Forêt-Interdite
Allez-vous relever le défi du sortilège de transformation en animal de la foret interdite ?

En quoi serez-vous transformé ?
En invisible Sombral ?
En sage Centaure ?
En fier Hippogriffe ?
En agile Licorne ?


Venez le découvrir en vous connectant avec nos meutes !

* Merci de vous enregistrer avec un pseudo comportant 2 mots et un espace, et en ajout facultatif une lettre avec un point.




Bienvenue
* Invité *

 
AccueilPortailRechercherFAQMembresMémoire de la forêt (wikiki?)S'enregistrerConnexion
  Venez incarner un sorcier en l'an 1490 !
dans le RP Poudlard au temps de la Forêt-Interdite !
La coupe d'Août est remportée par les HIPPOGRIFFES
Félicitations !
Place aux nouvelles meutes Aquas !

Partagez | 
 

 Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Quel est votre personnage préféré jusqu'au chapitre 20 ? (2 ou 3 votes)
Sirius
28%
 28% [ 5 ]
Khamul
17%
 17% [ 3 ]
Elwin
6%
 6% [ 1 ]
Tom Eriksen
0%
 0% [ 0 ]
Dymphina
0%
 0% [ 0 ]
Teddy
11%
 11% [ 2 ]
Aelys
17%
 17% [ 3 ]
Pr. Dante
0%
 0% [ 0 ]
Victoire
0%
 0% [ 0 ]
Jeyne
0%
 0% [ 0 ]
Pr. Bones
0%
 0% [ 0 ]
Gilles S. Déplumes
6%
 6% [ 1 ]
Elenna
6%
 6% [ 1 ]
Melina
0%
 0% [ 0 ]
Dorian
11%
 11% [ 2 ]
Total des votes : 18
 

AuteurMessage
Sirius Greendal
Manitou suprême
Manitou suprême
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 26021
Messages : 19393

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Erwan D. Sokar
Animal : Chat Siamois : Seth
Augurey : Garuda
Directeur

élève : Zephyr Greendal
Animal : Harfang noir : Falco
1er année

Gallions: 850/226 (prof)

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Dim 11 Jan - 1:13

@Flora N. Carrow a écrit:
Eh beh, Pas très ouvert d'esprits la ptit bande d'Aelys...

Mais très beau chapitre, j'ai aimé en apprendre plus sur les Greendal kawai
Et Dorian est assez touchant comme personnage, j'aime beaucoup

Merci :3 c'est cool si tu aimes Dorian !
Pas très ouvert d'esprit, ou... en rejet des Greendal et de Sirius ^^

@Audrey Lovegood a écrit:

J'adore beaucoup Dorian, c'est un personnage très intéressant!
Et j'aime toujours pas Aelys x)

En tout cas très humain/touchant.
Haha pour Aelys, bon en même temps c'est pas fait pour l'aimer What a Face


@Magie M. Diggory a écrit:
Je suis déçue pour Dorian et Aelys qui finirons pas ensembles en fait !!!


Haha je peux pas contenter tout le monde là dessus, mais depuis le début Dorian est gay Smile donc j'ai quand même souris à tes précédents posts, enfin j'espère que ça te déçois pas trop quand même <3 sinon bonjour la suite LOL

@Magie M. Diggory a écrit:
Tu mes quand la suite ?? Embarassed


Le plus tôt possible Smile je viens de finir le chapitre 23 (enfin la refonte) il faut que j'accorde maintenant Wink c'est pour ça que j'aime bien avoir un peu d'avance ^^


Envois mes Hiboux si besoin Invité 
© Sirius 

"Cheers!"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://lolotie.deviantart.com/
Sam Chaudron F.
œuffissime choco
œuffissime choco
avatar

Maison : Gryffondor
Empreintes : 4564
Messages : 13034

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Sam Bellamy
Animal : Hibou grand duc roux : Noar
professeur


élève : Eden Stride
Animal : Fléreur : Mercure
1er année

Gallions: 158 / 282 (prof)

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Lun 12 Jan - 13:04

Hé ben dis donc, que de moments forts !
Personnellement pour le vote, je peux pas le faire. J'attends que... hm... voilà quoi (a) (je pense que tu sais "ce que" j'attends Siri :') )

Très bons chapitres encore, vivement les prochains ! Wink

Edit : allez, je fais un beau geste, je vote pour Teddy, histoire que les votes varient un peu





Kassdédi pour Muesly et Jiji:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://plus.google.com/u/0/communities/108810804721452950725
Sirius Greendal
Manitou suprême
Manitou suprême
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 26021
Messages : 19393

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Erwan D. Sokar
Animal : Chat Siamois : Seth
Augurey : Garuda
Directeur

élève : Zephyr Greendal
Animal : Harfang noir : Falco
1er année

Gallions: 850/226 (prof)

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Mer 11 Fév - 12:45

Merci pour vos votes qui serviront pour une image exclusive :p 
Allez comme promis, voici le dernier chapitre corrigé ! Malheureusement, il ne fait pas beaucoup avancer l'histoire, étant centré sur les souvenirs mais enfin, c'est utile et important, donc... Bon l'attente fut longue, mais il est là et pas trop court donc, enjoy ^^ et puis oui on évoque pour la première "X":3 


Chapitre 21 : La relation de la pie et du loup






Dorian continua de fixer Sirius de son regard noir et soudain imposant, empli d'un profond sentiment pour lui. Il demanda à Khamul de laisser son frère, ce qu'il fit, hésitant légèrement cependant. Dorian mit ses mains sur les épaules de Sirius, qui tremblait de encore de fureur, et lança un regard vers la table d'Aelys en hochant la tête, mettant fin aux propos. L’aîné prit alors le Serpentard dans ses bras, dans une courte étreinte fraternelle pour tenter de le calmer.
Puis d'un pas résolu, il l’entraîna, un bras sur ses épaules, dans le couloir du fond des trois-balais. Il fouilla dans sa poche et lança une bourse en peau de dragon à la serveuse derrière le comptoir.

- Prenez tous les gallions nécessaires pour les consommations, lui dit Dorian avant d'ouvrir la porte.

Il la referma derrière Sirius et le conduisit à l'étage, qui faisait maintenant office de chambres d’accueil. Dorian sorti une petite clé, actionna la serrure d'une des portes en bois et rentra dans la pièce, suivi de son frère. Elle était rudimentairement constituée. Un lit deux places, une petite armoire, un bureau et une chaise. Il n'y avait qu'une seule fenêtre, aux vitres légèrement sales et une petite porte blanche menant à une salle de bain.
Dorian referma, rangea la clé, puis prit le parti de défaire lentement sa cape verte, qu'il posa sur le dossier de la chaise. Pendant ce temps, Sirius s'était mis à faire nerveusement les cents pas. L’aîné lui proposa de s’asseoir sur le lit. Avec un soupir, c'est ce qu'il fit, s'installant à côté de son frère.

- Je suis désolé, commença Dorian.

Sirius le regarda, surpris. Mais il répondit à la question qui se formait dans l'esprit du loup avant qu'il ne demande quoi que ce soit.

- Le moment était mal choisit, j'aurai dû attendre. Te demander si le moment était opportun avec tes camarades... Je ne pensais pas que ça prendrait de telles proportions.

Dorian avait fini sa phrase en prenant un regard sévère. Sirius fut quelque peu perplexe d'entendre ces révélations.

- Tu n'as pas à attendre que ça soit mieux pour qui que ce soit, dit-il enfin. Surtout pas pour eux. Tu es libre de faire ta vie et je suis prêt à défendre ta liberté et ton intégrité. C'est à nous seuls de décider quelle voie nous empruntons dans nos vies, pour l'assumer ensuite.

Dorian eut un léger sourire triste. Il prit son frère par les épaules, comme il avait l'habitude de le faire pour lui montrer ses sentiments. Sirius continua sa pensée :

- Personne ne viendra prendre les responsabilités de nos choix à notre place. Mais ils sont nécessaires pour bien continuer nos vies.

- Tu n'as pas à te séparer de tes camarades pour moi.

Le ton était dur. Sirius fonça les sourcils.

- Ce petit con de Lupin et cette folle de Targaryen... Je ne perds rien, avec eux, ne t'en fait pas.

- Qui sait ? Demanda Dorian. Tu ne sais pas de quoi sera fait demain.

Sirius fit une moue dubitative. Il se demandait vraiment ce qu'il pourrait avoir à faire avec eux à n'importe quel moment. Non, vraiment ça semblait impossible qu'un jour ils soient là pour lui.

- Dans tous les cas, je ne supporte pas qu'on nous traîne dans la boue, reprit-il. Ça me démange déjà assez de leur remettre les idées en place...

Dorian s'accroupit devant Sirius et posa ses mains sur les épaules de son frère.

- Je comprends ce que tu as ressenti, mais ça ne m’atteint plus, ce genre de remarque. Je préfère laisser les inconnus rester sur leurs croyances dépassées. Après tout, la bave des crapauds n’atteint pas la blanche et noire pie, justifia-t-il avec un clin d’œil.

Sirius eut un sourire lors de l'image comparative de son frère. Dorian se releva, et se plaça face à la fenêtre, dos au Serpentard.

- Je voudrais que tu fasses pareil, lui dit-il, toujours tourné.

- De quoi ? Prendre Lupin et Targaryen pour des crapauds ? Ironisa Sirius.

- Que tu vives pleinement la vie que tu aurais voulu, non pas celle que d'autres voudraient. Ne te freines ni ne te limites à cause de barrières ; sociales, physiques ou quelles qu'elles soient.

Il hésita, puis enchaîna.

- Ne vis pas non plus dans le seul but de plaire à père...

Sirius se demanda pourquoi son frère parlait de ce sujet maintenant. Le cadet fronça les sourcils et se remémora son comportement de jadis, ses efforts déployés pour une simple reconnaissance, une simple acceptation de son existence. Il se mordit la lèvre, sachant pertinemment la vérité derrière les paroles de son frère.
Dorian continua en se mettant face à lui.

- J'ai passé plus de la moitié de ma vie à renier ma vraie personnalité. Tu le sais. Ce fut sans doute ma plus grosse erreur.

Sirius hocha la tête, de nouveau perdu. Il se demandait où son frère voulait en venir en réveillant tous ses souvenirs douloureux.  

- À cette époque, je ne te voyais, au mieux, que comme une perte de temps, dit Dorian avec un soupir de dérision. Un frein dans ma vie. Tu ne représentais pas grand chose pour moi. J'étais l’aîné de notre famille, celui sur lequel on fondait le plus d'espoirs. Aussi celui avec lequel on passait son temps, plutôt que de partager entre nous. J'ai fait pareil. Je sais que ça a été très dur pour toi...

Sirius déglutit avec difficulté et bougea faiblement la tête en un signe affirmatif.

- Mais tu n'en a jamais gardé la moindre rancœur à mon égard, finit Dorian. Mieux encore, tu es celui qui a montré le plus de brio dans notre famille.

Le jeune Greendal cligna plusieurs fois des yeux, légèrement gêné par le compliment que lui faisait son ainé.  

- Tant par les talents magiques, que par les intuitions. Mais aussi par la noblesse d'âme et le soutient que tu manifestes.

Dorian fixa les yeux ambrés de son frère.  

- C'était certainement pour prouver ta place parmi nous, mais ne perds jamais ça surtout, le pria-t-il. Contre personne. Mais n'en fait pas trop non plus. Tu as tendance à t'emporter un peu trop rapidement quand on porte atteinte à ceux que tu aimes.

Il le prit dans ses bras, en le serrant contre lui.

- C'est grâce à toi que j'ai ouvert les yeux il y a presque six ans. Que j'ai tenu bon... Tu comptes énormément pour moi.

Sirius ferma les yeux quelques instants. Les images lui revenant en mémoire de son frère qui souffrait, n'osant s'avouer ce qu'il était, ce qu'il aimait ; renvoyant une image parfaite d'héritier, mais faussée de lui-même. Devenir animagus dans ces conditions n'avait pas été possible. Le cadet l'avait intuitivement deviné. Il avait été l'oreille attentive, le conseiller. Depuis ce jour, son frère avait une immense gratitude envers lui.

- On dirait des adieux, remarqua Sirius étouffé par l'étreinte, qui tenta de relancer un ton plus joyeux à la conversation.

Dorian rigola légèrement, et le libéra. Il se remit debout, lissa sa robe et balança ses cheveux longs en arrière.

- Enfin, en tout cas, remarqua Sirius avec un sourire de loup, tu as pris un sacré aplomb. Devant autant de monde...

- L'Extarie m'a pas mal aidé, avoua Dorian. Mais j'ai décidé de ne plus me cacher. Peu importe au final d'être l'héritier des Greendal, ou renié et chassé par eux. Je dois choisir seul ma vie, comme tu l'as si bien dit tout à l'heure.

- Nous ne te chasserons pas, ni ne te renierons, dit Sirius avec sérieux. Du moins, pas tous... Je ne le ferais jamais, ni Xanthin non plus, j'en suis persuadé : il est ravis de savoir que nous sommes heureux, tu sais, même si tu ne passes plus au manoir, moi je le sais. Et puis, qu'importent donc tes goûts ? Que tu sois bi ou que tu préfères les hommes ? Tu as fait tout ce qu'il fallait pour être un Greendal, au final, non ? Tu ne jettes donc aucune honte sur notre nom. Je me contrefous bien de devenir l'héritier ou le plus respectable socialement parlant. Laisse donc ceux qui ont des balais dans le cul s'envoler avec leurs clichés.

Dorian lui lança un nouveau regard éperdu d'amour et d'admiration. Il eut un petit rire aigüe à la dernière réplique, ce qui remplit de satisfaction Sirius. Ce dernier continua sur un ton goguenard :

- Enfin, en ce qui concerne tes goûts... c'est vrai que tu pourrais avoir mieux quand même. Tes tenues sont toujours un peu …

Il ne put finir qu'il se prit un grosse bourrade affective de son aîné, qui se finit en éclat de rire.

- Je suis content que tu le prennes comme ça, vraiment. Lui confessa Dorian.

- C'est ce que je pense et que j'ai toujours pensé, tu sais. Ça n'aurait tenu qu'a moi, pas mal de monde aurait déjà été au courant, ce ne serait plus un secret depuis bien longtemps. Mais je ne savais pas comment tu le prendrais. Tu as toujours été tellement méfiant et blessé avec ça... Je ne voulais surtout pas que ça soit un blocage ensuite, il fallait que tu l'acceptes par toi même, que ça vienne de toi, comme tout à l'heure. J'étais tellement heureux pour toi après ce moment très... spontané.

Sirius avait sourit repensant au moment où il avait surpris la scène.
Il y eut un blanc, au cours duquel le cadet après avoir hésité, ajouta :

- Tu devrais tout de même l'annoncer à... aux parents.

Dorian, qui repensait aussi au moment où il avait embrassé le jeune étudiant, fut ramené à la réalité. Il réfléchit à la proposition, sceptique.

- Pas pour te faire juger, continua Sirius, mais... ce sont nos parents. Tu continueras d'être leur fils. Ils ont le droit de savoir que tu es différent de ce qu'ils imaginent, et puis la vie en commun serait tellement plus facile s'ils savaient enfin la vérité.

L'homme ébouriffa les cheveux de son cadet, et promis d'y réfléchir sérieusement. Qu'il irait dès qu'il se sentirait prêt. Sirius, se leva, voyant le soleil commencer à descendre à l'horizon. Dorian l'imita, plus lentement, plongé dans ses pensées. Il restait un détail qu'il voulait éclaircir avec son frère.

- Sir' ? Demanda-t-il. Cette fille, la rousse que tu remettais à sa place... Qui est-elle pour toi ?

Le jeune Serpentard sembla surpris par la question. Puis légèrement contrarié.

- Tu m'as dis tout à l'heure que tu ne perdrais rien...

- Oui, répondit Sirius, elle n'est rien qu'une fille que j'ai trouvé bien foutue, mais que je ne me ferai jamais... Elle est étrange et, de toutes façons, elle est étriquée d'esprit vu ce qu'il s'est passé en dessous.

Dorian eut une moue septique, et en hochant la tête ne put s'empêcher de rajouter :

- Bizarre, j'aurais juré qu'il y avait eu quelque chose entre vous... En plus, on aurait dit que tu as été déçu par elle, tout à l'heure.

- Évidemment ! Répondit Sirius, elle t'a insulté, nous a manqué de respect. Elle nous a mal jugés.

Dorian leva ses sourcils, comme s'il avait décelé une information masquée. Volontairement ou pas, son jeune frère avait omis une partie de sa remarque. Il la garda de coté.

- Elle nous a mal jugé... Comment peut-elle faire autrement sans chercher à nous connaître, en même temps ? Il faut reconnaître que tu n'as pas particulièrement été agréable non plus.

Sirius grogna. Dorian marquait un point.

- Mais toi, continua l'aîné, tu es pourtant en même année qu'elle à Poudlard non ? Si ça a de l'importance, pourquoi n'essayes-tu pas de lui montrer qui tu es, qui nous sommes ?

- ça n'a pas d'importance pour moi justement ! Répliqua Sirius piqué au vif. De toutes façons, et ce, depuis le début, elle est hermétique.

- Peut-être alors que c'est toi, qui ne regarde pas qui elle est vraiment. Lança Dorian d'un air malicieux en remettant sa cape.

Il savait que sa remarque piquerait le jeune garçon au vif. Ça ne rata pas. Sirius fit un large mouvement avec sa main, comme pour chasser une idée grotesque. Puis un détail lui revient en mémoire, il baissa la tête et après un silence confessa.

- En fait, oui... elle nous a surpris avec Khamul, la nuit, on était à poil. Résuma Sirius à qui l’événement revint brusquement en mémoire. Elle m'a bien émoustillé sur le coup, mais ne nous a jamais balancé... Aussi incroyable que ça puisse paraître. Et,... heu...

Il hésita, puis voyant le regard condescendant de son frère, il reprit.

- Et puis je l'ai embrassée aussi...

Dorian afficha un air victorieux et radieux. Mais Sirius n'avait pas fini.

- ...Contre sa volonté...

Là, Dorian fronça les sourcils et perdit instantanément son air radieux. Il scruta son jeune frère du regard. Ce genre d'action ne lui ressemblait pas. Il avait toujours une fille s'il avait le besoin de se défouler. De fait, il n'avait jamais eu besoin de forcer la main à l'une d'entre elle.

- Pourquoi as-tu fait ça ? Demanda-t-il perplexe.

Sirius sembla réfléchir sérieusement à la question pour la première fois.

- Je... Je ne sais pas, avoua-t-il franchement, penaud. J'avais envie de lui clouer le bec. Je m'ennuyais. Et... je n'ai pas réfléchi, j'ai agis sous une impulsion soudaine.

Dorian hocha la tête, à moitié condescendant.

- Eh bien, ça explique certainement cette tension électrique entre vous, envers moi aussi quand elle nous a confondus.

- Une tension électrique, tu as vu ça ? S'étonna Sirius.

- Oh c'est parfaitement visible, pour qui sait le voir, dit Dorian avec un clin d’œil. Et crois-moi, quand on est comme moi, on parvient rapidement à déceler ce genre de choses.

Sirius haussa les épaules.

- Et avec Jeyne ? Comment ça va depuis l'autre soir ?

Sirius roula les yeux au ciel. Bon sang, son frère savait tout, et pourtant lui-même n'était pas sûr de savoir ce qu'il voulait vraiment. Parler de ça l'ennuyait.

- On fait aller. Dit-il simplement. Pour le moment, il n'y a rien de plus.

- Ça fait longtemps que je ne l'ai pas vue, remarqua Dorian. Elle doit toujours être aussi belle. Dommage que vous ne soyez pas restés ensembles... Khamul m'a raconté comment il vous avait surpris tous les deux dans la salle commune. Carrément, tu n'as pas froid aux yeux quand tu as envie, en tout cas !

Pour toute réponse Sirius ouvrit la porte. Dorian le suivit, en rigolant et ébouriffant ses cheveux.

- Tu es toujours au courant de tout, sur moi on dirait, pointa judicieusement Sirius en se passant une main pour remettre de l'ordre dans sa tignasse. Un vrai service de renseignements...

- C'est parce que je veux être là pour toi, te conseiller. Comme tu l'as toujours fait pour moi, au final. Déclara Dorian avec émotion, en refermant la porte.


To be continued, prochain chapitre : La marque des morts.
(il risque d'être long à venir étant donné que je dois modifier un élément :') )


Envois mes Hiboux si besoin Invité 
© Sirius 

"Cheers!"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://lolotie.deviantart.com/
Audrey Lovegood
Poiscaille frais
Poiscaille frais
avatar

Maison : Gryffondor
Empreintes : 11072
Messages : 11988

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Audrey Lovegood
Animal : Harfang noir : Alfy 1ère année

Gallions: 180

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Mer 11 Fév - 18:20

C'est vrai que ce chapitre ne fait pas avancer l'histoire, mais puisque j'aime beaucoup Dorian, j'ai aimé ce chapitre! De plus, c'est beau à voir que Sirius rassure son frère et le soutienne comme ça! Smile



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Sam Chaudron F.
œuffissime choco
œuffissime choco
avatar

Maison : Gryffondor
Empreintes : 4564
Messages : 13034

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Sam Bellamy
Animal : Hibou grand duc roux : Noar
professeur


élève : Eden Stride
Animal : Fléreur : Mercure
1er année

Gallions: 158 / 282 (prof)

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Jeu 12 Fév - 12:27

Je rejoins Audrey pour dire que le chapitre ne fait pas avancer, mais ce n'est pas une mauvaise critique pour autant : déjà parce que tu nous avais prévenu, et ensuite, ce chapitre permet de comprendre le lien qui unit les 2 frères, comment ils se comprennent, etc.

On sent que ce chapitre est un élément important par de petits détails Smile





Kassdédi pour Muesly et Jiji:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://plus.google.com/u/0/communities/108810804721452950725
Magie M. Diggory
Coeur d'artichaut
Coeur d'artichaut
avatar

Maison : Poufsouffle
Empreintes : 3229
Messages : 3553

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Magie Diggory Animal : Chouette Harfang : Neige
1er année

Gallions: 262

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Jeu 16 Avr - 17:27

Est-ce que tu continue toujours ta fic Siri ??? On aura bientôt un nouveau chapitre ??

J'avais peur que Sirius soit le coupable, mais en fait je viens de revoir qu'il ne voit pas les Sombrals Very Happy donc il n'a pas pu faire de crime !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://nuit-de-chasse.forumactif.org/
Sirius Greendal
Manitou suprême
Manitou suprême
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 26021
Messages : 19393

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Erwan D. Sokar
Animal : Chat Siamois : Seth
Augurey : Garuda
Directeur

élève : Zephyr Greendal
Animal : Harfang noir : Falco
1er année

Gallions: 850/226 (prof)

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Sam 18 Avr - 19:22

Faut frapper Jack il a abusé là :p plus de 2 semaines qu'il a le chap au chaud il l'a même pas lu encore XD Mais oui, oui je continue t'en fait pas Wink j'ai aussi le dessin des vainqueurs de popu' à faire ^^

Ce sont les petits détails qui font avancer ou deviner les plus gros Sam (a)
Revenir en haut Aller en bas
http://lolotie.deviantart.com/
Sirius Greendal
Manitou suprême
Manitou suprême
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 26021
Messages : 19393

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Erwan D. Sokar
Animal : Chat Siamois : Seth
Augurey : Garuda
Directeur

élève : Zephyr Greendal
Animal : Harfang noir : Falco
1er année

Gallions: 850/226 (prof)

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Mer 29 Avr - 19:26

Le voilà ! Le voilà enfiiiin !
Le Graaal je veux dire le chapitre suivant :')
Qui va lire entre les lignes ? jk
Merci à Jill d'avoir été la béta-lectrice et correctrice pour celui-ci o/


Chapitre 22 : L'étrange marque des morts.





Ils arrivèrent dans la salle principale, qui n'était plus remplie que par des sorciers du coin qui venaient prendre quelques verres et discuter ensemble. Dorian eut un air déçu lorsqu'il vit les tables déjà remises à leur place habituelle, le sol lavé et plus aucun verre, ni des étudiants dans les environs, comme si ce qu'il avait vécu n'avait été qu'un rêve. Mecko, qui se baladait dans les coins, se précipita vers son maître, et se logea derrière son cou, pour être sur de ne plus rater le départ du sorcier. De loin, ce dernier donnait l'illusion de porter un col de fourrure. 
La serveuse interpella Dorian, pour lui rendre sa bourse. Il sourit d'un air distrait, la remerciant, et elle sembla déçue. 

- Elle s'est drôlement allégée, commenta le sorcier à Sirius en soupesant le poids de son bien. 

- Comme si ça te préoccupait, lança Sirius. 

Dorian sourit, et rangea la bourse dans une de ses poches. Non, il ne s'en souciait pas plus que ça : la famille Greendal était parmi les plus riches familles sorcières de Grande-Bretagne. Lui-même n'était pas en reste, exerçant le métier de Magicolteur pour leur compte; ces sorciers qui parcourent le monde à la recherche de plantes, animaux magiques, ou pierres précieuses et rares. En secret, et Sirius le savait, il dealait les quelques potions d'Extarie qu'il avait réussit à créer, ou ingrédients qu'il avait conservé.

La serveuse lui passa un message griffonné sur un parchemin plié en hâte. Intrigué, Dorian l'ouvrit. Sirius sut à son air qu'il provenait du jeune Serdaigle. Avec un sourire, l’aîné rangea le papier qu'il avait pris soin de bien replier avant.

- Je vais partir pour la France, annonça Dorian d'un coup. Quand je reviendrai, j'irais probablement tout révéler sur mon compte. Fais bien attention à toi surtout, évite d'aller dans la forêt interdite. Je serai sans doute de retour pour Noël, enfin j'espère. J'aimerais arriver juste avant les festivités et le bal de Slugh'. 

C'est ce qui le motivait. Rentrer avant la future visite de Pré-au-Lard des sorciers de premier cycle. Probablement pour renouveler l'expérience, ou retrouver ce garçon d'une après-midi. 
Sirius le prit affectueusement dans ses bras, et lui fit ses adieux. Puis il se dirigea vers le château avant que le soleil ne se couche. Il alla directement dans la grande salle où se tenait le banquet d'Halloween. Peu d'élèves étaient présents à ce moment là, encore un peu tôt pour le repas, aussi prit-il sa place habituelle en attendant ses amis. Il fit longuement rouler une petite citrouille entre ses doigts, la lança et la rattrapa de multiples fois sous le regard des chauves-souris, se remémorant son après-midi avec son frère qui avait réveillé de vieux souvenirs et quelques questions dans son esprit. 
Il vit peu de temps après arriver le groupe de Teddy qui était aux trois-balais. Ils avaient l'air plus renfermés que la dernière fois qu'ils s'étaient vu, le métamorphomage ouvrait la marche avec les deux rousses Weasley de Gryffondor. Derrière eux, se trouvaient Dymphina, ainsi que le garçon brun de Serdaigle. En fin de file se tenaient Elenna et son compagnon de Poufsouffle. La jeune fille semblait furieuse. Ils s'installèrent chacun à leur table, sans s'adresser plus de paroles. La française avait l'air mal à l'aise à coté de Ted, ce qui ravit Sirius. 
Les Serpentard ne furent pas long à arriver, se joignant au Greendal, dans une bonne humeur. 

- Tu vas mieux ? Tu es calmé ? Demanda prudemment Khamul. 

Sirius hocha la tête, avec un faible sourire. Son ami regarda soudainement sa main, comme s'il l'examinait pour la première fois, pliant et dépliant ses doigts.

- J'ai l'impression d'avoir des fourmis partout maintenant que les effets se sont dissipés, confessa Khamul à mi-voix. 

Sirius esquissa un franc sourire, légèrement supérieur. Lui aussi, il ressentait ses effets, mais il n'y avait pas prêté plus d'attention que ça, ce n'était pas la première fois. Le banquet commença dans l'euphorie : avec des plats spéciaux pour l'occasion, sous l’œil des citrouilles géantes évidées et les vols de chauves-souris. Machinalement, quand il eut fini les plats, Sirius dirigea son regard perdu dans la salle, chercha du regard sa jeune Serdaigle régulière et remarqua avec surprise qu'il manquait quelqu'un à la table des Gryffondor : Targaryen. Il se demanda vaguement pourquoi elle n'était pas présente, avant d'être interrompu dans ses réflexions par Elwin qui raconta sa journée.



Quand enfin l'heure des desserts sonna, la directrice se leva et réclama le silence, comme il était maintenant de coutume. Elle portait une longue robe rouge et noire et son chignon serré était tiré en arrière. Son expression était rayonnante, comme si ce qu'elle allait dire la remplissait de joie. 

- Chers élèves, commença le professeur McGonagall, ce jour est celui de notre fête à tous. Joyeux Halloween à vous et que le spectacle commence ! 

Des murmures suivirent cette déclaration. Sirius entendit la jeune française s'enthousiasmer à la table voisine. Les lumières se tamisèrent plus encore, ne laissant que les lumières vacillantes des bougies dans les citrouilles. Des sorts de métamorphoses et enchantements firent naître des figures, des personnages, les animèrent racontant l'histoire de Jack O'Lantern; ce cracmol qui aurait emprisonné un démon et ce dernier, pour se venger, l'aurait condamné à errer dans le noir sans fin, avec une bougie pour seule source de lumière, qu'il plaça dans une citrouille pour en faire une lanterne. Le spectacle fut agrémenté d'effets magiques, de faux farfadets qui faisaient des farces et au final, tous les protagonistes se changèrent en nuée de chauves-souris qui éclatèrent et firent place à des cascades de bonbons, principalement sur les plus jeunes étudiants qui les attrapaient, amusés. Les desserts apparurent au même moment. Khamul, après avoir attrapé quelques sucreries, se jeta sur les plats posés devant eux. 


La fin du repas fut longue, mais enfin, la salle se vida de ses convives par flots d'élèves. Sirius, suivit par Elwin, se dirigea vers la salle commune parmi les premiers levés pour s'installer sur les meilleurs fauteuils. Ce soir là, le Calmar était de la partie : les étudiants l'observaient au travers des vitres s'amusant à lui envoyer quelques signaux lumineux derrière les fenêtres pour tenter de l'attirer plus encore vers eux. Une fois qu'il fut parti, Jeyne s'installa à coté de Sirius et commença la conversation sur leur après-midi, lui demandant ce qu'il avait fait à Pré-Au-Lard. Le garçon n'avait pas très envie de partager cette journée avec elle pour le moment, aussi il accueilli avec joie l'arrivée de Khamul et de Tom qui rentraient enfin du festin, provoquant une petite diversion. Ces derniers apportaient des victuailles pleins les bras qu'ils entassèrent dans un coin de table sous les acclamations de certains. Khamul rejoignit machinalement Sirius, Jeyne et Elwin, avec un gâteau à la mélasse en main et entama la conversation à coté de son meilleur ami. 

- J'aime vraiment ces gâteaux-là, les elfes sont vraiment doués, j'en emprunterai bien un pour chez moi. Je voulais te dire, en rentrant à Poudlard, quand tu étais avec ton frère, j'ai croisé une fille de Serpentard, en septième année plutôt bien gaulée qui avait l'air interessée. Je me demande si elle sera aussi facile à avoir que les blondes de cet après-midi, hein ? 

Jeyne qui était à coté et avait souris à la première phrase, perdit sa trace de bonne humeur à la seconde. Elle prit une mine boudeuse, tandis que Sirius lâcha un soupir et fronça les sourcils en direction de Khamul, pour qu'il stoppe le sujet tant qu'elle était là. La jeune fille aperçut le signe de tête que fit le brun en réponse à la demande muette du loup. Elle ne laissa rien paraître et ne se démonta pas pour autant, se tournant vers le garçon aux cheveux noirs avec un sourire :

- Je ne savais pas que Dorian passait à Pré-au-Lard aujourd'hui ! Comment va-t-il ?

- Il va plutôt bien, répondit Sirius, tant qu'il assume... il part demain pour la France si j'ai bien compris. 

- En parlant des goûts... s'interposa Khamul avec une expression faussement curieuse, vous avez fait quoi après ton pétage de plomb ?

Sirius fronça les sourcils, se remémorant la conclusion des tables des trois balais. Elwin et Jeyne se regardèrent, puis cette dernière, devança la réponse.

- Qu'est-ce qu'il s'est passé ? demanda-t-elle. 

Sirius grogna. Elwin le regardait lui aussi avec attention, voulant savoir la réponse. Il se tourna vers Jeyne et le blond en soupirant.

- Ces idiots de Lupin et Targaryen l'ont ramené sur Dorian et ses préférences... Je n'aime pas les homophobes. J'ai eu un... accès de colère : l'envie de les empêcher de le dégrader, de les empêcher d'ouvrir de nouveau leur sale bouche, de stopper leurs mots. Je sais que j'aurais dû passer outre, mais c'était plus fort que moi, à ce moment-là. Enfin; Khamul a réussit à me retenir et Dorian à me calmer... Je ne leur ai donc rien fait, au final. 

Il y eut un instant de silence entre les quatre amis après les explications de Sirius. Jeyne passa une main sur l'épaule du loup, lentement, pour l'apaiser. Le garçon ne put s'empêcher d'apprécier le geste et le contact contre la paume chaude de la jeune fille. 

- C'est bizarre, ne put retenir Jeyne au bout d'un moment. J'ai toujours pensé que Targaryen était intéressée par les filles. Du coup, je ne comprends pas son attitude... 

Sirius se tourna vers elle, avec une expression surprise, mais ce fut le blond qui continua la pensée de la brune et répondit à sa question :



- C'est vrai que maintenant que tu le dis, je ne l'ai jamais vu auprès d'un garçon, pas même un préfet, ni se confier à propos de l'un d'eux... Elle est plutôt solitaire, n'a pas d'amies fille non plus. Après... Peut-être voulait-elle simplement tenter de faire du mal à Sirius à travers Dorian ? C'est réussi apparemment. Ou bien peut-être qu'elle se visait elle-même au travers de ces mots ? Si elle n'assume pas, elle a peut-être juste extériorisé les paroles de ce qu'elle pense d'elle-même. 

Khamul reprit tranquillement un gâteau et mordit dedans, les yeux vadrouillant ailleurs dans la pièce, en signe du peu d'intérêt qu'il portait à ce sujet. Jeyne répondit sans plus de poids au préfet. Il y eut un nouveau moment silencieux, jusqu'à ce qu'Elwin ne conclut sur une question :


- C'est pour cela, à votre avis; qu'il n'y avait pas Targaryen au banquet ?

Le silence qui suivit fut pris différemment selon chacun. Sirius se posant maintenant la même question, Jeyne en esquissant un geste montrant son accord, tandis que Khamul se demandait quelle importance y accorder. Le blond fixa donc le loup, et d'un échange muet, mirent fin à la question. 

- Alors ? redemanda Khamul. Qu'est-ce que vous avez fait après Dorian et toi ?

- Oh, pas grand chose, répondit Sirius. On a... discuté. 

Voyant l'air vague, renfermé et mélancolique de son ami, le Serpentard abandonna le sujet de sa curiosité. Puis le loup se leva du fauteuil, déclarant qu'il allait se coucher, mettant fin à leur discussion. Il s'étendit sur son lit en se remémorant certaines conversations de sa journée : celles avec Dorian et celle de Jeyne sur Aelys. Il laissa son esprit vagabonder dans ses souvenirs lorsque les deux autres garçons bruns du dortoir ouvrirent la porte à cet instant pour se préparer à aller dormir, probablement. Il entendit des éclats de rire, puis un rideau tiré. Sirius se leva du lit se déshabilla et tira les rideaux pour sombrer dans le sommeil troublé qui allait l'accueillir. 



Le lendemain, il fut réveillé de sa mauvaise nuit avant que Tom ne le tire du lit. Des souvenirs douloureux s'étaient mêlés à ses rêves, certains, nébuleux, de quand il n'avait qu'un an et qu'il pensait avoir oublié. Il passa la tête sous l'eau froide du lavabo, prit une douche bien chaude, s'habilla rapidement, et une fois prêt, il se rendit dans la grande salle déjà pleine de monde. En s'asseyant, il jeta un rapide coup d’œil à la chaise habituelle d'Aelys. Ce matin elle était occupée, et la rousse le fixait elle aussi, nonchalamment, la tête sur sa main et le regard légèrement teinté d'une lueur indéfinissable. En voyant qu'il avait capté son attention sur elle, elle détourna les yeux de Sirius, les portant dans le vague alentour. Le loup fit pareil, entamant copieusement son petit déjeuner. Elwin ouvrit son journal quotidien, tandis que le reste de la table des verts parlaient de la reprise de Quidditch et du premier match qui opposerait l'équipe des lions à la leur. Soudain, alors que les pronostiques sur les joueurs sélectionnés de l'équipe adverse allaient bon train, le blond lâcha un mot surpris. Sirius se tourna vers lui, curieux. Le préfet lui souffla qu'il y avait encore eu une disparition de sorcier important, que le pays n'était apparemment pas le seul touché, puisque la France en avait elle aussi signalé deux.



- Cela devient inquiétant tout de même... Commenta Elwin.

Sirius ne répondit pas. Les sourcils froncés il pensait à son frère parti dans ce pays. Ce qui le ramena à leur dernière discussion et inévitablement, à Aelys et ses préférences. Le loup eut un sourire ironique en pensant que ses goûts expliquaient probablement le fait que son charme n'avait pas fonctionné sur elle la première nuit où ils s'étaient rencontrés dans des circonstances aussi spéciales. 

Le petit déjeuner fini, il se rendit avec Elwin à la bibliothèque afin de finir un long devoir de métamorphose. Il y croisa à sa grande surprise, Aelys, qu'il reconnut à sa chevelure rousse, seule assise à une table, un livre d'astronomie à ses cotés et un autre ouvrage épais ouvert devant elle. Il se demanda vaguement ce qu'elle cherchait avec un livre sur le ciel ; il savait qu'elle n'étudiait pas l'astronomie : le cours auquel il participait lui-même, était commun aux quatre maisons le vendredi soir et jamais elle n'y avait mis les pieds. La curiosité, contre laquelle il râla intérieurement, le poussa à détourner légèrement son chemin pour passer à coté de sa table. Ce qu'il vit le stupéfia. De là où il se trouvait, il parvenait à lire le mot en gras qui était indiqué en haut de la page. Il y en avait juste un : Greendal. 

Après un instant de surprise, il recula légèrement avec un sourire de loup et se racla la gorge. Aelys s'aperçut de sa présence et d'un geste impulsif, ouvrit son livre dans une autre page. Sirius passa de l'autre coté de la table pour se rendre dans la section métamorphose. Il trouva l'ouvrage qu'il cherchait et le prit d'un œil distrait.
Entre les étagères de livres, il vit le titre de celui de la rousse sur la tranche : Grandes familles sorcières d'Angleterre.

Sirius s'assit à coté d'Elwin à une table plus loin, tandis que la préfète avait pris ses livres pour les ranger et sortir de la pièce. Il attaqua son devoir, l'esprit préoccupé. Elwin dû le constater, car il lui fit une remarque. Le Greendal confia alors au blond sa découverte sur le livre de Targaryen, ce qui étonna le préfet, mais ne le préoccupa pas plus que ça: elle venait en effet de connaitre le frère ainé de Sirius la veille, ainsi que son penchant, ce qui selon lui pouvait peut-être atténuer la situation de la rousse, et inciter sa curiosité. 




Le lundi matin arriva bien trop vite et, comme le reste du week-end, fut gris et pluvieux. Les Serpentard prenaient leur petit déjeuner dans l'habituel brouhaha. Le professeur Bones se dirigea vers la table des Serpentard. Elle se posta à coté de Sirius qui la regarda avec stupéfaction, avant qu'elle ne lui rappelle qu'il lui restait encore une retenue à faire. Elle le convoqua donc le soir même, dans son bureau. Le Serpentard hocha la tête, l'humeur maussade. Ses voisins ne le remarquèrent pas, aussi il passa son ressentiment dans les corns flakes. Elwin étendit soudain le journal sur la table, tandis qu'il lisait encore un article. Il s'adressa à Sirius, son seul voisin attentif, lui désignant le papier. 

- Regarde ça, dit le blond. Ils ont retrouvé une des personnes portées disparues. Le sorcier qui travaillait au départements des mystères. Mort noyé. Mais le plus intéressant, c'est cette découverte. 

Sirius se rapprocha pour lire l'article, tandis que son préfet lui désignait l'une des photos qui illustrait. L'homme était étendu sur le dos, le torse nu, près d'un talus d'une rivière. Sur l'épaule, il avait une marque brûlée et incrustée comme si elle avait été marquée au fer rouge. On aurait dit deux montagnes encadrées d'un soleil, ou une sorte de M avec un arc de cercle au dessus, reliant les deux points de départ et d'arrivée de la lettre.

- Ce symbole là, sur son épaule... il a aussi été retrouvé chez l'un des morts de Glasgow, annonça le blond. C'est mon père qui me l'a dit. Les enquêteurs pensent apparemment à une cicatrice d'un sort ou un signe de gang. 

- Suicide ? Demanda sans détours Sirius en ne détachant pas ses yeux de la marque du mort, encore sous le choc.

- Il semblerait.

- Qu'est-ce que tu en penses ? Hésita le loup. Tu connais ce signe ?

- Je ne sais pas encore, répondit le préfet. Je crois ne l'avoir jamais vu... Oui, c'est peut-être une secte, ou une organisation de ce genre. Et toi, tu penses qu'ils étaient enrôlés ? 

- Ca pourrait expliquer les disparitions, le suicide pour tenter d'échapper à cette secte et les meurtres contre ceux qui tentent de la dissoudre dans ce cas, énonça Sirius. La marque aussi. Elle me ferait presque penser au signe de Morgane... 


Elwin continua sa lecture, la mine grave, tandis que le loup but son jus de citrouille d'un air songeur. Des hiboux arrivèrent au même moment devant eux, les distrayant de leurs suppositions. Ils portaient chacun une lettre de la part de leur directeur de maison. 

Sirius décacheta la sienne et la lut rapidement, puis soupira en jetant un coup d’œil vers Jeyne et Khamul.

- Une nouvelle invitation pour le club de Slugh. Cette fois, pas d'entrainement de Quidditch en même temps... C'est la fameuse soirée de Noël. 

Puis, il chassa toutes ces nouvelles de sa tête, sa journée allait être longue. Et elle commençait par le cours commun de potion avec les Gryffondor. Il se passa sans accroc, malgré la continuité sur la création de l'antidote. Aelys gardait un silence buté, ce qui ne semblait gêner aucun des Serpentard à sa table. 

- Tiens au fait, tu as entendu ça, Sir ? Demanda Khamul. Il parait qu'un autre volcan Islandais indique des signes menaçants d'éruption. Un autre, juste à coté de celui que vous avez justement fait imploser. 

- Non je n'avais pas entendu ça, répondit le concerné avec un grand sourire de loup. Mais ce n'est certainement pas nous, cette fois. Dorian est en France et ma famille doit être dans notre manoir.

Aelys tiqua sur cette phrase et leva les yeux vers Sirius, dans une expression peu avenante et l'esprit préocupé. 

- Si tu veux mon avis, c'est justement à cause de vos actions sur le premier que celui-ci menace, rigola Khamul. Mais ça ne m'étonne pas que personne n'en parle : à coté de l'annonce d'un nouveau mort, et des enquêtes, ça ne fait pas trop le poids.

- Bon les garçons vous êtes prêts ? Coupa Jeyne qui se tenait devant leur chaudron. On va tester l'antidote. 

Ils s'approchèrent, regardant la brune aux boucles de serpent prendre un léger échantillon de leur antidote dans leur chaudron commun. Puis, prudemment elle en versa une goûte dans la fiole contenant un extrait du poison. Sous les quatre paires d'yeux attentifs la potion nocive changea progressivement de couleur, s'éclaircissant, passant de l'orange au transparent. Alors, les étudiants poussèrent un soupir de soulagement et de satisfaction. Ils avaient réussi. Sirius prit un flacon vide, le remplit avec l'antidote qui restait dans le chaudron et étiqueta leurs noms dessus au moment où la cloche sonna. Aelys fut la dernière à quitter leur table, elle était encore assise là quand le jeune garçon donna la potion à son professeur. Elle se leva lentement, comme si quelque chose d'invisible voulait la retenir dans ce lieu. Un instant, elle sembla sur le point de lui dire quelque chose, puis se ravisa, en se grattant nerveusement l'arrière de sa nuque. Sirius passa devant elle rapidement, pour ranger ses affaires et rejoindre ses amis déjà dehors. 


To be continued : prochain chapitre : Gryffondor contre Serpentard


Envois mes Hiboux si besoin Invité 
© Sirius 

"Cheers!"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://lolotie.deviantart.com/
Audrey Lovegood
Poiscaille frais
Poiscaille frais
avatar

Maison : Gryffondor
Empreintes : 11072
Messages : 11988

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Audrey Lovegood
Animal : Harfang noir : Alfy 1ère année

Gallions: 180

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Mer 29 Avr - 20:10

ENFIN le nouveau chapitre Smile une chance que Jill était la pour faire le boulot de jack x)
J'ai beaucoup aimer le chapitre comme d'hab Razz J'aime le fait que dans ce chapitre on voit plusieurs scène et non pas seulement qu'une, ça démontre que l'histoire avance ^^ J'aime bien les petits passages de Khamul :3 et d'elwin aussi, c'est bien de le voir un peu ^^ Sinon je ne sais plus quoi penser d'Aelys x)



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Magie M. Diggory
Coeur d'artichaut
Coeur d'artichaut
avatar

Maison : Poufsouffle
Empreintes : 3229
Messages : 3553

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Magie Diggory Animal : Chouette Harfang : Neige
1er année

Gallions: 262

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Sam 9 Mai - 21:19

ENFIN LE CHAPIIIITRE !! oui Merci à Jill Very Happy

Nooooon pourquoi t'as fait de Aelys qu'elle soit lesbienne Sad oh je pensais pas être si loin de mon couple avec elle et Dorian !!!! enfin bref, j'attends quand même la suite je pense que Aelys a trouvé un truc sur la famille greendal j'espère qu'on va bientôt le savoir !!!


Revenir en haut Aller en bas
http://nuit-de-chasse.forumactif.org/
Sirius Greendal
Manitou suprême
Manitou suprême
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 26021
Messages : 19393

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Erwan D. Sokar
Animal : Chat Siamois : Seth
Augurey : Garuda
Directeur

élève : Zephyr Greendal
Animal : Harfang noir : Falco
1er année

Gallions: 850/226 (prof)

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Mer 27 Mai - 2:14

Magie : j'avoue que j'aime beaucoup ton commentaire. Après tout est encore possible tu me diras, mais c'est vrai que ça s'amenuise ton idéologie du DorianxAelys :')  Et en effet elle a trouvé quelque chose. Mais quoi ? :p Je vous laisser trouver ou chercher ou... attendre et découvrir mdr.

Audrey : C'est pas si mal si tu ne sais plus quoi penser d'Aelys :') enfin, on verra ce que tu en dis après bien sur ^^ oui l'histoire va avancer, plus ou moins rapidement selon les chapitres, mais encore tout doucement jusqu'à la période de Noël (dans ma fic bien sur) après ça va aller bien plus vite.

En tout cas merci pour vos comm Smile
On passe à la suite ! Centré sur le match et un nouveau personnage fait son entrée; Stilles ! (pardon pour avoir un peu maltraité vos noms de personnages RP dans ce chap pour certains XD)

*****************************************************

Merci encore à Sam pour le dessin illustratif :3 de Kham et Aelys !
Merci à Jill d'avoir encore corrigé ce chapitre. 

____________________________________________________________________________

Chapitre 23 : Gryffondor contre Serpentard




Le soir étendit son manteau sombre sur le château. Après le repas, Sirius monta directement devant le bureau du professeur de défenses contre les forces du mal, pour sa retenue. Aelys était déjà là, les bras croisés et l'air renfermé. Elle tourna légèrement sa tête à l'opposé quand elle le vit. Avec un soupir, Sirius s'appuya contre le mur dans une posture nonchalante, en espérant que le professeur ne tarde pas. Elle arriva quelques minutes plus tard, les délivrant de ce silence pesant.

Le reste de la retenue, à savoir trier des Verracrasses, ne fut guerre distrayant, ni très passionnant. Le seul inconvénient était celui d'avoir cette sensation désagréable des corps globuleux sous les doigts. Sirius, une fois passé les premières sensations rebutantes, en profita pour laisser son esprit vagabonder à sa guise, tel que repasser ses stratégies de Quidditch, ou essayer de déchiffrer sa partenaire, suite aux révélations de Jeyne. Lorsqu'il eut enfin fini sa tâche ingrate, il prit rapidement congé : trop heureux d'échapper à d'autres colles, avec un grand sourire moqueur pour Aelys : il lui restait encore tout le mois.

- Alors ? Qu'est-ce que tu as fait cette fois ? Demanda Tom en le voyant rejoindre la salle commune. Rien de trop fatiguant j'espère, il ne faudrait pas que tu sois épuisé pour nos derniers entraînements avant le match...

- Encore sur le Quidditch... soupira Elwin.

- Ne t'en fais pas, Tom, le rassura Sirius, je n'ai rien fait de très épuisant, mais plutôt d'assez rebutant : j'ai dû trier des Verracrasses...

- Très séduisant en effet, affirma Khamul avant qu'ils ne partent tous en éclat de rire.


Le reste de la semaine passa plus rapidement. La tension habituelle à l'attente du premier match de la saison de Quidditch était à son comble. Il n'était pas rare de voir des élèves de la maison adverse attaquer les possibles sélectionnés de l'équipe, dans le but de les envoyer à l'infirmerie. Malheureusement, les noms des joueurs n'étaient pas connus ; en dehors de certains qui avaient filtré. Aussi Sirius partait confiant pour ses recrues : hormis Tom, Khamul et lui-même, les autres étaient des nouveaux joueurs dont les noms n'étaient pas encore connus.

Cependant, lui-même devait éviter les attaques qui pleuvaient autour de lui. Des membres de Serpentard avaient même pris le parti d'escorter le Greendal dans tout ce qu'il faisait, sans l'avoir avertit. Ainsi, Sirius se retrouvait souvent avec une horde d'étudiant de cinquième à septième année autour de lui, qui ne lui laissaient pas une minute de répit. Il ne voyait pas comment un Gryffondor aurait pu l'atteindre, sous cette garde.

Les joueurs de renoms de la maison rouge avaient le même traitement de faveur. Sirius croisa un soir leur capitaine ; un septième année musclé, à la peau halée, aux longs dreadlocks noirs relevés sur le derrière de son crâne, le visage long aux traits anguleux, qui était lui aussi sous bonne garde. Il toisa Sirius avec un sourire goguenard et un signe de tête. Le capitaine des Serpentard lui répondit lui aussi du même air de défi. Malgré leur rivalité, les deux garçons aspiraient au même but : devenir joueur professionnel de la ligue de Quidditch.

- La partie est déjà commencée on dirait, Stilles, annonça Sirius en montrant du bras les escortes.

- Tu connais les enjeux pour nous deux, Greendal, répondit le concerné avec un sourire. Je ne peux te laisser gagner, mais j'ose espérer que tu ne seras pas mêlé à de vulgaires coups bas...

- Je n'en ai nullement besoin pour que mon équipe batte la tienne à plate couture, répondit Sirius avec ce sourire de défi en coin.

- Tu as l'air confiant, c'est bien : mais nous verrons ce que ça donne sur le terrain, Samedi. Avait conclu le capitaine des Gryffondor.


Durant tout ce laps de temps, les autres membres de la maison tentaient en vain de déstabiliser les autres joueurs. Tom fut le seul à avoir subit un maléfice de conjonctivite, atteint le mercredi matin, ce qui lui fit rater le cours de défenses contre les forces du mal des sixièmes années.


La nuit suivante, Sirius eut de nouveau une nuit grise. Il se réveilla en plein milieu de la nuit, en sueur, le souffle court et une étrange sensation au ventre. Il tenta en vain de se rendormir, mais chaque fois, il avait l'impression d'entendre un rire glacial retentir autour de lui, un rire froid qu'il avait déjà entendu et qui le faisait frissonner... Ou bien il sombrait dans les angoisses liées au sport ; il passa en revue les stratégies et les défauts, les sélections adverses possibles, mais son esprit vagabondait sur les cours, sur Teddy et sa bande, jusqu'aux disparitions mystérieuses annoncées par la Gazette.. Ses camarades étaient encore endormis, mais pour lui il n'y avait rien à faire, Morphée ne voulait plus de lui.

Sirius se mit debout, enleva son haut de pyjama, et se passa la tête sous l'eau pour se changer les idées. Se rendormir paraissait compromis. En soupirant, il tendit la main vers son sac, en sorti un parchemin, de l'encre et une plume et se mit à écrire à son frère : il avait besoin d'une lettre rassurante et familière. Il revit la stratégie de son équipe de Quidditch pour être fin prêt, et fini son devoir de métamorphose. Il s'habilla et sorti dès l'aurore pour aller à la volière, puis attacha le message à un hibou fauve qui parti ensuite à la recherche de son destinataire, en France.

Sirius entama ensuite sa journée par un petit déjeuner très matinal, où il ne fut rejoint que par une poignée de Serpentard déjà levés. Il en profita pour s'éclipser avant que le bruit ne devienne trop insupportable et passer à l'infirmerie pour prendre les potions ou médicaments qu'on lui donnerait contre ses nuits grises. Mme Pomfresh ne posa d'ailleurs presque qu'aucune question, se remémorant la dernière visite du Serpentard. Elle lui demanda néanmoins s'il était stressé en ce moment, à quoi il lui répondit que c'était probablement lié au prochain match : souhaitant intégrer la ligue officielle de Quidditch il lui fallait les meilleurs résultats. C'est donc ses potions de sommeil en poche qu'il quitta l'endroit avec soulagement.

Enfin, la dernière séance d’entraînement des verts et argent arriva. Tout ce passa à merveille, aussi Sirius stoppa plus tôt, content et heureux de son équipe.

- Bravo à tous. Si nous jouons comme ça Samedi, il n'y a aucune raisons que nous ne gagnons pas ! Leur dit-il en guise d'encouragement une fois tous les joueurs posés au sol. Je vous conseille donc de bien vous ménager jusqu'au match pour être en pleine forme et surtout de faire attention à vous et particulièrement aux Gryffondor jusque-là.


C'est donc avec une certaine appréhension mêlée d'impatience que Sirius attendit le Samedi, le jour du match tant attendu. En entrant dans la Grande-Salle ce matin-là, accompagné de Khamul et de son escorte personnelle, il vit qu'elle était déjà bondée d'étudiants tout aussi impatients que lui. Le capitaine sentit à cet instant une légère boule se former dans son estomac, comme pour compresser en cette partie de son anatomie, toute l'anxiété qu'il ressentait.
Il porta son attention sur la table des rouge et or afin de déterminer qui avait été sélectionné dans l'équipe adverse, mais vu le monde et les différents attroupements devant celle-ci, il ne fut guerre plus avancé. Il prit le parti de manger son petit déjeuner le plus complet possible puis fut dérangé dans son entreprise par Teddy qui l’apostropha de la table voisine. Il arborait clairement une petite banderole ornée d'un lion jaune sur fond rouge, tout comme sa petite bande d'amis.

- Je mise sur une entière victoire de Gryffondor, nargua-t-il. Une bonne raclée. Mais j'espère vraiment que tu ne tiendras pas longtemps durant le match, Greendal. Rien ne me ferait plus plaisir.

- Méfies-toi, fils de loup-garou, l'avertit Sirius en fronçant le nez, les cognards sont imprévisibles : je pourrais facilement en envoyer un dans les gradins où tu te trouves. Par inadvertance, bien entendu.

Ted plissa les yeux, puis se détourna des Serpentard pour rejoindre la table des rouge et or avec ses amis.

Alors que certains élèves partaient déjà en direction du stade, l'équipe de Serpentard se leva à onze heures moins le quart pour rejoindre le vestiaire - accompagnée de leur escorte - pour enfiler leurs tenues et écouter les dernières recommandations de leur capitaine. Sirius s'habilla rapidement et inspecta le terrain qui se remplissait de spectateurs. Le soleil était au rendez-vous, le vent très faible.

- Les conditions sont loin d'être mauvaises, annonça-t-il à l'équipe fin prête. Khamul, il ne faudra juste pas voler et tirer en plein soleil pour ne pas se faire repérer. Attention aux éclats lumineux, ajouta-t-il pour les autres s'arrêtant en premier sur l'attrapeur. Pour le reste, donnez votre meilleur comme lors du dernier entraînement !

Il prit alors son nimbus 2001, sa batte, soupira un bon coup et attendit l'appel des joueurs. Le coup de l'arbitre retentit alors, appelant les joueurs des deux équipes.

Sirius serra son balais et entra sur le terrain, sous les huées des spectateurs, suivit par le reste de son équipe tandis qu'il vit de l'autre coté du stade l'équipe habillée de rouge arriver à l'opposé. Sirius jeta un coup d’œil aux gradins. La couleur verte et les bannières argentées étaient largement happées par les spectateurs portant les emblèmes des Gryffondor, comme à l'accoutumée. Khamul qui suivait, lui en fit la remarque d'un ton blasé. Le loup soupira.

Les joueurs se positionnèrent en ligne derrière les deux capitaines. Sirius jeta rapidement un coup d’œil à l'équipe adverse pour faire le point sur les sélectionnés. Il avala de travers lorsqu'il vit parmi les nouvelles recrues les cheveux roux d'Aelys, attachés pour l'occasion en queue de cheval bien haute et serrée. Khamul grogna, indiquant qu'il avait lui aussi découvert la préfète. Mme Picrate, l'arbitre, ordonna aux deux capitaines de se serrer la main. Sirius s'avança vers Stilles la tête haute tandis que le capitaine des Gryffondor fixa Sirius de ses yeux noirs. Il lui tendit la main et les deux garçons se broyèrent les phalanges comme il était de coutume entre ces deux maisons.

Puis l'arbitre donna un coup de pied à la grosse malle rouge qui se tenait au centre du terrain. Elle s'ouvrit d'un coup, libérant les deux cognards suivit du minuscule vif d'or. Les membres des équipes enfourchèrent leurs balais. Enfin, Mme Picrate prit le souafle dans les mains, et après avoir rappelé de faire preuve de fair-play, elle donna un bref mais puissant coup de sifflet. Aussitôt les quatorze joueurs s'élevèrent dans les airs. Puis la balle rouge fut lancée et le match commença.


Le son magiquement amplifié d'une voix parvint, vibrante, aux oreilles de Sirius.

- Et le match commence ! On peut déjà se demander si la constitution de l'équipe de Serpentard ne nécessite pas d'être dans les bonnes grâces du nouveau capitaine, car il est à noter étrangement aucun joueur de dernière année et une prédominance de son entourage proche.

Sirius tourna la tête vers les gradins, avec un air hautain. Derrière le mégaphone magique, sur la tribune des commentateurs, se tenait Drew Baltimore : un garçon châtain de Serdaigle et le meilleur ami de Teddy Lupin. Le capitaine des Serpentard eut un rictus et reporta son attention sur le match, cherchant les cognards. Il verrait bien cette cervelle de moineau, au cours du match, la valeur de l'équipe des Serpentard. Il ne valait pas la peine de le sortir de ses gongs pour le moment.

Sirius avisa un cognard se dirigeant dangereusement vers Jeyne qui tenait la balle rouge. Il le détourna rapidement, tandis que la voix magique résonnait encore.

- Un cognard a été lancé par Stilles sur Fawley, détourné par Greendal. Le souafle est aux Serpentard. Fawley passe à Stark qui avance vers les buts eeeet...

La foule retient son souffle, Sirius vit du coin de l'oeil le quatrième année marquer et des cris de joie retentir chez les supporters. Le premier but du match était pour les verts et argent. Le capitaine adressa un grand sourire et un signe encourageant à ses poursuiveurs en passant à proximité.
Il s'envola de nouveau à la recherche d'un cognard pour désarçonner les joueurs adverses.
Il dut faire un arrêt sec en plein vol pour éviter l'une des balles noires envoyée par le second batteur de Gryffondor : un garçon de septième année appelé Sam Bellamy, un garçon blond au regard provocateur.

- Le souafle est maintenant à Blackwood des Gryffondor, annonça la voix de Drew. Il va démontrer ce que c'est qu'un capitaine impartial dans le choix de ses coéquipiers.


Sirius ne perdit pas une minute et changea sa direction pour rattraper la balle qui avait failli le heurter. Khamul, plus loin, lança un cognard sur le poursuiveur brun des rouge et or. Ce dernier l'esquiva avec aisance. Sirius arriva à bonne hauteur et frappa de toutes ses forces en se cambrant légèrement en arrière pour donner toute sa puissance. Seul son Nimbus 2001 pouvait lui permettre une telle aisance dans son tir sans que la détente ne le désarçonne.


Les balais de la gamme Nimbus avaient ce défaut de pencher vers l'arrière au bout de quelques années. Celui de Sirius avait appartenu à son frère quand il était jeune ; avant même ses études. Ce défaut était donc véritablement présent : n'importe quel sorcier doué en vol l'ayant essayé aurait pu le constater, mais il était parfait pour le Greendal, qui mettait ce défaut à contribution comme un avantage. Plus particulièrement dans les cas où il frappait les balles noires de toute sa force.
Il lui offrait cette sensation d’adrénaline, de force, de rapidité et de liberté qu'il ne retrouvait que durant ses vols ou les matches de Quiditch. Rien n'égalait ce total contrôle de ses tirs et envolées. Ni chevaux volants, ni même sombrals, ni autres animaux magiques. Il n'aurait échangé son balais pour rien au monde.


Le cognard envoyé par Sirius fila à toute allure. Le poursuiveur Blackwood lâcha le souafle dans son esquive alarmée, qui fut réceptionné en dessous par Jeyne. Elle passa au grand de 3è année de son équipe, qui lui refit la passe plus loin, puis elle marqua le second but.

Sirius était enchanté des performances de son équipe. Khamul et lui formaient un bon duo ; bien que Stilles et Bellamy en fassent tout autant. Mais ses poursuiveurs étaient bien plus performants, et son gardien tout autant.

- Serpentard mène par 70 à 10. Gryffondor est à l'attaque. Weasley avance vers les buts, esquive Fawley, puis Stark, passe à Targaryen qui s’apprête à tirer et …

Drew retint un juron, en même temps que la foule huait, et continua son commentaire.

- ...s'est pris le cognard de Greendal. Le souafle est récupéré par Adam, Serpentard repasse à l'attaque.

Sirius adressa un air hautain à Aelys qui grimaça, se remit correctement sur son balais et se relança à la poursuite de la balle rouge.


Le capitaine des Serpentard était très content de la tournure des événements à mesure que le temps passait, de plus Drew ne pouvait décemment plus se moquer de son choix d'équipe, ce qui constituait déjà pour lui une petite victoire. Il sortit de son état euphorique et se concentra de nouveau sur le match.

- Et Gryffondor de nouveau à l'attaque. Blackwood fonce vers les buts, Miller envoie un cognard dans sa direction, il est boqué et détourné par Stilles. Stark tente une interception mais Blackwood l'évite en passant à Targaryen. Targaryen fonce droit vers les buts évite aisément le cognard de Greendal eeeeet … marque !

Le public avait de nouveau retenu son souffle et les supporters des rouges hurlèrent de joie.

- Le score est donc de 120 à 40 pour Serpentard. Fawley reprend le souafle... mais ! Les attrapeurs ont brusquement changé de direction. Ils ont peut-être trouvé le vif d'or !

Sirius tourna sa tête vers Tom qui était suivit de près par l'attrapeur Gryffondor. Il regarda le score. Il était trop tôt pour espérer louper la précieuse balle dorée. Il restait 70 points d'écart à prendre. Il détourna la tête pour chercher un cognard. Il en vit un et tenta de se rapprocher mais il faillit se prendre un joueur rouge qui avait filé à angle droit dans sa trajectoire. Il reconnut Aelys qui avait un sourire moqueur.

- Bah alors, tu rêves ? Demanda-t-elle.

Sirius compris qu'elle avait fait exprès de chercher la collision. Elle espérait gagner du temps sur son action de batteur. Il modifia son cap pour se rapprocher des deux joueurs qui s'élevaient dans le ciel à toute allure. La voix de Drew s'éleva encore.

- Eriksen est devant Griffiths, que va-t-il se passer ? Bellamy lance un cognard, Eriksen l'esquive mais perd du terrain, Griffiths et lui sont au coude à coude, mais la joueuse de Gryffondor est une excellente attrapeuse, aura-t-elle l'avantage ?

- Tom aussi est un très bon attrapeur, imbécile, murmura amèrement Sirius.

Le capitaine lança à son tour un cognard vers l'attrapeuse, mais Bellamy parvient à le détourner in-extremis. Démunis de cognard, voyant Tom perdre légèrement du terrain sur son adversaire, Khamul coupa volontairement la route de l'attrapeur des rouge et or qui dut faire une embardée pour éviter la collision. Tom dut aussi faire un détour, pour esquiver les deux autres joueurs. L'arbitre donna un coup de sifflet, devant un Khamul qui prenait un faux air désolé. Le vif d'or, lui, avait profité de ces minutes de répit pour disparaître.

- Fauuute de Miller !! Cria Drew dans le mégaphone magique. Un penalty pour les Gryffondor. Tiré par Blackwood... et Felton, le gardien des Serpentard arrête le tir.

Drew poussa un juron tandis que Sirius eut un petit rire supérieur. Il entendit Khamul huer le poursuiveur rouge et vanter son propre mauvais coup. Le match continuait de battre son plein. Cela faisait maintenant plus de deux heures et demi qu'il avait débuté. Les joueurs commençaient à ressentir une petite fatigue. Serpentard menait toujours au score et avait creusé l'avance de 190 à 60. Felton, le gardien des Serpentard faisait des merveilles tout comme les poursuiveurs . Adam, le grand de quatrième année, s'était pris un cognard au niveau du bras au bout de deux heures de jeu. Il avait tenté de continuer, mais avait finalement préféré amorcer un passage à l'infirmerie avant, laissant l'équipe de Serpentard à 6 contre 7 un bon moment.

Khamul avait tenté de le venger et de rendre la pareille à l'équipe adverse, mais chaque fois, les deux batteurs rouge et or étaient apparus pour détourner le tir. Enfin, lassé des performances du Gardien des Serpentard, Bellamy lui envoya un cognard rageur qui atteignit sa cible en plein dans le ventre, lui coupant le souffle et l'empêchant ensuite de voler normalement. Le penalty accordé fut tiré par Jeyne, qui réussi grâce à une feinte, à marquer.

Sirius s'était vengé de ces actions, plus de vingt minutes après, en envoyant un cognard sur la main de Bellamy, lui foulant au passage trois doigts ; bien que ce dernier continua à jouer. Un nouveau penalty fut accordé pour l'équipe de Gryffondor et cette fois, Aelys marqua. Rapidement, les poursuiveurs rouge et or reprenaient le dessus, en supériorité numérique, et avec un gardien vert affaibli. Sirius grinça des dents en attendant que son joueur manquant revienne rapidement de l'infirmerie afin de rééquilibrer un peu le jeu. Malgré tout, les Serpentard se défendaient habilement.
Deux nouveaux buts furent encaissés pour les Gryffondor, un pour les Serpentard.

- Le souafle est pour Fawley, qui doit passer à Stark pour éviter Blackwood. commenta la voix de Drew. Targaryen fonce vers Stark, elle se prend un cognard agressif de Miller, Stark s'apprête à tirer et... le tir du poursuiveur est stoppé par Stones, la gardienne !

Des applaudissements retentirent avec entrain vers les gradins des supporters des rouge et or.

- Stones passe à Targaryen qui remonte vers les buts !

Tandis que le souafle était aux mains des Lions, Sirius fronça les sourcils. Un batteur de Gryffondor avait réussit à atteindre Tom leur attrapeur. Il reconnut Bellamy. Retenant un juron, le Serpentard avisa un cognard proche de lui, se rapprocha et visa la joueuse qui remontait vers les buts, privée de la défense momentanée de Bellamy bien plus occupé à chercher à atteindre l'attrapeur adverse.
Sirius toucha sa cible au niveau de l'avant bras et Aelys dégringola de quelques mètres avant de filer plus loin, en laissant tomber le souafle qui fut récupéré par Victoire. Bellamy jura et changea de cap, pour rester dans le champs de la Weasley.

- Désolé Aelys, c'est le jeu ! Dit Sirius en mettant en évidence son plus beau sourire charmeur.

Qui ne dura qu'un instant.
Au même moment un peu plus bas, il vit un joueur en rouge virer de bord.
L'attrapeur ! Un tel revirement sans cognard ni autre joueurs dans cette zone ne signifiait qu'une seule chose.

- Bien joué, capitaine ! Le gratifia l'attrapeur vert en reprenant de l'altitude. J'ai horreur qu'on me prenne pour une cible mouvante.

- Fais gaffe, Tom, reprit plus sérieusement Sirius. Je crois que leur attrapeur a repéré le vif d'or, même s'il est possible qu'il s'agisse d'une feinte, sois prudent ! L'avertit le capitaine des Serpentard.

Tom hocha la tête et prit la direction de son concurrent. Il fila le plus rapidement possible jusqu’à se retrouver à sa hauteur.
Sirius, lui, cherchait un cognard susceptible d'aller dans la direction qui lui offrirait le meilleur angle de tir contre l'attrapeur adverse. Les poursuiveurs continuaient pendant ce temps à se passer le souaffle. Khamul s'occupait déjà de les viser. Sirius se concentra donc sur les attrapeurs qui représentaient actuellement la plus grosse menace.

- Weasley s'approche des buts ! Quelle grâce dans son vol, incomparable à Stark ou Fawley... Elle passe à Blackwood qui lui repasse et s'avance vers les buts... mais ! Est-ce que Griffiths a repéré le vif d'or ?!

Ignorant la voix magique, Sirius avisa une des balles rouge vif qui se baladaient dans l'endroit parfait. Il se pencha sur son fidèle nimbus 2001. Le vent lui fouettait son visage et le freinait dans son élan. Il ralentit près de la zone qu'il attendait pour tirer. Le cognard se dirigeait vers lui il leva sa batte et... celui-ci changea brusquement de direction.

- Sale balle ! Râla Sirius.

Il entendit distraitement le bruit qui indiquait que Victoire avait marqué son but. Il vira de bord et contourna le cognard afin de l'envoyer une bonne fois pour toute sur l'attrapeur adverse. Se retrouvant face à la balle, il tendit loin le bras et sa batte pour donner toute sa force dans le coup. L'impact retentit avec un bruit clinquant et le cognard prit avec une rapidité extrême la direction des attrapeurs. Il frôla le dos de l'attrapeur rouge et or, qui fût trop lente à réagir et qui dévia quelque peu de sa trajectoire pour l'esquive. Tom avait maintenant l'avantage de quelques centimètres sur la minuscule balle jaune. Sirius retient son souffle, ne portant plus son attention que sur la petite boule jaune et son attrapeur. La clé de leur victoire, ou non. Tom y était presque ! Ce fut là son erreur ; Sirius ne suivait plus la position des cognards ; rôle qui lui incombait. Il n'entendit pas assez vite la phrase suivante d'un vert et argent non plus :

- Attention Sirius !

Il fut frappé par un cognard de plein fouet sur la tempe. L’assommant sur le coup. Il s'écroula sur son balais qui penchait dangereusement. Il ne sentit pas deux joueurs proches le saisir, ni l'impact controlé d’atterrissage. Le professeur Dante suivit de quelques élèves de Serpentard accoururent près de lui, faisant apparaître une civière. Les élèves dans les gradins poussaient des hurlements de joie, ou des exclamations déçues, regardant du coin de l’œil ce qu'il se passait en dessous du terrain avec le match qui se terminait enfin.


To be continued : prochain chapitre : poignée de main[/size]


Les paris sont ouverts qui gagne et quel score final ? bounce on ne soudoie pas Jill pour savoir la suite :p


Envois mes Hiboux si besoin Invité 
© Sirius 

"Cheers!"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://lolotie.deviantart.com/
Audrey Lovegood
Poiscaille frais
Poiscaille frais
avatar

Maison : Gryffondor
Empreintes : 11072
Messages : 11988

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Audrey Lovegood
Animal : Harfang noir : Alfy 1ère année

Gallions: 180

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Jeu 28 Mai - 5:36

Il est trop bien écrit ce chapitre siri, on est parfaitement capable de suivre le match et on s'y croirait presque ^^ J'aime bien aussi comment tu décris les sentiments/pensées de sirius, j'étais stressé avec lui XD

Sinon c'est cool de voir des noms qu'on connait :3

Je suis certaine (enfin j'espère) que les serpy vont gagnés Smile Tom va l'attraper ce vif d'or~



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
glynnis griffiths
Animal Dominant
Animal Dominant
avatar

Maison : Gryffondor
Empreintes : 10146
Messages : 6723

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: Rowane Griffiths
Animal :
Chouette Noire : Janaïa
1er année

Gallions: 803

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Lun 8 Juin - 22:54

beau match Wink


CLIC:
 

Revenir en haut Aller en bas
Sam Chaudron F.
œuffissime choco
œuffissime choco
avatar

Maison : Gryffondor
Empreintes : 4564
Messages : 13034

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Sam Bellamy
Animal : Hibou grand duc roux : Noar
professeur


élève : Eden Stride
Animal : Fléreur : Mercure
1er année

Gallions: 158 / 282 (prof)

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Jeu 25 Juin - 11:49

On retombe juste sur la même page Siri :/

Edit : oups je pensais avoir bien supprimé mon message de test u_u





Kassdédi pour Muesly et Jiji:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://plus.google.com/u/0/communities/108810804721452950725
Sirius Greendal
Manitou suprême
Manitou suprême
avatar

Maison : Serpentard
Empreintes : 26021
Messages : 19393

Fiche RP de la Créature

Nom RP Poudlard
: prof : Mr Erwan D. Sokar
Animal : Chat Siamois : Seth
Augurey : Garuda
Directeur

élève : Zephyr Greendal
Animal : Harfang noir : Falco
1er année

Gallions: 850/226 (prof)

MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   Ven 26 Juin - 22:53

Merci Audrey pour ton commentaire :3
J'ai bien réussi alors si tu as ressenti le match et le stress avec Sirius o/
Pour la fin du match et bien tu auras la réponse dans ce chapitre Wink

Gly : Merci aussi pour ton commentaire :3 hésite pas à mettre ce que tu m'as dit en privé aussi :p
En tout cas le match à l'air de vous avoir plu x)

Allez, chapitre suivant !
Je voulais le poster demain mais bon en fait je serais à la campagne et je sais pas si j'aurai le temps... donc bon autant le faire bien maintenant Smile Je voulais aussi avoir fini Stilles pour ce chap, mais bon... encore des soucis d'ordi XD et pas le temps. Snif. Donc voilà le chapitres, là aussi des explications, l'attitude de Stilles (lol), des questionnements, informations qui arrivent encore une fois doucement :p
Encore une fois merci à Jill pour la correction et pour l'illustration ^^


Chapitre 24 : La poignée de main des capitaines.




Sirius ouvrit ses yeux quelques minutes après l'incident. Tout était flou et brouillé autour de lui même s'il n'était pas resté inconscient très longtemps. Sa tête lui donna l'impression de vouloir partir loin de lui en forçant sa boite crânienne. Il entendit, plus qu'il ne vit, l'attroupement rassemblé autour de lui. Les personnes étaient nombreuses, il reconnut parmi elles Khamul, Elwin et Jeyne dont le timbre de voix lui était si familier. Il cligna des yeux et se redressa légèrement.


- Qu'est-ce que vous faites là ? Demanda le loup d'une voix raque en portant sa main à son crâne douloureux. Où en est le match ?

Une main, se posa sur son épaule, en signe d'apaisement.

- Le match est fini, Sirius, répondit Khamul avec un soupir soulagé en voyant son ami revenir à lui.

La vue de Sirius était enfin redevenue plus limpide. Il était étendu à l'infirmerie, et avait un bandage autour de la tête. Il voyait la grande majorité de son équipe devant son lit, encore dans leurs tenues de sport. Il ne manquait que Tom, John Felton le gardien et Adrien Adam qui était assis sur le lit voisin du sien, le bras en écharpe, entouré de ses amis.

Il prit soudain conscience des paroles de son ami et un sourire illumina son visage.

- Le match est fini ? Où est Tom, que je le félicite avec vous ?

Jeyne et Khamul échangèrent un rapide regard, puis ce fut la brune qui lui répondit.

- Tom est déjà descendu dans la salle commune, en fait, avec John.

- Je vois, dit le capitaine avec un sourire. Ils célèbrent leurs victoires, ils ont raison. Mais pourquoi n'êtes vous pas là-bas, vous aussi ? Vous n'allez pas rester avec un assommé toute la journée quand même ! D'autant que je vais déjà mieux.

Il se rassit sur son lit et fit mine de se relever mais Jeyne ne s'écarta pas. Khamul le regarda alors avec un visage fermé et lui annonça en parlant très lentement :

- Sirius, nous avons perdu...

Le loup cligna des yeux et le fixa intensément du regard.

- Qu'est-ce que tu racontes, Kham' ? Tom allait avoir le vif d'or ! Nous avions l'avantage.

- Justement, répondit le batteur, il... il a détourné son attention quand tu t'es reçu le cognard. Griffiths lui est passé devant et...

Il n'acheva pas sa phrase, mais Sirius avait saisi le dénouement. L'instant d’inattention de Tom avait suffit pour que Rowane, l'attrapeuse adverse, remette à son avantage la distance et s’empare de la balle dorée. Sirius baissa la tête piteusement. S'il ne s'était pas pris le cognard, Tom aurait réussi, ils auraient gagné : il le savait. Mais Tom lui-même avait eu un moment d’inattention. Le joueur devait s'en vouloir, tout comme le capitaine en cet instant.

- C'est vraiment pas de chance que ça se soit déroulé comme ça à la fin, commenta Jeyne, nous avions clairement l'avantage sur les Gryffondor...

Sirius déglutit, inspira longuement et releva la tête.

- De combien avons-nous perdu ? Demanda-t-il la gorge serré.

- Le score final était de 250 à 210, répondit Elwin d'un ton posé. Rien de très insurmontable, en somme. Ils ont une avance d'une courte heuu... tête.

- Oui ! Répliqua Jeyne. Nous allons remonter le score en notre faveur dans les prochains matchs.

Khamul renchérit encore, en même temps que les autres personnes présentes ; ils s'étaient voulu rassurants. Sirius hocha la tête en esquissant un faible sourire. Tous savaient que, en plus du match, il venait de perdre son duel personnel contre Stilles ainsi que les points pour son entrée en ligue.


En tant que capitaine, c'était à lui d'assumer plus encore la défaite et d'y faire face ; aussi douloureuse soit-elle. La saison ne faisait que commencer, il ne devait pas baisser les bras ; la victoire était encore possible avec encore plus de travail et de concentration. Ce fut ce moment-là des réflexions que choisit Madame Pomfresh pour chasser tout cet attroupement. Il ne resta plus que Khamul et Jeyne : l'infirmière ne tolérait que deux personnes et Elwin avait laissé sa place à la jeune fille, avec un air entendu ; pour, disait-il, vaquer à ses occupations avant de reprendre son poste de préfet.

Jamais Sirius n'avait autant eu envie de rester à l'infirmerie de sa vie. Il savait qu'en ce moment, une atmosphère rassurante et enthousiaste liée à leurs performances aurait lieu dans la salle commune, mais rien ne pourrait lui enlever ce sentiment de culpabilité et ce goût amer dans la bouche. Devoir jouer le capitaine fier et confiant devant tout le monde lui aurait été éprouvant et douloureux cette nuit, même si c'était son rôle. Aussi, pour la première fois, il ne protesta pas lorsque Madame Pomfresh lui intima de rester jusqu'au lendemain. Même Adrien put quitter le lit voisin, son bras étant remis, à la condition qu'il garde son écharpe jusqu'au lendemain soir.

Sirius s'endormit d'un sommeil léger et difficile. Il tourna un moment dans son lit, il savait, au fond, que c'était lui seul qui devait être blâmé, et que son rôle de capitaine l'obligeait à assumer aussi après la défaite. Mais le fait était là, il était cruellement déçu et dépité ; il avait pensé la victoire trop simple et à portée de main ; ses points en ligue professionnelle acquis. Le destin, lui, en avait décidé autrement.



Lorsque les premiers rayons du soleil le réveillèrent, Madame Pomfresh l'examina en lui faisant faire une série d'exercices de coordination et d'équilibre. Une fois concluant, elle le laissa partir. Il se dirigea machinalement vers la grande salle, pour retrouver ses amis et ses camarades.

- Alors, comment ça va, l’assommé ?

Le ton n'indiquait clairement pas une sympathie mais un ton railleur et moqueur, aussi Sirius ne fut pas étonné de trouver Aelys derrière lui, se rendant, seule, dans la grande salle. Il lui montra un visage impassible, et haussa les épaules. Au moins, il n'y avait pas ce déchet de Lupin avec elle.

- Tu as de nouveau les idées en place ? Insista-t-elle narquoisement.

Sirius se retourna d'un mouvement sec et répondit d'un ton agressif en grommelant et en ne desserrant pas les dents.

- Qu'est-ce que ça peut te faire ?

Aelys laissa échapper un rire sans joie qui fut coupé par une autre personne qui les apostropha de plus loin. Devant eux, arrivait le capitaine des Gryffondor. Sirius fut tiraillé entre les idées de rebrousser chemin et agir comme s'il ne l'avait pas vu, et celle de maintenir sa fierté de capitaine face à son plus gros rival.

Il choisit finalement par défaut la dernière option, faisant face à sa cuisante défaite.
Car c'était ce qui devait motiver le Gryffondor : venir le féliciter, pour bien enfoncer le couteau dans la plaie, malgré lui.

- Bonjour Greendal, commença-t-il. Tu es remis sur pied ?

- Oui merci, Stilles, répondit Sirius d'une voix plutôt froide.

Le ton n'avait rien à voir avec celui de la rousse, mais Sirius n'avait pas envie d'éterniser l'échange. Stilles lui adressa cependant un petit signe de tête, ainsi qu'a Aelys qu'il salua également. Le Gryffondor continua malgré tout, comme Sirius s'y attendait.

- Je venais te féliciter pour le match d'hier, ton équipe et toi avaient vraiment fait un bon jeu.

Sirius tiqua rapidement par le coin de ses lèvres fermées. C'était précisément ce qu'il pensait, un bon faux-semblant de modestie. Ce genre de jeu qu'il ne pouvait pas supporter, surtout quand il était dans le rôle du perdant. Mais il le ferait, le plus rapidement possible, pour la bonne stature. Stilles remarqua l'attitude du Serpentard, aussi il enchaîna sans laisser le temps à Sirius de le remercier.

- Je sais que la défaite doit avoir un goût amer, surtout pour toi, dit-il en portant sa main derrière sa tête au niveau des dreadlocks. Le résultat me classe parmi les favoris actuellement en recrutement. Sache néanmoins qu'il te reste encore toute cette ligue pour briller... Tu en as le potentiel. Et puis, contrairement à moi, tu as aussi l'an prochain.

Sirius eut une expression dubitative, et masqua son ressentit. Il fixa le Gryffondor d'un regard résigné. Aelys était restée pour assister à l'échange se positionnant à coté d'eux. L'ainé reprit la parole :

- Je peux te dire que tu es l'un des meilleurs éléments que j'ai vu dans l'école. Tu réussiras ! Je suis persuadé que tu seras admis en professionnel avec brio.

Stilles adressa un de ces rares sourires lumineux à Sirius qui ne savait plus vraiment comment prendre ces compliments : oscillant entre sincérité et faux-semblant de remontant. Le capitaine rouge tendit une main bienveillante et pleine de promesses en direction de Sirius.

- C'était notre dernier match l'un contre l'autre, dans cette enceinte. Mais certainement pas le dernier de nos vies. Je t'attendrai en ligue pour les suivants. Ne me déçois pas, et dépêche toi de me rattraper.

Sirius eut d'abord un éclair de surprise qui passa sur son visage, mais rapidement, il s’illumina, et il serra chaleureusement la main que lui tendait son adversaire.

- Alors, à très vite sur un terrain. Tente de t'améliorer avant que je n'arrive et ne régresse pas durant ce temps, répondit le Serpentard d'un ton malicieux.

Stilles lâcha un petit rire et desserra son étreinte, se préparant à remonter de nouveau dans sa salle commune. Aelys se déplaça rapidement et le plus discrètement possible sur le coté pour rejoindre sa table. Elle fut apparemment l'éclat de souvenir pour son capitaine.

- Et il semblerait que tu as déjà remercié les joueurs qui t'ont évité une mauvaise chute. Heureusement tout de même que le match était à son terme...

Stilles reporta son regard sur Sirius qui leva un sourcil interrogateur. L'ainé parlait de la chute du Greendal ; qui lui n'avait aucune notion de la suite des événements. Stilles adressa un dernier signe de tête, sans plus de détails et remonta vers le hall d'entré et les escaliers de marbres.

Sirius fixa le dos d'Aelys suspicieux et intrigué, mais cette dernière restait résolument tournée. À cet instant, Adrien entama son allée vers la table des vert et argent avec son bras encore en écharpe et après avoir haussé les épaules, Sirius le suivit et retrouva avec joie Khamul et Elwin.

Le Greendal s'assit à la table tandis que certains élèves le félicitèrent d'un ton plus ou moins condescendant sur le résultat du match. Elwin et Khamul s'enquièrent de sa bonne santé,avant qu'ils ne prennent véritablement le petit-déjeuner.


Elwin reçut son habituel journal, livré par hibou, et se mit à le feuilleter tandis que Sirius racontait son entrevue avec Stilles.


- C'est un drôle de bougre en fait ; un Gryffondor quoi, commenta Khamul. Mais au fond, il a juste. Lui aussi sera sûrement admis en pro, tout comme toi. Mais bon, ce n'est pas une raison pour se relâcher, n'est-ce pas capitaine ?


- Bien sûr que non ! Répondit Sirius faussement choqué. Nous avons une coupe à gagner, nous ne laisserons pas les Gryffondor nous la piquer !


Des acclamations s'élevèrent autour de lui. Sirius avait une autre question qui lui brûlait les lèvres, mais il n'eut pas le temps de la poser que Tom arriva à ce moment pour s'installer à la table. Il avait un air dépité.


- Je suis désolé Sirius, pour hier, commença-t-il. J'ai détourné mon attention... C'est tellement affligeant, le vif d'or était à ma porté...


- Tu n'y es pour rien, Tom, le rassura le capitaine. En vérité, c'est moi qui ai été distrait. La suite aurait pu être bien plus terrible. D'ailleurs, continua-t-il a l'attention de Khamul posant enfin sa question qui le démangeait : qu'est-ce que c'est cette phrase qu'a voulu dire Stilles ?


Pour toute réponse, le garçon fit la moue et serra la fourchette dans sa main, marque d'une profonde contrariété. Sirius se demanda vaguement la raison de ce comportement ; s'il se reprochait actuellement de ne pas l'avoir aidé lui-même. Le Greendal eut cependant l'envie intense de savoir si la conviction insensée qui s'élevait en lui, de plus en plus intensément, était fondée.


- Khamul, dis moi. Qui m'a retenu ?

Il n'obtient pas de réponse de son ami qui s'évertua à engouffrer une tranche de bacon dans sa bouche et la mastiquer à grands mouvements.

- Tu n'as pas encore compris, Sirius ? Demanda tout d'un coup Elwin sur un ton ironique en baissant son journal.


Khamul jeta un regard noir au préfet, en mastiquant toujours intensément son bacon. Sirius inspira longuement, comme si ce qu'il allait dire pouvait le vider de tout air, et enfin, lâcha d'un souffle :

- Ce n'est pas... Targaryen quand même ?


L'acte d'Elwin confirma sa supposition. Il acquiesça d'un bref mouvement de tête, et repris sa lecture dans une pose noble, en élevant de nouveau les pages devant lui. Khamul marmonna dans sa barbe des propos à l'égard des comportements étranges de cette fille et qu'il était dommage que Jeyne n'ait pas été plus près de l'accident, pour éviter une telle situation.


- Mais elle t'a soutenu après, comme il faut, elle. Dit-il en conclusion.

Sirius ne répondit rien, perdu dans ses pensées. Il cherchait des yeux la préfète des rouge et or dans la Grande Salle. Il la trouva à sa table, face au mur, toujours dos à lui. Son attention fut happée par l'arrivée de deux filles de Serdaigle à sa hauteur. Parmi elles, s'avança la régulière du loup, les bras croisés, en signe de mauvaise humeur. Sirius, qui ne lui avait plus adressé la parole depuis presque trois semaines – date où il l'avait entraîné pour la dernière fois dans une salle de classe vide - leva des yeux interrogateurs vers elle.

- Dis donc, Sirius, commença-t-elle d'une voix déçue, qu'est-ce que c'est que ces ragots que j'ai entendu hier ? Il parait que tu as fait des choses à une Poufsouffle de 7è année à Pré-au-Lard... Dans des toilettes !

Sirius détourna les yeux et se mordit la langue. Il avait complètement oublié la jeune Serdaigle. Il vit du coin de l’œil Jeyne écouter discrètement et froncer les sourcils.

- Tu trouves peut-être ça intéressant d'avoir une réputation de bon coup, puis que ça se répande les jours où tu te trouves sur ton balais devant l'école entière, mais moi pas.

La jeune fille avait augmenté le ton de sa voix, ce qui déplaisait fortement au loup, dont les oreilles et le crâne vibraient, mais qui surtout, ne souhaitait pas de scène en pleine Grande Salle un dimanche, au petit déjeuner.

- Que nous ne nous parlions pas, que ne nous soyons pas un vrai couple ou que nous faisions comme si nous ne nous connaissions pas, d'accord ! Mais que tu t’envoies en l'air dans mon dos : ça non !

Sirius grogna, se leva et se mit face à la Serdaigle qu'il regarda dans les yeux avec un visage fermé. Khamul avait arrêté de mastiquer et regardait son compère avec une attention à peine masquée.

- Que ce soir clair, Masha, dit le loup, si tu veux me parler de notre relation, on le fait en privé. Certainement pas dans la Grande-Salle où je ne t'écouterais pas. Maintenant, je n'ai répandu aucune rumeur ; mais je ne m'expliquerais pas ici.

Après quoi, il se rassit calmement. La quatrième année sembla perplexe. Elle regarda un instant en direction de son amie, qui avait un visage à mi-chemin entre le désappointement et le dépit, puis à nouveau elle fixa le visage du Serpentard qui ne tolérait aucun refus.

- Très bien, répondit-elle à contre-coeur. Je t'attendrai dans le parc, au cromlech. Tu as intérêt à venir.

Sirius hocha brièvement la tête, sans autre marque de sympathie. Masha se détourna d'un air boudeur et se dirigea à pas lents vers la sortie. Sirius poussa un soupir, puis se rendit compte que Targaryen avait quitté sa table sur ces entrefaits, ce qui l'irrita encore plus, sans qu'il ne sut dire pourquoi.

- Qu'est-ce que tu vas dire à ta régulière, Sir ? Demanda lentement Khamul à son ami.

- Je ne sais pas encore : le baratin habituel... Expliqua Sirius d'un ton sec. De toute façon si elle me prend trop la tête, nous savons comment ça va se finir, tous les deux. Elle n'est pas irremplaçable.



Il finit son petit déjeuner, assez rapidement, et s'éclipsa pour aller prendre une douche dans son dortoir. Une fois qu'il se fut rhabillé, il prit la direction du parc, afin de retrouver Masha. Celle-ci était en train de l'attendre près du Cromlech, adossée à un mehnir. Avec un sourire, il s'approcha, désireux de prouver une fois de plus son charme. Mais Masha ne lui rendit pas son humeur. Elle gardait les bras croisé et avait un regard noir braqué sur lui. En perdant sa superbe pour un air légèrement blasé, Sirius se posa à ses coté, un bras au dessus de sa tête et commença directement par tout dévoiler en caressant la joue de la jeune fille.

- Tu m'en veux, je comprends. Je n'ai pas voulu que la rumeur se propage, ce n'était pas du tout mon intention, car ce qu'il s'est passé à Pré-Au-Lard... c'est malheureusement exact. Mais je n'ai pas trouvé comment te l'annoncer, ajouta le Serpentard en mentant.

La Serdaigle fixa le loup dans les yeux avec fureur, de déception et mécontentement ainsi qu'une pointe de tristesse. Sirius prit un air qu'il voulait désolé et continua sur sa justification.

- Cette fois-là, j'étais sous les effets de l'alcool et de potions qui m'ont fait perdre le sens commun. Tu l'as certainement entendu, il y a eu du grabuge : je n'étais pas moi-même quand cette fille m'a chauffé... Et je te préfère infiniment plus qu'elle, n'en doute pas.

Il se pencha un peu plus vers elle, passant sa main sous son menton et lui relevant doucement la tête, mais Masha la détourna d'un mouvement brusque. Sirius eut l'air contrarié qu'elle refuse son baiser avec si peu de tact.

- Sache que je n'ai envie que de toi, et seulement toi. Je te promets que je ne recommencerai plus, murmura-t-il au creux de l'oreille de la fille.

Le Serpentard, vit un mouvement brusque et sentit soudainement une sensation de chaud sur sa joue. Il en resta pantois un instant, de stupeur puis d'incompréhension. Contre toute attente, Masha venait de lui asséner une baffe. C'était la première fois que son charme ne fonctionnait pas sur une de ces « filles faciles. » Elle avait la respiration saccadée et semblait sur le point d’éclater en sanglots ou de se ruer sur lui pour le frapper à tout moment.

- Tu n'es qu'un menteur, Sirius ! Vociféra-t-elle.

Le loup arqua un sourcil à la fois interrogatif et suspicieux. Certes, il avait enjolivé la vérité, mais en tant que régulière, ce n'était pas tout à fait faux. Elle le savait pourtant quand ils s'étaient mis dans cette relation tous les deux. Sirius porta ses doigts à sa joue frappée. Masha continua sur le même ton :

- Tu oses me dire qu'il n'y a que moi, que tu ne vas pas recommencer, mais ne crois pas que j'ignore ton activité ce matin-même !

Sirius fronça les sourcils : si elle parlait de son refus d'un scandale dans la Grande-Salle, il avait de bonnes raisons pour cela. Mais la suite le détrompa, le rendant plus stupéfait encore.

- Je t'ai vu avec cette fille de Poufsouffle ! Juste après notre discussion matinale. Tu ne lui parlais pas de la pluie ou du beau temps apparemment...

Le loup eut une expression complètement effarée, il se demanda même un instant si elle n'allait pas éclater de rire ou lui sortir un «je t'ai bien eu ». Mais Masha avait l'air on ne peut plus sérieuse.

- Je ne vois pas du tout de quoi tu parles, Masha... dit-il enfin. Il n'y a rien eu d'autre : je suis simplement monté dans mon dortoir et prendre une douche ; je n'en ai pas eu l'occasion avant, puisque je reviens de l'infirmerie.

- Tu me prends donc pour une fille stupide et une menteuse en plus ? Inutile de nier, je t'ai déjà vu avec elle. C'est peut-être même pas la première fois que vous vous voyez. Je refuse d'être trompée de la sorte ! Tu t'es bien foutu de moi !

- Très bien, répliqua Sirius le visage soudain plus dur. Dis simplement que tu ne me pardonneras pas. J'ai commis un écart; un seul, c'est vrai et je te l'ai avoué dans la plus grande sincérité. Il n'y en a pas eu d'avantage, ni avec une Poufsouffle ni personne d'autre. Si tu ne me crois pas et ne m'écoutes même pas, tu as donc déjà ton déjà opinion toute faite sur la question et je n'y changerais rien, n'est-ce pas ? Dans ce cas, je ne vois pas pourquoi me justifier sur une telle fabulation de ta part.

Il prit une inspiration et acheva devant la Serdaigle qui commençait à trembler.

- C'est terminé entre nous. Tu n'auras plus besoin de me croire. Plus de sexe, plus de semblant...

Masha tourna les talons, retenant à grand peine des sanglots, tournant le dos à Sirius qui resta aussi raide que les pierre de granites autour de lui.

- Plus besoin de te croire ? Murmura une voix narquoise derrière le menhir. Dans ce cas pourquoi tu lui mens, l’assommé ?

Sirius fit le tour de la pierre et trouva confortablement assise derrière, le dos appuyé contre le granit, la préfète rousse des Gryffondor. Il fronça les sourcils.

- Je ne lui ai pas menti. Mais ce ne sont pas tes affaires, Targaryen. Le fait de m'avoir aider hier durant le match ne te donne pas le droit de t'en mêler.

- Bien sûr, bien sûr, commenta-t-elle. Les relations et les infidélités matinales de sieur Greendal ne me regarde absolument pas. Il me semblait pourtant que tu avais dit ne pas te fournir dans la cour des petits, concernant Elenna...

- Je ne vois pas de quoi tu parles, répliqua Sirius avec un ton amer.

Il commençait à se poser des questions, entre ce que lui avait dit Masha et ce que lui disait la rousse, mais il finit par se dire qu'elle aussi inventait n'importe quoi pour le faire sortir de ses gonds et ne lui donna pas ce plaisir. Elle eut un petit rire.

- Mais je me disais... qu'à la place de remerciements -elle insista bien sur le mot- tu pourrais au moins m'aider pour trouver la signification des paroles des centaures lors de notre colle.

Sirius eut un léger sursaut. C'était un reproche à peine voilé. Il comptait certes la remercier, mais Merlin comment l'aurait-il voulu à ce moment et avec le ton de la conversation ? Puis il eut un rictus.

- C'était donc pour ça, que tu m'as aidé ? Tu voulais quelque chose en contre-partie, je comprends mieux maintenant.

Aelys pinça les lèvres. Le Serpentard soupira de dédain, elle voulait son aide pour des paroles nébuleuses, qu'il avait carrément oublié.

- Je ne vois pas trop d'autres raisons d'aider l'un de ceux qui ont failli me forcer à prendre de la drogue, rétorqua la Gryffondor.

Sirius déglutit avec difficulté en se remémorant la scène stupide puis repris sur un ton plus léger :

- En effet. Dire que j'avais pensé que mon charme avait enfin fonctionné sur toi... C'est une cause perdu d'avance. Bon... tu veux quoi exactement, Targaryen ?

La préfète sembla soulagée qu'il accepte malgré tout, et elle lui demanda rapidement :

- Tu te souviens de cette présence et de ces phrases particulières ? La présence cherchait deux personnes, et les Centaures n'ont pas arrêté de nous appeler « sorciers guidés par la bergère » ?

Sirius acquiesça le visage fermé. Ne voyant pas encore où elle voulait l'amener.

- Tu espères que je suis devin et que je dévoile qui était dans la Forêt Interdite ? Demanda-t-il goguenard.

- Non, soupira-t-elle. Je voudrais que tu me dises ce que tu sais sur la bergère évoquée par les Centaures.




To be continued ! ... Eh oui c'est déjà fini =d me lynchez pas... mais promis au prochain chapitre, on reparle d'un personnage, on creuse la question, on voit .... ah non, ça je vous le dis pas =]


Envois mes Hiboux si besoin Invité 
© Sirius 

"Cheers!"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://lolotie.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sirius Greendal, chroniques d'un Serpentard
» Empreintes de Sirius Greendal
» La mort de Sirius (snif)
» [Troisi, Licia] Chroniques du Monde Emergé (série)
» Clinique de l'exil : chroniques d'une pratique engagée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forêt-Interdite ::  :: Fanfictions/Fan Arts/créations :: Fanfictions-
Sauter vers: