à leur tache. Tout au bout de la cuisine se tenaient de grands éviers où avait été disposée une pile de couverts sales ainsi que des torchons propres. Un des elfes se dirigea vers eux et s'inclina.

- Bienvenue, monsieur et miss, dit-il de sa petite voix couinante. Nous vous avons laissé la vaisselle des élèves de Gryffondor, à gauche, et de Serpentard, à droite, comme convenu. Je vous laisse vous y rendre messieurs les sorciers.

Aelys se dirigea directement vers le lieu de son travail et s’empara d'un torchon, d'une éponge et s'affaira à la tache, tournant le dos au Serpentard. Celui-ci l'imita et commença son travail avec un goût amer dans la bouche. Les elfes avaient repris leurs travaux, vaquant de tous les cotés, apparaissant et disparaissant rapidement. Aussi Sirius laissa libre court à ses bougonnements entre les coups de chiffons pour briser le silence.

- Nous voilà réduit à faire le travail des elfes de maison... Et encore, maintenant ils se font payer pour ça, eux.

Aelys répondit d'un ton cinglant :

- T'en a pas marre de râler tout le temps ?

Sirius se tourna vers elle, qui gardait le dos résolument tourné et donnait des coups de chiffons furieux sur une assiette blanche.

- Tiens, j'ai cru entendre une chatte miauler, déclara Sirius d'un ton amer.


- Le petit toutou en aurait-il peur à devoir grogner ? Répliqua Aelys en posant son assiette un peu brutalement.

- Méfie toi, répondit Sirius sur le même ton, le toutou grogne, mais il peut tout aussi bien mordre.

- Je n'en doute pas... Je suis ici par ta faute, je te rappelle.

La préfète poussa un soupir exaspéré et contrarié en prenant l'éponge et une nouvelle assiette qu'elle mit à tremper.

- Pourquoi n'irais-tu pas mordre McGonagall, pour changer un peu ?

La question fit sortir Sirius de ses pensées, le coupant dans les souvenirs du moment où la préfète lui avait lancé le sort d'étranglement. Un instant, un rictus se dessina sur son visage pour la comparaison de l'animal avec la directrice.

- Non merci, je ne fais pas dans le troisième âge, encore.

- Ah oui, enchaîna Aelys, monsieur préfère les jeunes innocentes, et croit qu'il peut les manipuler à sa guise, ainsi que toutes les filles. Milles pardons,
seigneur !

La rousse avait prononcé les derniers mots avec mépris, en imitant une inclinaison grossière. Sirius fronça les sourcils et son visage redevient fermé. Aelys se tourna enfin vers lui, avec une expression de mépris sur ces traits.

- Dommage que ça ne prend pas avec moi. En plus, il faut que je me paye ta présence même pendant mes heures de retenues, alors que je suis ici à cause de ton acte stupide !

- Personne ne t'a demandé de m'étrangler, rétorqua le loup, vexé.

- Et personne ne t'as demandé non plus de me voler mon premier baiser pour m'humilier ! 


Sirius ouvrit la bouche pour répondre, mais il la referma quand il vit l'expression sur le visage de sa partenaire. Ses yeux verts étaient brillants, ses mains fermées tremblaient. De toutes évidences cette action de la part du loup l'avait marquée et dérangée, plus qu'il ne l'avait pensé. Il haussa les sourcils tandis que la rousse déblatérait tout ce qu'elle avait sur le cœur.

- Tu te crois tellement irrésistible, tu penses qu'il te suffit de claquer des doigts pour qu'une fille couche avec toi ou t'embrasse selon ton bon désir. En plus, elle doit te donner sa bénédiction. Mais non, ça ne marche pas comme ça !

Aelys était en proie à un mélange de sentiments qui tourbillonnaient furieusement en elle. Le résultat était qu'elle tremblait en tentant de reprendre le contrôle d'elle-meme.

- Si ma présence ici te dérange autant, commença Sirius, tu n'as qu'a aller demander à Bones de nous trouver autre chose à faire. Si ton imbécile ami de Lupin n'était pas arrivé hier, je n'en serais pas là non plus. Il était là comme par hasard, bien sur ! Il sort des propos diffamatoires contre nous et c'est moi qui paye les pots cassés. Et toi, miss préfète, tu n'as rien fait pour empêcher tout ça !

Il y eut un instant de blanc ; on entendit seulement un bruit d'assiette que Sirius venait de poser, empilée sur les autres.

- Ted me cherchait, ainsi que Victoire, justifia Aelys. Je n'ai rien fait parce qu'il n'a fait que dire la vérité, tu t'es encore emporté et il n'a pas fait pire que toi. Mais je le regrette pour un point, il est vrai ; c'est que je dois supporter les jérémiades du seigneur Greendal, même maintenant !

- Ne m'appelle pas comme ça ! Grogna Sirius le visage dur.

Aelys eut un rictus avant de continuer en détournant son attention sur la vaisselle.

- C'est vrai que tu ne mérites pas ce titre.

La dernière phrase fut suivit d'un instant de silence, la faisant comme rester en suspense dans la cuisine. Sirius plongea ses mains dans l'eau, la tête baissée, la mâchoire crispée et murmura comme à lui-même :

- Surtout pas si c'est pour entendre que je dois la vie au Seigneur des Ténèbres.

Le Serpentard serra fermement l'éponge dans son poignet, sous l'émotion et la colère. Il haussa le ton sans même s'en rendre compte :

- Pour qui se prend cet enfoiré de Lupin à sortir des choses comme ça ? Demanda-t-il réthoriquement.

- Il souffre, répondit laconiquement Aelys. De ce règne qu'il n'a pas connu.

- Il pense surtout qu'il est le seul à en souffrir !

Le verre dans la main de Sirius vola en éclats. Aelys pinça les lèvres mais garda le silence. Un elfe accouru vers eux alerté par le bruit tandis que le Serpentard enlevait le morceau de verre qui s'était planté dans la paume de sa main.

- Ça va, je n'ai rien, bougonna Sirius à l'encontre de la créature. J'ai juste frotté trop violemment !

- Je vais réparer ça monsieur, mais faites attention à présent, répondit l'elfe d'une voix fluette.

Il claqua des doigts et le verre fut de nouveau intact et rangé sur la pile de vaisselle sale, puis il parti en s'inclinant devant le jeune homme. Une dizaine de minutes s'écoulèrent où aucun des deux étudiants ne parlèrent. Seul le teintement de la vaisselle et de l'eau remuée coupaient le silence qui s'était instauré entre eux. Sirius faisait partir sa mauvaise humeur sur les couverts, tandis qu'Aelys restait perdue dans ses pensées. Enfin, alors qu'elle commençait les fourchettes, elle lâcha :

- Je ne pense pas qu'il croit être le seul à en souffrir. Ted est juste triste et en colère d'avoir été privé de parents. Je le comprends parfaitement.

Sirius eut un rire moqueur.

- Il ne faut pas un prix pour décrypter Lupin et sa jalousie ! Répliqua Sirius avec un rictus. Tu vois même toi, tu arrives à le comprendre !

- Je le comprends parce que je ne me joue pas des autres moi, ni de leurs sentiments. Moi aussi j'aimerai avoir une famille normale, parce que je suis dans la même situation, imbécile de Greendal ! S'énerva Aelys.

Ce ne fut que quelques fractions de secondes plus tard que la préfète se rendit compte de ses propos. Elle porta la main devant sa bouche et ouvrit de grands yeux effarés, comme si elle regrettait ce qu'elle venait de dire. Sirius leva un sourcil interrogateur vers elle.

- Tu veux dire... que tu es orpheline ?

La Gryffondor hésita, puis aquiesca d'un signe de tête en détourna le regard vers les couverts. Fugacement, elle posa sa main sur l'épaule.

- Je ne savais pas, déclara simplement Sirius. Désolé.

- Oh ne le sois pas, Greendal. Je m'en porte très bien, répondit Aelys. C'est parfois juste un peu long le temps chez les moldus, mais ce n'est pas si mal.

Sirius hocha simplement la tête en essuyant une dizaine de fourchettes.

- Tes parents étaient membre de la résistance ? Demanda le loup en faisant allusion au temps de Voldemort.

- Pas vraiment, répondit Aelys avec un sourire forcé.

Le loup eut l'envie de lui demander si, comme Ray, ses parents étaient du coté du mage noir, mais il se dit que c'était un peu trop personnel, que rien ne l'obligeait à répondre ou a dire la vérité. Aussi, voyant que la rousse n'avait pas l'air d'aimer évoquer le sujet du temps noir, il prit le parti de ne rien dire de plus sur ce sujet. A la place une autre question futile s'infiltra dans son esprit et en sorti comme s'il n'y avait eu aucune barrières mentales :

- Tu penses que la phrase des centaures aurait un lien avec ta famille ? Demanda le Serpentard.

La question surpris Aelys, autant que Sirius. Un rire étouffé parvient aux oreilles du loup qui se renfrogna.

- Tu veux faire la conversation, Greendal ? Se moqua-t-elle légèrement. Je ne savais pas que ça t’intéressait.

- C'est toujours mieux qu'entendre les couverts et les pas des elfes ! Bougonna Sirius avec une moue contrariée.

- Pour te répondre, je n'en sais rien, mais je ne le crois pas. Je n'ai pas trouvé d'autre pistes, mais je n'ai pas beaucoup cherché plus avant. Je... J'espérais sincèrement que tu y aurais vu plus clair que moi, à vrai dire.

- D'où ta requête... conclu Sirius.

Aelys hocha la tête en signe affirmatif. Un sourire de loup s'étira sur le visage du Serpentard, ; il venait de se souvenir de quelque chose.

- D'ailleurs, Targaryen, il me semble que moi aussi, j'ai droit à une requête de ta part !

- Pardon ? Demanda vivement l’intéressée avec une nuance d'agressivité.

- Oui, expliqua Sirius, tu m'as sauvé lors du match, puis tu m'as demandé quelque chose en retour. Or, je t'ai également sauvé dans la forêt-interdite face aux corbeaux. Donc, tu me dois une faveur à ton tour.

On aurait dit que la préfère avait avalé du polynectard avarié. Son expression varia entre le dégoût, la fureur et la peur. Au contraire, pour Sirius, on eut dit que Noël avait été annoncé plus tôt. Son sourire s'était encore plus étendu au vu de la réaction qu'il suscitait. La Gyffondor avait oublié ce passage dans la forêt avec ces satanés corbeaux.

- Je... non ! Déclara Aelys d'une voix forte, en esquissant de grands gestes de la main, faisant se tourner les elfes vers eux, l'air inquiets.

- Une parole est une parole, Targaryen, et j'ai tenue la mienne. A moins que les Gryffondor n'aient plus aucun honneur ? Dit Sirius sur un ton goguenard avec une lueur de malice qui pétillait dans les yeux.

- Il n'est pas question que je cède à tes pulsions primaires pour coucher avec toi ou je ne sais quelle autre de tes envies ! Renâcla Aelys, le visage furieux. Non merci !

Sirius éclata de rire. Ce spectacle valait à lui seul la requête qu'il pouvait lui faire. Les cheveux de la rousse étaient dépeignés, elle bougeait frénétiquement la tête dans le déni et son expression était tout aussi jouissive pour le loup. Elle en était à se demander si l'apparition massive et inexplicable des corbeaux n'était pas un coup en douce du loup ou si le mérite n'en revenait pas aux centaures. Toujours secoué de rire, ce dernier mit fin au déchaînement de déni et de fureur de la rousse.

- Non, je ne voudrais pas imposer ta présence à mon corps, commença-t-il. Il risquerait de garder des traces !

La fille n'eut pas l'air d'apprécier d'avantage.

- Je ne force personne à coucher avec moi, Targaryen. Même si tu n'approuves pas, tu ne peux pas me le reprocher. Si tu as peur, il ne fallait pas commencer avec cette histoire de requêtes. De plus, je n'ai encore aucune idée de ce que je vais bien pouvoir te demander... mais contrairement à toi, il me plaît de garder cette demande sous le coude.

- Serpentard ! Ne trouva qu'a dire Aelys en jetant les couteaux dans l'eau chaude.

- Je prends ça pour un compliment, sourit Sirius.

- En revanche, permets moi de rester sceptique sur tes bonnes paroles. Monsieur se donne de grands airs et de grandes résolutions qu'il ne tient même pas !

- Comment ça ? Demanda le loup en fronçant les sourcils.

- Elenna, c'était l'exception peut-être ? Ironisa la rousse.

- La jeune Poufsouffle ? De quoi tu parles ?

- Ne fais pas l'innocent, Greendal, ça te convient très mal. Je parle de la fois où tu as tenté d'aller plus loin que de la simple amitié avec Elenna.

Sirius rigola ouvertement, certain qu'il s'agissait d'une blague de la part de la rousse afin d'éviter une requête trop portée sur le sexe.

- Je lui ai justement fait comprendre que ça n'arriverait pas encore, rit-il, et elle m'a carrément esquivé ce matin ! Je ne vois pas comment je pourrais tenter quoi que ce soit !

- Pourtant, hier ce n'est pas du tout ce qu'on a pu constater ! Déclara la rousse avec une évidence arrogante. C'est plus facile avec Elenna, on dirait ? Appuyé contre le mur sur elle, ta main ne cherchait pas simplement le lien amical si tu vois ce que je veux dire ! Pourtant, elle n'avait pas vraiment l'air en confiance.

- C'est intéressant comme théorie, dommage que je m'en souvienne pas ! J'aurai pu au moins profiter...

Aelys lui jeta un regard noir.

- Louis aurait dû vraiment t'en mettre une alors pour que tu t'en souviennes mieux, Greendal, lâcha la rousse. Dire qu'il s'est retenu !

Sirius haussa un sourcil et se contenta de hausser les épaules.

- Je ne sais même pas qui est ce Louis dont tu parles, Targaryen. De toutes façons, hier je suis resté à l'infirmerie et dans ma salle commune après la matinée mouvementée avec cet idiot de Lupin. Je n'en suis plus ressorti.

Aelys fit une moue dubitative.

- Cesse donc d'inventer des sornettes, soupira Sirius, je te l'ai dit, je ne vais pas t'obliger à coucher avec moi !

La Gryffondor posa un peu brutalement les couteaux qu'elle tenait et se tourna face au Serpentard.

- Je ne crois pas qu'Elenna et Louis aient assistés tous deux à tes « sornettes » simultanément, Greendal, trancha-t-elle. Dans tous les cas, sache que je me souviens très bien du baiser auquel tu m'as forcée ! Tu pourrais très bien être capable de faire plus.

- Ce n'est pas la même chose ! Se courrouça Sirius. Je persiste : rien ne s'est passé avec Elenna. Et puis, voyons Targaryen, ce n'est jamais qu'un simple baiser ; il y en aura d'autres et tu en as déjà eu certainement.

- Parle pour toi ! Personnellement, si j'avais eu le choix, je ne me voyais pas embrasser un imbécile arrogant comme toi pour mon premier. J'aurai préféré n'importe quel autre élève. Enfin... sauf Miller également.

- Dommage que tu ne saches pas apprécier les bonnes choses ! Lança Sirius.

Aelys émit un sifflement dédaigneux. Il y eut de nouveau un long moment de silence entre les deux étudiants, qui ne fut rompu qu'au moment où la Gryffondor posa son torchon et son éponge.

- J'ai terminé, annonça-t-elle à un des elfes qui passait à coté d'eux.

La créature couina un merci en s'inclinant et fit léviter la vaisselle à la place qui lui convenait, étendue sur la table Gryffondor des cuisines. Sirius finissait de sécher ses fourchettes.

- Si tu fanfaronnais un peu moins, tu aurais sûrement fini aussi ! Nargua la jeune fille.

- Excuse moi, je n'ai juste pas autant l'habitude que toi de faire cette corvée à la moldue, répliqua le loup.

Sur quoi, Aelys tourna les talons et longea une des tables pour se rendre à la sortie de la salle. Une minute plus tard, Sirius donna le dernier coup de chiffon, laissa un elfe se charger de mettre en place la vaisselle propre à la table des verts et fit le même trajet que la préfète plus tôt.
Il se rendit de nouveau au 3è étage afin de récupérer sa baguette magique avec soulagement. Le professeur Bones l'attendait, et lui tendit son bien.

- Demain, indiqua-t-elle, vous irez aider le professeur Londubat a ramener les plantes d'études dans les serres adéquates. Sur ce, je vous souhaite une bonne nuit.

Sirius bougonna un bonne nuit de mauvaise grâce - il n'aimait pas la Botanique, ni particulièrement les plantes - et se rendit sans détour dans la salle commune. Il retrouva son groupe d'amis, en pleine session d'un jeu de carte, ce qui lui redonna de la bonne humeur pour la nuit.



****

Le jour avait décliné et l'équipe de Quidditch des Serpentard venait d'atterrir sous le regard satisfait de leur capitaine. Les joueurs avaient testé une nouvelle stratégie pour les poursuiveurs et Sirius était satisfait de leurs résultats. C'est donc avec entrain que l'équipe se dirigeait vers les vestiaires, euphorique, transpirante et affamée. Le loup referma la grosse malle contenant les précieuses balles de la partie et se releva. Jeyne attendait pour l'aider à rentrer le coffre, une anse déjà dans les mains. Ils avancèrent en portant leur fardeau jusqu'aux vestiaires puis le posèrent lourdement sur le sol. La majorité des joueurs étaient déjà partis, pressé de prendre leur douche et leur repas mais Khamul était encore sur le pas de la porte.

- On se retrouve à table, Sir ! Lança-t-il avant de disparaître aussi sec.

Sirius esquissa un sourire et enleva son survêtement sportif pour remettre sa tenue d'école.

- Cette nouvelle stratégie est vraiment au poil et nous sommes une bonne équipe, dit Jeyne d'un coup, dans le dos du capitaine.

- Oui, nous avons eu une bonne séance mais maintenant je suis lessivé et j'ai juste envie d'une bonne douche chaude, commenta Sirius en se tournant avec un sourire vers la Serpentard.

Jeyne était elle aussi en train de se changer rapidement, elle était dos à Sirius et n'était au moment présent que simplement vêtue d'une brassière et du bas de sa tenue d'écolière. Le loup posa rapidement ses yeux sur le corps et vit dans son esprit des flashs de l'instant torride qu'il y avait eu entre eux quelques semaines plus tôt. Ce qui le frustra et ne lui donna que l'envie de découvrir à nouveau face à lui ce qui se cachait sous le morceau de tissu provocateur. Jeyne esquissa un mouvement pour prendre le reste de sa tenue, mais Sirius s'avança vers elle. Jeyne sursauta en sentant sa présence près d'elle, puis rit de sa propre peur. Le loup lui adressa un sourire gourmand.

- Nous sommes seuls... remarqua Sirius en magnétisant le regard de la jeune fille dans le sien. Et ça tombe bien, j'avais quelque chose à te dire en privé.

Jeyne cilla de surprise : après tout, ils étaient à moitié dévêtus tous les deux et venaient de sortir d'une séance ardue de sport. Elle ne s'attendait pas à cet instant à une telle situation, une telle proximité et son étonnement se lisait sur son visage.

- Voudrais-tu m'accompagner à la fête de Noël de Slughorn ? Demanda Sirius en fixant la jeune fille.

Jeyne paru désorientée un instant, Sirius se mépris sur son expression. Il rajouta :

- Sauf si tu as déjà invité quelqu'un ou que tu es prise ?

La brune eut un sourire qui fendit son visage en deux, l'illuminant de joie. Elle se rapprocha du capitaine.

- Oui ! Heu... Non... répondit-elle précipitamment. Je veux dire... non je n'ai invité personne, expliqua-t-elle. Et j'accepte d'y aller avec toi. Rien ne me ferait plus plaisir.

Sirius lui adressa un large sourire gourmand. Il passa délicatement le dos de ses doigts sur le visage de Jeyne de sa joue à son cou, appréciant la courbe parfaite. La jeune fille frissonna. Le sourire de Sirius s’agrandit encore en constatant ce fait, mais il s'éloigna légèrement.

- La tentation est trop forte, expliqua-t-il avec une expression d'excuse, et je suis trop indécent, pour ne pas dire poisseux avant ma douche.

Jeyne rigola puis enfila le reste des vêtements, imité de son coté par son capitaine.

- C'est vrai qu'une bonne douche ne nous fera pas de mal. J'espère qu'il n'y aura pas trop de monde, je n'ai pas envie d'attendre dans cet état..., soupira Jeyne.

Sirius faillit lui demander de l'accompagner au cinquième étage, à la salle de bain des préfets, mais se retient à temps. Une invitation par soir, c'était déjà suffisant. Il craignait que la jeune fille ne se fasse de trop grandes illusions ensuite, qu'il devrait briser afin de respecter sa promesse. Ils rangèrent leurs affaires et Sirius referma la salle. Jeyne se mit à lui parler de la robe qu'elle avait prévu de porter pour l'occasion de la fête - vantant ses attributs, la beauté du vêtement, son décolleté et la mise en valeur que ça lui ferait. Elle évoqua les accessoires qu'elle mettrait en fonction du costume de Sirius, dont elle lui demanda lequel il comptait mettre, en lui évoquant plusieurs détails sur leur assortiments. Le jeune homme n'avait aucune idée duquel il comptait mettre à cette occasion, et peu lui importait : il en avait assez pour avoir à choisir. Le loup écoutait donc d'un air distrait ces préoccupations, amusé par l'enthousiasme de la jeune fille et légèrement lassé également par ces
fanfreluches.

Quand ils arrivèrent au hall d'entrée du château, Sirius eut affaire à un choix cornelien. Celui de prendre sa douche avec les Serpentard, moyennant une attente drastique de tous les élèves qui souhaitaient se laver séant avant le repas - dont ses camarades qui sortaient aussi d'une séance coriace de Quidditch - et pouvoir ensuite rester directement dans la salle commune. Ou celui de monter jusqu'au cinquième étage pour prendre un bain dans la salle luxueuse des préfets probablement vide, puis devoir ensuite redescendre aux cachots poser ses affaires et se rendre au repas.
Mais quand il vit au loin les teintes des cheveux bleus de Ted, accompagnés de ceux roux de Victoire, et ceux châtains d'un préfet de Poufsouffle qui montaient en prenant leur temps, il décida que finalement, les douches des Serpentard n'étaient pas si mal.


Ce soir là, le repas fut particulièrement euphorique du coté des Serpentard de sixième année. Jeyne avait révélé à Melina que Sirius l'avait invité à la fête et ne tarissait pas sa joie, parlant avec entrain des invités probables, de leur tenues et de ce qui pourrait suivre de cette soirée. Du coté des garçons, la soirée était plus portée sur des railleries enfantines sur l'invitation faite, vite étouffées par le sujet du sport ou des projets de vancances. Enfin, quand les étudiants commencèrent à s'éparpiller pour se rendre dans leur salle communes respectives, Sirius se leva pour gravir les trois étages le menant devant le bureau du professeur Bones en priant Merlin de ne pas avoir de corvée de Botanique avec
Londubat comme c'était le cas les derniers soirs précédents. Ce soir là cependant, elle l'invita aux cuisines pour de nouveau faire la vaisselle, en compagnie d'Aelys. D'abord surpris de se retrouver de nouveau ensemble, le loup pris ensuite une expression renfermée, tout comme sa camarade et c'est en silence que la corvée s’effectua pendant de longs instants. Jusqu'au moment où Sirius se décida à lâcher d'un ton légèrement teinté d'amertume :


- Tu tolères ma présence de nouveau ? Tu as fini de demander à Bones de nous séparer ?

- Je n'ai jamais demandé une telle chose à Bones ! Se défendit immédiatement la rousse. Si nous avons été séparés ce n'est pas de mon ressort, certainement qu'on nous a trouvé une autre utilité ailleurs.

Elle prit une nouvelle assiette et astiqua tandis que Sirius la dévisageait en proie à plusieurs interrogations à son sujet. Sentant le regard du loup sur sa nuque, elle se retourna vers lui d'un air exaspéré.

- J'ai du mal à te cerner, Targaryen, révéla Sirius le plus naturellement du monde.

Aelys fut surprise par l'introduction du Serpentard, puis son expression de stupeur fut remplacée par un petit rire, et un sourire ironique se dessina sur son visage quand elle expliqua :



- C'est vrai que certaine fois tu es lourd, Greendal, très lourd même. Et stupide également...

Le loup fit une grimace hautaine. La lionne n'avait pas fini.

- Mais je n'ai pas demandé à me retrouver seule pour mes retenues. Surtout pas quand je peux te battre à la vaisselle, voyons... C'est un plaisir sans nom !

Sirius d'abord interdit, rit également en esquissant une fausse moue contrariée et trempa une nouvelle assiette dans l'évier.

- Ah vraiment... tu penses pouvoir encore finir avant moi ?

- Totalement ! Répondit-elle. Sinon je n'aurai pas dit ça. Puis comme tu l'avais si bien remarqué, j'ai un minimum d’entraînement à la moldue, moi, et c'est un plaisir de rabaisser le seigneur Greendal !

Le sourire de Sirius se figea un instant et disparut aussi vite qu'il était arrivé, laissant place à un air mélancolique et un regard empli de tristesse. Il baissa le visage vers la pile de vaisselle. Aelys suspendit également son geste et se tourna vers lui.

- C'est vrai, tu n'aimes pas ce terme. Ce n'est pas véritablement ce que je voulais dire...

- Je n'ai peut-être pas eu l'occasion de beaucoup m’exercer à la vaisselle moldue, révéla le loup, mais ce n'est pas pour autant que ma vie en a été des plus simples...

Aelys lui jeta un regard curieux. Sirius lui adressa un sourire triste.

- J'imagine que tu sais déjà que je ne suis pas l'héritier. La question des -an, et tout ce qui suit... Mon frère l'a bien étalé lors de notre dernière sortie à Pré-Au-Lard. Mais c'était pire encore, parce que moi, je n'ai pas été désiré... Enfin, si... mais par le Seigneur des Ténèbres, pas par ma famille.

Sirius poussa un profond soupir tandis qu'aucun autre bruit ne se faisait entendre ; les elfes passaient silencieusement à coté pour rejoindre leur paillasse, la Gryffondor ne bougeait plus. Le silence de la pièce paraissait presque surnaturel. Le loup prit une inspiration et se tourna vers ses couverts qu'il saisit sans douceur.


- Je n'ai d'ailleurs pour cela longtemps été vu que comme l'enfant indésirable ou l'abomination au sein même de ma famille. Ce n'était ni facile, ni agréable à vivre, crois-moi ; je n'ai pas été choyé ni épargné et c'est pour cela que Lupin m’exècre autant ! Lui qui pense être le seul à souffrir alors qu'il a tout son monde célèbre à ses cotés et ses préjugés sur la condition de ma bonne, riche et prestigieuse famille !



Durant qu'il parlait, Sirius serra le point qui tenait les fourchettes, si fort, que ses jointures étaient devenues blanches.

- C'est difficile à imaginer comme tel, dit simplement Aelys qui observait encore le garçon.

- J'ai dû fournir un nombre conséquent d'efforts pour arriver à la situation dans laquelle je suis aujourd'hui, expliqua Sirius. Mais au moins, je dois tout ce que j'ai à moi-même.

Il haussa les épaules, relâcha son emprise et se mit à frotter les pauvres couverts malmenés. Aelys à coté de lui se pinça les lèvres et resta un instant sans bouger. Le Serpentard l'observa à la dérobée tandis qu'il prenait le torchon pour sécher ses victimes. Mais au lieu du silence, des interrogations sur le pourquoi du comment ou des réactions de peur ou de compassion attendue, la rousse le fixa et lui demanda une toute autre chose.

- Pourquoi me révéler tout ça, maintenant ? Questionna la rousse sans détour.

- Je n'en sais rien, répondit Sirius avec un sourire railleur. C'est cette histoire avec Ray, son père et Lupin qui a remué de mauvais souvenirs. Certains ont vraiment du mal avec ce genre de révélations d'ailleurs... mais pas toi, on dirait.

Un instant de silence suivit la remarque du loup. Aelys se borna à détourner le regard et à frotter les couverts de la vaisselle des Gryffondor. Sirius fit de même avec celle des Serpentard pendant une minute puis rajouta :

- Enfin, il me semblait... ou peut-être bien que tu t'en fiches, comme je te l'ai dit plus tôt, j'ai du mal à te cerner, Targaryen.

- Il en est de même avec toi pour moi, Greendal. Pourquoi me faire de telles révélations à moi ? A moins que tu ne veuilles user de ton avantage pour que je garde le silence ?

- Je pense juste que tu n'iras pas partager ce genre de choses, répondit Sirius en haussant les épaules. A quoi bon ? Je ne vais pas gâcher un si précieux avantage pour des choses que les gens peuvent apprendre par eux mêmes... Surtout si Lupin le cri sur tous les toits.

Il essuya une douzaine de fourchettes. Aelys l'imita avec un air songeur.

- Puis... tu m'as bien révélé une information sur toi l'autre soir : sur ta vie chez les moldus, en disant que tu étais orpheline, continua Sirius. Nous sommes à peu près quitte comme ça.

Aelys eut une expression dubitative. Puis, un sourire hautain se dessina sur la bouche de la rousse, difficilement visible avec le faible éclairage, mais le loup parvient sans mal à le distinguer. Au bout de quelques minutes où le sourire affable ne disparaissait toujours pas et la conversation ne reprenant pourtant pas, le Serpentard se décida à en demander la raison.

- C'est assez comique, expliqua-t-elle, ta vision d'équité : je ne trouve absolument pas que nous sommes quittes comme tu dis... vois-tu ce que tu viens de me révéler, je le savais déjà. Mais comme tu ne pouvais pas le savoir, je t'accorde le bénéfice du doute pour cette partie.

- Laisse moi deviner, argua Sirius, tu l'as appris par ce livre sur les familles sorcières dans la bibliothèque ?

- Ainsi ça ne t'as pas échappé, pointa la rousse.

- Difficilement en effet, mais je ne sais pas ce qu'il y a d'écrit là dedans, je ne me suis jamais penché dessus...

- Tu devrais, on y apprends certaines information croustillantes sur de bonnes familles !

Sirius haussa sceptiquement les épaules, tandis qu'Aelys ne se départis pas du sourire. Quelques instants plus tard, elle arbora une expression de totale supériorité en posant son torchon.

- J'ai encore terminé avant toi, révéla-t-elle d'un ton guoguenard.

Sirius releva la tête, pour constater qu'effectivement, la jeune fille avait fini toute la vaisselle empilée devant elle. Il fit la moue, contrarié, jaugeant ce qu'il avait encore dans son évier : il ne lui restait que quelques couverts qui ne lui prendraient pas longtemps avant de finir. Tandis qu'il allait pousser un soupir, il sentit soudainement une sensation désagréable au niveau de sa bouche avec un léger picotement, ainsi qu'un goût âcre, mordicant et saponifié. La rousse retira sa main avec un air moqueur et Sirius toussa et cracha la mousse du liquide vaisselle que la rousse venait de lui administrer d'un plaquage de main vif et aisé. Sans une once de regrets
et contente d'elle, elle annonça fièrement à l'elfe que son travail était achevé. La créature s'inclina et fit léviter les couverts vers la table appropriée. Puis la Gryffondor tourna les talons vers la sortie. Le loup esquissa un geste comme pour prendre sa baguette magique, mais se ravisa en se souvenant qu'il l'avait laissé à sa professeur.

- Pourquoi m'as-tu fait ça ?! Demanda Sirius en se passant
une main pleine d'eau sur la bouche pour essayer de chasser le goût infect. Tu te crois drôle, Targaryen ?

- Absolument pas, répliqua-t-elle, mais maintenant nous sommes vraiment quittes. Je te devais au moins ça pour ton baiser infect !

Sur quoi elle se mit à rire et sorti rapidement de la pièce. Sirius bougonna en attrapant son torchon, mais quand sa comparse fut passée par le tableau de la coupe de fruit, il esquissa un sourire qui ne se départi pas jusqu'à la fin de sa retenue.


To be continued. Prochain chapitre : La morsure !


Envois mes Hiboux si besoin Invité 
© Sirius 

"Cheers!"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://lolotie.deviantart.com/
Tom J. Felton
Créature de 3è cycle
Créature de 3è cycle
avatar

Empreintes : 2476
Messages : 406

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr John White
Directeur


Elève : Tom Felton
1er année

Gallions: 371 / 275 (prof)

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Sam 29 Oct - 19:41

Putain j'adore Aelys ! La comparaison avec McGonagall, excellente. J'aime bien le secret de Ray. Ce n'est pas trop étonnant vu que sa naissance se passe pile quand Voldemort est arrivé pleinement au pouvoir. Je me demande si la rousse n'est pas liée aussi à Voldemort. Je me souviens plus des centaures. Hâte de la suite en tout cas. Continue comme ça.


Sortez le Pop-Corn,
Admirez les Licornes
Revenir en haut Aller en bas
Sirius Greendal
Manitou suprême
Manitou suprême
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 26021
Messages : 19393

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Erwan D. Sokar
Animal : Chat Siamois : Seth
Augurey : Garuda
Directeur

élève : Zephyr Greendal
Animal : Harfang noir : Falco
1er année

Gallions: 850/226 (prof)

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Mer 2 Nov - 0:09

Merci Tom Smile Pour le secret et la naissance de Ray oui c'est lié à l'arrivé de Voldemort au pouvoir et bien établi ^^ Pour les centaures c'est surtout pour certaines phrases : "au revoir, sorciers guidés par la bergère. Puisse le ciel vous être favorable", "Mars brille fort rouge ce soir, réveillant les esprits belliqueux. Et elle est dans la maison du scorpion, elle nous indique les prémices d'une guerre à but destructeur..." "L'ombre a rencontré l'un des deux poulains qu'elle cherche ?" Après y'en a 2-3 autres mais le mieux c'est de revoir le chapitre 16 (ici à la fin de page3)


Envois mes Hiboux si besoin Invité 
© Sirius 

"Cheers!"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://lolotie.deviantart.com/
Audrey Lovegood
Poiscaille frais
Poiscaille frais
avatar

Maison : Gryffondor
Empreintes : 11072
Messages : 11988

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Audrey Lovegood
Animal : Harfang noir : Alfy 1ère année

Gallions: 180

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Jeu 3 Nov - 18:18

Ah enfin j'ai eu le temps de lire le nouveau chapitre ^^ ça fait du bien d'en avoir un autre Razz 

Moi non plus je me souvenais plus du tout des centaures :O et du moment avec les corbeau où sirius sauve aelys ?

et ce bout la je m'en souviens pas non plus : "Mais c'était pire encore, parce que moi, je n'ai pas été désiré... Enfin, si... mais par le Seigneur des Ténèbres, pas par ma famille. "
C'est quoi le lien avec voldemort et sirius ?



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Sirius Greendal
Manitou suprême
Manitou suprême
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 26021
Messages : 19393

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Erwan D. Sokar
Animal : Chat Siamois : Seth
Augurey : Garuda
Directeur

élève : Zephyr Greendal
Animal : Harfang noir : Falco
1er année

Gallions: 850/226 (prof)

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Dim 6 Nov - 1:09

Merci Audrey pour ton commentaire ça motive je vous jure ! (j'avoue que ça a mis le temps pour celui là sorry :'/ mais il gagne en longueur ça rattrape ? )

Je ne voulais pas faire un résumé trop long mais je vois que j'aurai dû en mettre un peu plus sans doute x) c'est que ça fait longtemps !

Pour les corbeaux, oui une nuée magique est apparue et a attaqué les deux étudiants (Sirius et Aelys) qui revenaient de soigner les sombrals. La Gryffy est resté accroupie sans tenter de se défendre et Sirius l'a éloigné de là en la houspillant pour qu'elle prenne sa baguette magique. A la suite de quoi Sir a entendu un rire froid et les pas des centaures. 

Aelys à la phobie de ces créatures : en voyant le tatouage de Dorian elle frissonne, quand l'ainé transforme Jack le Serdaigle en corbeau, puis lui-même en pie, elle se recule vivement d'effroi. Sirius a percé tout ça, même si ça lui était sorti de la tête ^^ du coup il en profite pour demander à son tour une contrepartie.

Pour ta dernière question... Ah le lien entre Sirius et Voldemort, tu me demandes toujours un peu ça XD C'est normal de ne pas s'en souvenir parce que je ne l'ai pas explicitement dit. Et là avec ce chap, j'en ai dit beaucoup. Certains personnages (comme Ted, Xanthin et Sir') et des chapitres (la relation de la pie et du loup) ont gratés sur les origines mais je n'ai jamais rien révélé. 


Citation :
 "tu dois la vie à tu-sais-qui" non justement tu n'es pas censé savoir :p (sauf si tu as un peu deviné comme certaines personnes) après Sir reprend juste les mots de Ted du matin ^^


Citation :
ce bout la je m'en souviens pas non plus : "Mais c'était pire encore, parce que moi, je n'ai pas été désiré... Enfin, si... mais par le Seigneur des Ténèbres, pas par ma famille. "
C'est quoi le lien avec voldemort et sirius ?


Pour le moment, ce qu'il faut savoir c'est que les Greendal (en général) n'ont pas voulu de la naissance ou présence de Sir' mais que c'est Voldemort qui a désiré avoir Sirius  Twisted Evil
Tu en sauras un peu plus bientôt !


Envois mes Hiboux si besoin Invité 
© Sirius 

"Cheers!"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://lolotie.deviantart.com/
Audrey Lovegood
Poiscaille frais
Poiscaille frais
avatar

Maison : Gryffondor
Empreintes : 11072
Messages : 11988

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Audrey Lovegood
Animal : Harfang noir : Alfy 1ère année

Gallions: 180

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Mar 8 Nov - 3:06

ahh d'acc, merci beaucoup pour les réponses et désolé de m'avoir un peu répéter, mais je me souvenais plus si tu en avais parler ou si j'avais oublier, j'ai oublier pas mal beaucoup de l'histoire avec le temps haha x)



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard
» Empreintes de Sirius Greendal
» La mort de Sirius (snif)
» [Troisi, Licia] Chroniques du Monde Emergé (série)
» Clinique de l'exil : chroniques d'une pratique engagée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forêt-Interdite ::  :: Fanfictions/Fan Arts/créations :: Fanfictions-
Sauter vers: